Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 29 avril 2015

The Book of Ivy de Amy Engel

The Book of Ivy
de Amy Engel



Éditions Lumen

Sortie le 5 mars 2015
Format broché / 341 pages / Prix 15,00 €


Présentation de l'éditeur :


Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? Book of Ivy est le premier roman d'Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d'amour torturée.

L'avis de Sophia :

Le postulat de départ est basique et finalement peu original. Une société décimée qui tente de survivre dans un monde en ruines, deux familles ennemies au pouvoir, une romance qui naît au milieu de tout ça. Mais cette simplicité apparente se révèle être une force, car, débarrassée d'une foule de détails pas toujours utiles ou d'une intrigue complexe, l'histoire se concentre sur le personnage d'Ivy, sur ses émotions, ses pensées, sans que quoi que ce soit ne vienne jamais parasiter l'attachement qu'éprouve pour elle le lecteur. Un roman très simple de prime abord, oui, mais qui n'est pas dénué de profondeur et d'intelligence, bien au contraire.

Pas besoin de s'attarder sur le contexte, simple donc, d'autant plus que le résumé en dit bien assez. Non pas que ce contexte ne soit pas intéressant d'ailleurs ; il est simplement, comme déjà dit, très basique. La vraie force de ce roman, ce sont ses personnages. Ivy est une héroïne comme on aimerait en voir plus. Bien sûr qu'elle est jolie, bien sûr qu'elle doit faire face à son destin et bien sûr qu'elle va tomber amoureuse de la mauvaise personne. Rien d'original. Mais cette fille est d'une vivacité d'esprit et d'une profondeur qu'on aimerait voir plus souvent. Malgré sa jeunesse et son inexpérience, elle fait preuve de beaucoup de recul et de réflexion, et si elle commet des erreurs parfois, ce n'est jamais par stupidité. Quand on supporte difficilement les héroïnes immatures et pleureuses, on apprécie d'autant plus Ivy. Forte, mais sensible malgré tout. Dure parfois, mais avec des émotions à fleur de peau.
Le poids et les responsabilités qui pèsent sur ses épaules auraient de quoi faire capituler des bien plus costauds. Enfermée dans une société qui contrôle tout et qui a renvoyé les femmes à leur rôle de simples pondeuses, poussée par sa famille à certaines extrémités, elle se retrouve en plus mariée de force au fils de l'ennemi. Ça fait beaucoup pour une fille de 16 ans.
On suit son évolution, alors que l'intrigue se dessine progressivement sous nos yeux et semble se diriger vers un dénouement tragique, ou au mieux, une impasse. Certains lecteurs devineront sûrement la fin assez vite, mais ça n'empêche pas au suspense de s'installer, et même en voyant arriver de loin le retournement final, on se demande bien comment l'auteur va nous y mener.

Ivy est très attachante. Ses sentiments naissants, sa soif de liberté, de reconnaissance, sa quête d'identité, ses rêves d'un monde meilleur, les pressions familiales parfois trop dures à supporter, ça parlera forcément aux lecteurs, jeunes ou non.
Les autres personnages sont tout aussi intéressants, mais il est compliqué de s'attarder sur eux sans révéler certains pans de l'intrigue. Chacun a ses propres motivations, ses objectifs et sa façon de penser. Et l'on se surprend à douter, en même temps qu'Ivy, du bien-fondé de certaines idées pourtant simples en théorie. Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc ici, à quelque niveau que ce soit.

The Book of Ivy est un roman fort et difficile à lâcher une fois commencé. Il faut également souligner la plume poétique et parfaitement maîtrisée de l'auteur, qui insuffle à Ivy une vraie personnalité, alternant sans cesse entre envolées lyriques et constats très pragmatiques. Une juste dose d'émotions et de tragique, teintée d'humour, de tendresse et de suspense. La fin promet une suite tout aussi passionnante. C'est presque une bonne chose de ne pas avoir le tome 2 sous la main, car l'envie serait grande de se jeter dessus aussitôt, au lieu de savourer comme il se doit une suite qui mérite largement d'être attendue après un premier opus qui est un vrai coup de cœur. Ce livre est un véritable bijou, un bonbon, une douceur qui ne manque pourtant pas de piquant et qu'on a bien envie de relire si tôt terminé.



15,00 EUR
Achat Fnac


Elizabeth Darcy d'Abigail Reynolds

Elizabeth Darcy
d'Abigail Reynolds

Éditions Milady
Collection Pemberley

Sortie le 5 décembre 2014
Grand format / 15,20 €




Présentation de l'éditeur :

Et si le dernier homme au monde qu’Elizabeth Bennet accepterait d’épouser... était son mari ?

Dans Orgueil et Préjugés de Jane Austen, Elizabeth affirme à l’orgueilleux Mr Darcy qu’il serait le dernier homme au monde qu’elle consentirait à épouser.

Et si elle n’avait jamais prononcé ces mots ?
Dans cette réécriture d’Orgueil et Préjugés, Elizabeth consent malgré elle à devenir la maîtresse de Pemberley, déclenchant un jeu de chassés-croisés qui risque de mettre en péril leur amour…



L'avis d'Elaura :

Une réécriture d'Orgueil et Préjugés très agréable à lire et surtout assez novatrice puisque l'auteur nous offre un point de vue très différent de l’œuvre d'origine : et si Elizabeth avait accepté la première demande en mariage de M. Darcy ?

En effet, ici, au lieu d'assister au célèbre échange plutôt cinglant entre Elizabeth et Darcy, où elle lui affirme qu'il serait le dernier homme qu'elle souhaiterait épouser, elle y consent par dépit, prise au piège d'une condition qu'elle n'a jamais voulue. En peu de temps, elle se retrouve mariée et loin de cette famille qui fait tant honte à son mari. Diriger Pemberley ne lui sied guère, commence alors une longue période où Elizabeth oublie même son propre nom tout en détestant l'être qui partage son lit, jusqu'à ce qu'elle arrive à déceler en lui autre chose que de l'orgueil et du mépris.

Un roman bien écrit et qui se lit avec beaucoup de plaisir, d'autant plus si l'on connaît l’œuvre originale. En effet, quelle janéite n'a pas rêver de voir M. et Mme Darcy dans leur quotidien ? Même si, ici, le ton n'est pas à la joie, le chassé-croisé de notre couple fétiche étant souvent violent et douloureux pour eux. Bien évidemment les choses finissent par s'arranger, mais ce ne sera pas sans peine, au point que les remises en question incessantes d'Elizabeth finissent par devenir un peu agaçantes. Mis à part ce petit bémol, c'est une réussite, l'auteur allant même jusqu'à nous offrir de très jolies scènes hot entre nos deux héros (avouez-le, vous en rêviez !!!).

Respectueux de l’œuvre originale tout en étant très audacieux, Elizabeth Darcy ravira aussi bien les passionnés de Jane Austen que les néophytes et accompagnera agréablement votre Tea Time printanier pour quelques heures.