Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 2 février 2017

Code 93 de Olivier Norek

Code 93
de Olivier Norek


Éditions Pocket

Sortie le 9 octobre 2014
Format poche / 360 pages / 7.40€

Présentation de l'éditeur :



Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le " Code 93 " ?
Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

Avis de Cassiopée :

Code 93 est un polar qui fait froid dans le dos. Il nous montre la dure réalité des problèmes de la banlieue parisienne et du quotidien infernal de leurs policiers.

L'intrigue est intéressante et bien ficelée. L'enquête est prenante et on essaie de lier ensemble les différentes affaires qui se retrouvent entre les mains de Victor Coste.
Ce roman est surtout porté par ce capitaine de police. Coste nous entraîne dans les bas fonds, sous son aile protectrice qui en a vu des vertes et des pas mûres. C'est un personnage très intéressant et auquel on s'attache très vite. Comme tout bon capitaine, il a su bien s'entourer, son équipe éclectique est aussi très sympathique à suivre. On se prend d'affection pour ce petit groupe mais surtout on compatit pour leur travail bien difficile.

Ce livre c'est aussi et surtout une mise en lumière du quotidien des forces de l'ordre dans des banlieues compliquées. Les anecdotes racontées par les forces de l'ordre au fil des chapitres font froid dans le dos. Sachant que l'auteur est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 depuis quatorze ans, on en vient à se demander parfois si certaines de ces anecdotes ne sont pas des faits réels... On y retrouve aussi les liens compliqués mais inextricables entre les politiciens et la police, rendant encore plus compliqué le travail de ces derniers...

Code 93 est donc un bon polar passionnant mais qui ne nous épargne pas et nous ouvre les yeux sur une partie de la société que souvent on préfère ignorer...



Partials, tome 1 de Dan Wells

Partials
Tome 1 
de Dan Wells


Éditions La Livre de Poche
Collection Jeunesse

Sortie le 1er avril 2015
Format poche / 544 pages / 7.90€

Présentation de l'éditeur :


2076. La guerre contre les Partials, des êtres génétiquement modifiés, a décimé la quasi -totalité de la planète. Quarante mille humains survivent sur l'île de Long Island sous la férule d'un Sénat autoritaire, tandis que le virus RM reste sans antidote. Les nouveaux-nés vivent moins d'une journée, si ce n'est quelques minutes. La population déjà très éprouvée est désormais traumatisée par la loi Espoir : toute jeune fille, dès dix-huit ans, aura l'obligation de tomber enceinte. Le combat de Kira Walker, étudiante en médecine, commence à cet instant. Ses ennemis ne sont pas les Partials mais le RM. Son obsession ne concerne pas la dérive fasciste du Sénat mais une folle hypothèse scientifique. Kira décide de suivre son intuition au risque de devenir hors-la-loi ou que les Partials la tuent.

Avis de Cassiopée :

Partials de Dan Wells est une dystopie très prenante et qui aborde le thème sous un œil nouveau.

Kira est une jeune fille dans cette nouvelle société. Elle n'a quasiment connu que ce monde là, un monde dévasté où la population essaie de survivre et de perdurer. Kira est une scientifique. Elle a étudié la biologie et est brillante. Elle fait des recherches sur ce virus, le RM, qui a décimé la population mondiale et qui aujourd'hui s'en prend à tous les nouveaux nés. L'arrivée d'un prisonnier Partial va faire évoluer ses recherches.

Il est très agréable de suivre l'histoire d'un point de vue scientifique et plus particulièrement dans le domaine de la biologie. Kira utilise du vocabulaire spécifique, développe des hypothèses, expérimente, etc. Elle parle de gènes, d'ADN, de mutations, de virus... C'est passionnant ! Ce n'est pas qu'une jeune fille essayant de survivre, non, c'est une battante qui veut changer les choses et qui y travaille sous un œil érudit. L'ensemble reste abordable au public mais apporte un vrai plus au récit.

En parallèle de ses recherches, le lecteur est confronté à la vie sur l'île de Long Island, et comment la société a évolué et tente, tant bien que mal, de survivre avec autoritarisme. On y retrouve ici les éléments d'une société futuriste dystopique oppressée et au bord de l'éclatement.
On apprend aussi l'histoire de ce monde. Comment ils en sont arrivés là ? Et cela pose la question des Partials. Qui sont-ils ? Quel est leur statut ?
Plus on en apprend sur eux, plus on se pose de questions d'ordre moral. Qu'est prête à faire la société pour vaincre son ennemi ? Qu'est-ce qu'un être vivant ?  Peut-on tout créer ? Jusqu'où peut-on modifier génétiquement les personnes ? Que reste-il d'humain si l'on change tout ?

Dan Wells nous offre un premier tome de trilogie très intéressant et donne envie de poursuivre la recherche d'un remède aux côtés de Kira.

Les sentiers des Astres, tome 1 : Manesh de Stefan Platteau

Les sentiers des Astres
Tome 1 : Manesh
de Stefan Platteau


Éditions J'ai Lu

Sortie le 4 mai 2016
Format poche / 736 pages / 9.90€

Présentation de l'éditeur :


Quelque part dans la forêt de Vyanthryr réside le Roi-Diseur, l'oracle légendaire. Dernier espoir d'une nation ravagée par la guerre civile, le capitaine Rana remonte le fleuve à sa recherche, entraînant dans sa quête une poignée de braves. Personne n'a jamais navigué si loin en amont, à des milles de toute civilisation. Et pourtant, voilà qu'un naufragé dérive à leur rencontre, accroché à une simple branche. Qui est-il, et que lui est-il arrivé ? Lui qui se fait appeler "le Bâtard", est-il un simple humain, ou l'héritier d'un sang plus ancien ? En ces terres du Nord, les géants et les dieux marchent encore sous les arbres. Déjà, la forêt frémit des prémices de leur colère...


Avis de Cassiopée :

Quelle merveilleuse histoire et aventure que voilà ! Ou du moins début d'aventure, car l'histoire de Manesh est loin d'être terminée !

Dans un monde en pleine évolution, la place à de  la magie se fait de plus en plus mince. Mythes ? Légendes ? Où est la part de vérité ? Peut-on encore douter lorsque le Porcher et sa harde débarquent dans un village ou que le semeur de feu parcourt les rives d'un fleuve antique ?

Ce roman à deux voix nous entraîne dans un monde fascinant. D'abord Fintan, narrateur principal à l'origine du récit, remonte le Vyanthryr avec ses compagnons afin de trouver le Roi-Diseur. Fintan raconte sa propre aventure mais relate aussi la vie de Manesh, jeune homme recraché par le Vyanthryr aux frontières de la mort, dont il s'occupe.
Les deux histoires sont passionnantes. J'avais peur de m'ennuyer sur le bateau avec Fintan, imaginant que le cœur de l'histoire serait Manesh racontant son passé. Je n'aurais pas pu plus me tromper. Il m'arrivait régulièrement de préférer les moments sur le bateau à la course poursuite de Manesh.
L'action est au rendez-vous et il y a peu de longueurs. Les personnages sont captivants, leurs histoires fascinantes. On en veut toujours plus.
On découvre les légendes du pays qui l'ont façonné tel qu'il est à présent. Et on apprend comment ces mêmes légendes pourront peut-être le modifier à l'avenir.

L'auteur a une écriture belle et fluide. La lecture est aisée, les pages défilent. Le roman est remarquablement écrit et travaillé. Il est fait référence à des mythes nordiques et hindous dans un mélange brillant. Et si je me familiarise avec les premiers depuis quelques années, les seconds me sont totalement inconnus. Cette lecture m'a encouragée à découvrir de nouveaux horizons et à m'intéresser à de nouveaux mythes.

C'est un roman que je recommande chaudement pour les amateurs de fantasy. C'est un des meilleurs romans du genre que j'ai pu lire à ce jour.


La ballade de Cornebique de Jean-Claude Mourlevat



La ballade de Cornebique
de Jean-Claude Mourlevat



Éditions Folio
Collection Folio Junior

Sortie le 7 mai 2009
Format poche / 192 pages / 5.70€


Présentation de l'éditeur :

Si vous aimez les boucs, le banjo et les charlatans, les concours d'insultes et les petits loirs qui bâillent tout le temps, alors laissez-vous emporter dans la follecavale de l'ami Cornebique.

Une fable drôle et survitaminée, pleine de tendresse et de poésie, où l'on retrouve la langue colorée de Jean-Claude Mourlevat. Jubilatoire. 

Avis de Cassiopée :

La ballade de Cornebique est un roman jeunesse qui attirera particulièrement les plus jeunes mais qui qui devrait plaire aux plus vieux.

L'histoire est mignonne et agréable à suivre, bien qu'elle fasse parfois lever les yeux au ciel sur la facilité qu'a le héros à se sortir des moments difficiles.
Cornebique, le bouc, vient d'avoir le cœur brisé. Démoralisé, il décide de prendre la route. Au début de son périple, il rencontre une cigogne avec un paquet incongru. Ce paquet va changer sa vie.

On retrouve un petit côté scolaire dans le style d'écriture mais aussi avec les nombreux clins d’œil de nos cours de français du collège. C'est un livre qui s'amuse avec les mots. C'est chantant et amusant. On dirait que l'auteur a joué avec les outils qu'il avait en main pour en faire une jolie histoire. C'est en ces points que les adultes prendront du plaisir à leur lecture. C'est travaillé et ça se voit. On sent le coup de crayon qui a été tracé avec la dextérité d'un maître des mots, tout en restant abordable pour les jeunes lecteurs.



Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles
de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

Éditions Pocket

Sortie le 18 juin 2015
Format poche / 416 pages / 7.80€


Présentation de l'éditeur :

États-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d'un petit garçon, souffre de l'absence de son mari, parti au front, de l'autre côté de l'Atlantique. À des centaines de kilomètres d'elle, Rita, femme et mère de soldat également, n'a pour compagnie que la fiancée de son fils.
Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l'attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joies qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin. 

Avis de Cassiopée :

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles est un joli roman épistolaire révélant la naissance d'une amitié entre deux femmes aux États-Unis au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Rita, une femme de 40 ans vivant en Iowa, épouse d'un médecin et mère d'un fils tout juste majeur, a vu les deux hommes de sa maison s'engager dans l'armée afin de prendre part aux affrontements en Europe. Elle reçoit un jour une lettre de Glory, 24 ans, habitant le Massachusetts, mère d'un petit garçon et enceinte de quelques mois, son mari lui aussi engagé dans le conflit mondial.

Elles ne se connaissent pas, n'ont aucun lien, si ce n'est cette guerre assassine qui les a séparées de leurs hommes. Une association dans leur ville les a mises en contact et c'est ainsi qu'une belle et magnifique amitié va germer.
Leur correspondance débute en 1943 : petits messages anodins, anecdotes, conseils de jardinage, recettes, mais aussi messages de soutien et de consolation... Le lecteur suit à travers ces lettres la vie de ces deux femmes qui affrontent les tumultes et un monde sans hommes.

Les échanges sont souvent poignants, beaux, forts, sans retenue. Ces femmes se mettent à nue dans leurs lettres. Elles sont humaines, elles font des erreurs, elles essaient de survivre dans ce monde chamboulé, mais elles se soutiennent, se conseillent. De part leurs échanges, elles trouveront mutuellement du réconfort qui va les aider à braver cette période difficile.

Les lettres sont bourrées de petits détails nous révélant la vie de l'époque. Le rationnement, la place que les femmes ont prise dans la société et dans le monde du travail, la solidarité qui s'est créée, les V-mails (ce système de lettres entre les soldats et leur famille), la censure, mais aussi la place des américains d'origine allemande et les prisonniers de guerre, etc.

À la fin de certaines lettres on retrouve des recettes qu'elles s'échangent. Des recettes adaptées à l'époque et au temps du rationnement, mais cela ne nous empêche pas d'avoir une envie folle de les tester.

C'est un roman sur une magnifique amitié, mais aussi qui nous montre la lumière dans les temps difficiles. À découvrir.