Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 19 février 2017

Les gentilles Filles vont au paradis, les autres là où elles veulent de Elie Grimes



Les gentilles Filles vont au paradis, les autres là où elles veulent (Preludes Litteratures)
de Elie Grimes

Éditions Préludes

Sortie le 3 mai 2017
Format format kindle / . pages / Prix 11,99 €



Présentation de l'éditeur :

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Émile Serig.
Zoey est la soeur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton.
Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey
n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus infl uent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…
Voici une comédie cent pour cent new-yorkaise, sexy et efficace ! Ce chassé-croisé amoureux contemporain porté par des dialogues vifs et percutants, rythmé par mille et un rebondissements, révèle une héroïne au caractère volcanique.

Un roman d’amitié, une histoire familiale, une passion torride : et si Elizabeth Bennet s’était réincarnée au XXIe siècle dans une jeune cuisinière américaine ?

L'avis de Chani

Le lecteur découvre Zoey et son groupe d’amis, ainsi que sa famille un peu envahissante. À trente ans, si la jeune femme est épanouie professionnellement, sa vie privée est morose, au grand dam des siens qui la rêvent casée. Quand sa route croise Matthew Ziegler, le critique gastronomique, sa vie va s’en trouver un peu plus bousculée que d’habitude.

Quel plaisir de lire ce roman de chick lit frais et léger ! Si vous cherchez une lecture drôle qui vous fera pouffer, vous changera les idées ou vous mettra du baume au cœur, Les gentilles Filles vont au paradis, les autres là où elles veulent est le livre qu’il vous faut. Elie Grimes prend les meilleurs ingrédients du genre sans ses écueils et le résultat est absolument parfait. Le personnage de Zoey est des plus attachant, touchante bien que parfois énervante dans ses choix, mais c’est un vrai bonheur de la voir évoluer. Son ami Adrian est irrésistible, charmant et drôle, avec des touches de gendre idéal… ou pas. Quant à Matthew… je vous laisse la surprise intacte. La plume de l’auteur est enlevée, on ne s’ennuie guère et on quitte ce roman à regrets, mais heureux d’avoir partagé un peu de leur histoire.

Nos réceptions de la semaine #8


Nouvelle année, nouveau rendez-vous. Pour débuter 2017, nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 13 au 19 février 2017 :


Cette semaine il n'y a que des réceptions de Services presse :
- Ne m'appelez pas Blanche-Neige de Gally Lauteur
- La loge Noire de Jean-Pierre Croquet
- Winter people de Jennifer McMahon
- Revival de Stephen King
- Les ducs préfèrent les blondes de Loretta Chase
- Un palais d'épines et de roses de Sarah J Maas

Aucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : texteAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : une personne ou plus et texteAucun texte alternatif disponible.





Pour moi cette semaine, c'est achat perso : Le château des étoiles de Alex Alice version journaux (Journaux 2 à 5) et le Mabinogion traduit par Joseph Loth (une des rares éditions française de ce texte celtique ancien).

Aucun texte alternatif disponible.



Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

Manipulation Tome 1 - Corbeaux de Juliette Lemaître



Manipulation - Tome 1 - Corbeaux
de Juliette Lemaître

Éditions Hachette Romans

Sortie le 22 février 2017
Format broché / 400 pages / Prix 18,00 €



Présentation de l'éditeur :

« Ils vont venir ici, Liz, ils vont venir, et les ténèbres se refermeront sur moi… sur toi… sur tout le monde. »

Liza vit avec sa sœur, à l’écart de la Société. Elle a promis de toujours la protéger, elle, la petite Anna qui n’a jamais su marcher.

Mais en quelques heures, leur destin bascule. Anna est capturée par la Milice.

Liza n’a pas le choix. Si elle veut revoir sa sœur, elle va devoir quitter le monde qu’elle connaît et entrer dans cette Société qui retient Anna prisonnière. Quitte à tomber dans le piège tendu par son président, un homme manipulateur et sans scrupules…


L’auteur :
Née en 1997, Juliette Lemaître est une auteur précoce. Elle a écrit Manipulation alors qu’elle était encore au lycée, et a reçu plusieurs prix d’écriture.

L'avis de Chani

Depuis la disparition de leurs parents, Liza et Anna vivent dans la forêt, à cinquante kilomètres des limites de la Société où sont censés vivre tous les humains. Connor, le président de la Société, envoie régulièrement des éclaireurs, les Corbeaux, pour retrouver ceux qui ne l’ont pas encore rejointe. Ce qui devait arriver arriva donc, les Corbeaux enlèvent Anna un jour où Liza est partie chasser. Elle n’a plus qu’une option : retrouver sa sœur. 

Le thème est plutôt sympa, le lecteur a droit à une dystopie qui reprend les codes du genre et qui, si elle ne brille pas par son originalité, se laisse lire. Là où le bât blesse, c’est la narration. Même en faisant preuve d’indulgence vis-à-vis de la jeune Juliette Lemaître qui a écrit son roman avant ses vingt ans, il faut néanmoins reconnaître que son écriture manque cruellement de maturité, principalement dans les dialogues qui sonnent vraiment creux. Ce manque de maturité se retrouve aussi dans l’intrigue, tout est facile, l’auteur nous explique tout des mécanismes de la Société, de l’histoire des Gallen ou des machinations de Connor dans le détail comme à des enfants de huit ans, c’est assez désagréable et rend l’ensemble plat. L’intention est bonne, mais gâchée par le manque d’expérience de la plume de l’auteur qui mérite d’être davantage travaillée.

The Curse de Marie Rutkoski



The Curse
de Marie Rutkoski

Éditions Lumen

Sortie le 16 février 2017
Format broché / 464 pages / Prix 15,00 €



Présentation de l'éditeur :

Gagner peut être la pire des malédictions...

Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la " malédiction du vainqueur " : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise.
Elle ignore encore qu'elle est loin, bien loin, d'avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l'esclave, Arin, et comprend qu'il n'est pas qui il paraît... Mais ce qu'elle soupçonne n'est qu'une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

L'avis de Chani

Lors d’une sortie au marché, Kestrel, la fille de l’un des généraux les plus en vue de l’Empire, enchérit pour remporter un esclave Herrani, dans un élan aussi altruiste que dénué de bon sens. Acheté au prix fort, Arin, l’esclave rebelle, se révèle bon forgeron, mais aussi bien trop impétueux. Tandis qu’il va rapidement devenir le garde du corps de la jeune fille, l’Empire est secoué par différents troubles… 

Les éditions Lumen nous offrent une nouvelle fois un roman de fantasy young adult de qualité. L’Empire Valorian prend vie sous les yeux du lecteur qui en saisit peu à peu les mécanismes : après avoir écrasé les Herranis, les Valorians les ont réduits en esclavage, mais les vaincus rêvent encore de soulèvement et fomentent en secret leur retour au pouvoir. Dès lors, on comprend mieux les implications de l’arrivée d’un jeune esclave dans une grande maison proche du pouvoir en place. On découvre au fil des pages les personnages principaux, qui se révèlent tous deux très bien exploités. Tout d’abord Kestrel, piégée entre deux choix qui ne l’enchantent guère : l’armée ou le mariage, s’avère une jeune fille rebelle à sa manière, fin stratège, sensible mais avec beaucoup de caractère. Arin, de son côté, a des motivations plus floues, pris entre sa mission, les réminiscences de son passé et l’affection qu’il voue à sa maîtresse. Leur duo fonctionne très bien, tout en non-dits et plein de pudeur. Si on sent un lien entre les deux, l’auteur ne nous sort pas les grosses ficelles de la romance interdite, merci ! L’intrigue est quant à elle prenante, entre politique, guerre ouverte et faux-semblants, l’empire n’est pas si paradisiaque que ça. Les évènements s’accélèrent dans la seconde partie qui m’a bluffée, pleine de rebondissements et de choix surprenants. La suite promet d’être intéressante !