Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 9 avril 2015

Red Queen

Red Queen
de Victoria Aveyard

Éditions Le Masque
Collection MsK

Sortie le 11 mars 2015
Format poche / 432 pages / Prix 18,00 €


Présentation de l'éditeur :

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l'égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d'esclaves ou de chair à canon. Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d'Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l'indépendance de son peuple.
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Alice Delarbre

L'avis de Chani

Dans un royaume ségrégationniste, les Argents sont au pouvoir. Dotés de dons surnaturels, ils ont tout pour eux, y compris des esclaves, les Rouges. Mare Barrow fait partie de cette caste jugée comme inférieure et travaille depuis peu au palais, ce qui va précipiter le début de ses ennuis. Alors qu’elle est transparente et considérée comme une moins que rien, la jeune fille va découvrir qu’elle aussi possède des pouvoirs extraordinaires. Ce qui n’est, bien entendu, pas du goût de la famille royale qui va tout faire pour la garder sous contrôle.

Red Queen est une dystopie au croisement de Hunger Games et La Sélection, dans laquelle j’ai vu une pointe de Stargateaussi. Une jeune fille est révélée à ses pouvoirs et met le système en danger. Il va donc falloir la contrôler et, pour cela, lui offrir une place convoitée par tant d’autres, rendant sa nouvelle position très inconfortable, et surtout dangereuse. Le roman est séduisant par bien des aspects et ravira les fans de dystopies, mais Victoria Aveyard ne renouvelle pas le genre malgré les bonnes intentions contenues dans l’intrigue. Cette impression de déjà-vu risque de rendre le roman fade aux yeux de certains lecteurs qui trouveront l’ensemble malgré tout prévisible et facile.

Le manuscrit proscrit de Nur Jahan


Le manuscrit proscrit de Nur Jahan
de Cécilia Correia

Éditions J'ai Lu
Collection Semi-poche sentimental

Sortie le 18 mars 2015
Format semi-poche / 11,90 €

Présentation de l'éditeur :

« Dorsetshire, 25 octobre 1836,
Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti en reprenant, moins d'un an après mon retour en Angleterre, les annotations diverses effectuées au cours de mon expédition en Inde. Quiconque viendrait à les lire pourrait penser à tort que la raison m'a abandonnée. Que le Ciel m'en soit témoin, ce n'est point le cas.
C'est avec une appréhension certaine que je me replonge dans cette aventure, là où tout a commencé, non loin du Cap des Aiguilles, alors que la fureur d'une terrible tempête était sur le point de s'abattre sur notre vaisseau... »


Avis de Molina

Plongez dans l'univers envoûtant de l'Inde à l'époque coloniale et rencontrez deux héros que tout oppose et que le destin va pourtant réunir pour accomplir une sombre vengeance.

Judith, jeune Anglaise au tempérament indépendant, accompagne son oncle pour un séjour naturaliste en Inde, elle espère étudier des tigres et non se retrouver dans les griffes du plus terrible prédateur de la région, le maharaja.

Cecilia Correia fait preuve de beaucoup de talent pour décrire les paysages et l'ambiance de l'Inde à cette époque où les Britanniques étaient encore de riches colons. Le lecteur plonge dans cette ambiance un peu feutrée et pleine de mystère et peine à en sortir, tant il est difficile d'abandonner nos deux héros.
Les personnages sont tout aussi réussis et reflètent le talent de l'auteur. Ils sont tout en finesse, en subtilités et en contradictions. Ils sauront vous toucher au cœur et vous émouvoir autant qu'ils vous feront sourire.

L'intrigue et la romance, quant à elles, sont tellement entremêlées qu'on ne peut parler de l'une sans parler de l'autre, c'est pourquoi je n'en soufflerai pas un mot de peur de vous gâcher la surprise. Mais croyez-moi, l'une et l'autre sont à la hauteur de toutes vos attentes !

Bref, je n'aurai que deux mots pour résumer cette lecture : envoûtante et dépaysante. La couverture, sublime, n'est que la porte qui vous mènera dans un monde enchanteur que vous ne quitterez qu'à regret et dans lequel vous ne verrez pas le temps s'écouler. Surtout ne passez pas à côté de ce petit bijou !