Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 27 avril 2016

The Scorpion Rules de Erin Bow



The Scorpion Rules
de Erin 
Bow

Lumen editions

Sortie le 7 avril 2016
Format broché / 1 pages / Prix 15,00 €



Présentation de l'éditeur :

La première règle, pour éviter la guerre ? En faire une affaire personnelle… Très personnelle.
Duchesse de Halifax, princesse de la Confédération panpolaire, mais surtout… otage. Je m’appelle Greta Stuart, et ma vie ne tient qu’à un fil. Il y a quatre cents ans, une série de terribles conflits liés au changement climatique a ravagé la planète : guerres, famines, inondations, exodes… Débordées, les autorités ont fait appel à une intelligence artificielle omnisciente pour tenter de mettre un terme au massacre. Mais Talis – c’est son nom – a vite pris son indépendance et le contrôle du monde. Désormais, il garde en otages les fils et filles des grands dirigeants de la planète. À la première déclaration de guerre, les héritiers des deux camps concernés sont froidement exécutés.

Il me reste seize mois à tenir, seize mois avant d’avoir dix-huit ans et de pouvoir quitter le Préceptorat où je suis prisonnière depuis l’âge de cinq ans. Mais l’arrivée d’un nouveau pensionnaire, venu du pays voisin du mien, va tout changer. Elián, qui ne cesse de défier Talis, de mépriser les règles qui régissent notre existence, met nos vies à tous en danger. Malgré tout, son esprit de révolte est contagieux. La résistance serait-elle possible ? Car nous le savons tous : le pays natal d’Elián va forcément finir par déclarer la guerre au mien…

L'avis de Chani

Une catastrophe climatique a contraint les Nations Unies, désemparées devant les mouvements de population et les troubles en découlant, à confier les rênes du monde à une Intelligence Artificielle, Talis. Talis agit au mieux, choisit la solution la meilleure pour tous, même si cela passe par rayer une ville entière de la carte, pour l’exemple. Pour éviter les guerres, il a été décidé que chaque souverain confirait un de ses enfants à un préceptorat où il serait otage, exécuté froidement si son parent venait à avoir des idées belliqueuses. Greta est entrée au préceptorat à l’âge de cinq ans et se plie aux règles sans rechigner : même si elle vit avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête en permanence, elle s’y sent bien mieux que dans la demeure familiale, c’est dire. Pourtant, un nouveau pensionnaire va mettre à mal sa conception des choses.


La perplexité est le sentiment dominant une fois ce roman terminé. Le postulat de départ est des plus intéressants, il est original et il était aisé d’imaginer le genre de tournure qu’allait prendre cette dystopie. Et puis, dans la deuxième partie, l’auteur choisit un chemin complètement improbable. Si cette orientation prend le lecteur complètement de court, elle n’est pas incohérente, même si elle surprendra sûrement le plus grand nombre. Là où le bât blesse, c’est dans les personnages. Ils sont nombreux, et l’auteur n’a pas pris le soin de les mettre en valeur et d’approfondir leur psychologie. De fait, le lecteur n’arrive pas à s’attacher à eux ni à s’intéresser à leurs déboires, d’autant que certains passages les mettant en scène sont vides de sens comme celle de la chèvre au début, on se demande pourquoi Erin Bow a perdu du temps avec ça au lieu de travailler sur ses héros. À côté de ça, elle nous sort une romance qui nous tombe dessus comme un cheveu sur la soupe. Pour l’effet de surprise, je valide, mais je n’en ai pas encore trouvé l’intérêt. Le personnage de Talis aurait pu être le pivot central du livre, mais là encore c’est une déception, l’IA manque de consistance et de maturité eu égard aux responsabilités qui lui sont confiées. Ajoutez à cela la fin et ses choix discutables et vous aurez un roman somme toute bancal, dans lequel les messages écologiques et les mises en garde contre la technologie passent, mais qui manque d’âme, de substance.





15,00 EUR
Achat Fnac

Focus on... Duolingo

Duolingo

Candy Crush Saga ? Vous avez abandonné, trop dur. Neko Astume ? Vous êtes fatigués d’attendre que les petits minous veuillent bien pointer le bout de leur nez. Quelle application va donc bien pouvoir désormais accompagner vos séjours (prolongés) aux WC ? J’ai la solution : Duolingo !


Intuitive et au design agréable, cette application vous permet d’apprendre ou de réapprendre une langue de manière ludique. C’est ainsi que je me suis remise à l’Espagnol. Selon le rythme d’apprentissage choisi, il suffit de quelques minutes pour compléter son objectif journalier. Mon but à terme ? Être capable de lire un livre dans la langue de Cervantes ! (Pour ceux qui la connaissent, j’ai un peu (beaucoup) copié sur la blogueuse Lucie de Lulai Lis).

(L'application est disponible en langue française, évidement Wink).

Je n’ai qu’un regret quant à cette application : elle ne permet pas, pour les francophones, d’apprendre de langues utilisant un alphabet autre que notre bon vieil alphabet latin. J’aurais adoré me remettre au Japonais, ou bien même débuter l’Arabe. Qui sait, peut-être cela sera-t-il possible dans les futures versions de l’application ?
Pour celles et ceux qui n’ont pas de smartphone, ou que ceux-ci enquiquinent, vous pouvez aussi accéder à Duolingo depuis votre ordinateur en vous rendant sur : https://fr.duolingo.com

Et le prix ? C'est totalement gratuit et sans pub !

Rory

The New Order de Chris Weitz



The New Order
de Chris Weitz

Éditions Le Masque

Sortie le 6 avril 2016
Format poche / 384 pages / Prix 17,00 €



Présentation de l'éditeur :

Un virus a décimé toute la population des États-Unis, à l’exception des adolescents. Ces derniers pensaient être les seuls survivants… mais ils se trompaient.

Après l'inattendu twist final du tome 1, Donna et Jefferson se séparent. Jefferson retourne à New York, où il va tenter de trouver l'antidote du virus au sein de la tribu des Washington Square. Donna, quant à elle, se rend en Angleterre, où elle est confrontée à un tout autre monde. Parviendront-ils à se réunir de nouveau pour empêcher ce qui s'annonce comme un désastre plus grand encore que le virus qui a anéantit le continent ?

Un deuxième tome aussi passionnant que le premier.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sébastien Guillot

L'avis de Chani


Après un premier tome très prenant, cette suite était très attendue. Qu’allait-il arriver à Donna, Jefferson, et tous les autres ?
Dès le départ, le ton est donné, on entre directement dans le vif du sujet. Donna et Jefferson sont confrontés à la réalité, à ce que ce qui s’est passé à New York réellement. Mais peuvent-ils vraiment faire confiance à leurs interlocuteurs et, si non, peuvent-ils au moins trouver un allié ? Les deux adolescents ne vont pas faire les mêmes choix et prendront deux directions différentes.


Clairement, on doit dissocier dans ce roman l’intrigue de la narration. La première est au final intense et pleine de rebondissements, il se passe beaucoup de choses et tout cela serait passionnant si la narration était à la hauteur. Le style est assez plat, ça encore, on peut aisément passer outre, mais les défauts du premier tome sont ici encore plus présents. Trop de bla-bla, des paragraphes entiers dans lesquels l’ennui pointe le bout de son nez, c’est long, c’est lourd et c’est dommage, le style dessert complètement le propos. Sans compter la police de caractères et la mise en page peu agréables, le lecteur se retrouve visuellement face à des blocs de phrases, le tout manque d’aération et renforce le côté indigeste des passages dans lesquels l’auteur s’écoute un peu trop parler (version écrivain quoi). Bref, un avis en demi-teinte, un grand oui pour le fond, mais une écriture trop plombante qui gâche l’ensemble.





17,00 EUR
Achat Fnac