Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 25 mars 2017

Là où tu iras j'irai de Marie Vareille



Là où tu iras j'irai
de Marie Vareille

Éditions Fayard/Mazarine

Sortie le 15 mars 2017
Format broché / 378 pages / Prix 17,90 €



Présentation de l'éditeur :

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

Une comédie pétillante, pleine d’humour et d’émotions.

Âgée de 31 ans, Marie Vareille a reçu le prix Confidentielles pour Je peux très bien me passer de toi (Charleston, 2015) et le Prix du meilleur roman jeunesse du Parisien pour Élia, la Passeuse d’âmes (PKJ, 2016). Là où tu iras j’irai est son quatrième roman.

L'avis de Chani

La carrière d’actrice d’Isabelle est au point mort et sa vie privée prend l’eau quand elle panique lors de la demande en mariage faite par son fiancé. Sans domicile ni travail fixe, le besoin d’argent la pousse à accepter la proposition d’Adriana, dix-sept ans, pour faire capoter le mariage de son père en le séduisant. Le challenge ? Réussir à passer pour une authentique Nanny alors que la jeune femme déteste les enfants, et est pour le moins excentrique, tout en réussissant à faire succomber celui qui n’est autre que le cinéaste qui l’a recalée lors d'un casting il y a quinze ans…

J’étais ravie de retrouver la plume de Marie Vareille pour cette comédie romantique pleine de fraîcheur et de bonne humeur, un roman feel good pourrait-on dire pour coller à l’air du temps. Grâce à des personnages à la fois hauts en couleur et touchants, elle réussit à emporter le lecteur avec elle en Italie et il suit avec gourmandise les péripéties d’Isabelle, Nicolas, Valentina, Jan et les autres. L’intrigue est maîtrisée et ne part pas dans une loufoquerie qui lui aurait fait perdre toute crédibilité, au contraire, on y croit, on espère, on vit les aventures d’Isabelle en souhaitant, bien entendu, qu’elles se terminent avec une fin heureuse. L’auteur nous divertit, nous fait sourire et la fin vient bien trop vite, j’aurais volontiers continué un bout de chemin avec tous les protagonistes pour aller là où ils iront…



Pas de sexe le mardi de Tracy Bloom



Pas de sexe le mardi
de Tracy Bloom

Éditions MILADY

Sortie le 17 mars 2017
Format broché / 352 pages / Prix 18,20 €



Présentation de l'éditeur :

— Ça te dirait de prendre un verre un de ces soirs ?
— D’accord, mais seulement un verre. Rien de plus.
— Dans ce cas, on ferait mieux de choisir un mardi, répondit-il avec le plus grand sérieux.
— Pourquoi ?
— Parce que personne ne couche le mardi.
Après la nuit qu’ils viennent de passer ensemble, Matthew et Katy sont d’accord sur un point : ils ne se reverront jamais !
Ils tiennent parole, mais le sort s’acharne : huit mois plus tard, ils se retrouvent par hasard au même cours prénatal. Entre une épouse coincée et un petit ami irresponsable, tous deux doivent trouver un compromis acceptable si Matthew se révèle être le père du bébé de Katy. Ce serait tellement plus simple si les sentiments et les hormones ne s’en mêlaient pas...
« Ce roman hilarant vous séduira par son intelligence. » Marie Claire
« Une comédie sentimentale pleine d’esprit. » Sunday Mirror

L'avis de Chani 

Katy et Matthew étaient ensemble au lycée. Et puis le jeune homme l’a trompée et ils ne se sont jamais revus jusqu’à la fête des anciens quinze ans plus tard. Passée la haine, puis trois bouteilles de vin, ils remettent le couvert une seule et unique fois alors que l’un et l’autre sont en couple. Huit mois plus tard, la femme de Matthew attend des jumeaux et Katy est enceinte aussi, mais ne sait pas vraiment de qui…

 Si vous avez vu ou lu Bridget Jones Baby, vous conviendrez que le pitch du roman de Tracy Bloom y ressemble furieusement, mais en moins drôle, moins sexy, plus cliché et vulgaire, et nettement moins divertissant. Les personnages sont tout sauf attachants, Matthew est détestable, Ben immature, Katy indécise et insupportable. L’auteur accumule les clichés, parfois sexistes (encore pire quand c’est une femme) sur les femmes enceintes (ou pas), déprimées et dévorées par leurs vergetures ou les femmes un peu trop libérées à son goût. L’intrigue n’est pas bien palpitante, Katy choisira-t-elle la stabilité relative d’un homme mûr, mais infidèle, qui l’a déjà jetée comme une vieille chaussette puante, ou la fraîcheur un peu niaise de son cadet de huit ans, ce qui semble être le comble de la décadence pour l’auteur qui ne se remet pas de leur différence d’âge (quelqu’un pour lui dire que c’est elle qui a écrit le bouquin ?). Pour de la chick lit, je n’ai pas ri, ni même esquissé l’ombre d’un sourire amusé, je me suis simplement ennuyée…



Le cycle des robots, Tome 1 : Les robots d'Isaac Asimov



Le cycle des robots
Tome 1 : Les robots

de Isaac Asimov

Editions 84

Sortie le 23 juin 2012
Format poche / 284 pages / Prix 6,00 €



Présentation de l'éditeur :

Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.
Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

L'avis de Chani 

Cycle classique de la science-fiction, Les Robots est le livre inaugurant la célèbre série d’Asimov. Dans ce recueil de nouvelles sur la thématique de l’intelligence artificielle, Asimov décrit l’évolution de la robotique, d’abord au service de l’homme, puis l’asservissant, le tout en un laps de temps assez court puisque la première nouvelle se place en 1996 avec Robbie le robot serviable voire servile, pour s’achever en 2044 avec un robot président. Écrit dans les années 40, ces textes peuvent paraître un peu désuets, mais reprennent tout leur sens en les replaçant dans leur contexte. En effet, la période d’écriture correspond au début de la robotique, porteuse de tous les espoirs, craintes ou fantasmes. Asimov soulève des sujets de société toujours actuels comme la transgression (malgré les fameuses trois lois) ou l’appétit pour le pouvoir, et si aujourd’hui les robots nous font moins peur que la puissance des réseaux sociaux, l’omniprésence des supports numériques et notre dépendance à ces derniers, c’est avec nostalgie que l’on parcourt ces neuf nouvelles qui poussent toujours à réfléchir.