Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 27 février 2015

Les substituts Tome 2

Les substituts
Tome 2

de Johan Heliot

Éditions Seuil

Sortie le 29 janvier 2015
Format broché / 324 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur :

Tya s’est débarrassée de la puce électronique qui faisait d’elle une esclave et tente maintenant de conduire les siens vers la liberté. Voici le deuxième tome de la dystopie de Johan Heliot.
À la tête d’un groupe de rebelles Substituts, Tya fuit la ville et l’autorité des Hauts. Son objectif ? Retrouver son père, Jorka, ancien Haut condamné à l’exil pour avoir eu un enfant - Tya - avec une Substitut. Le bruit court que depuis son Sanctuaire, lieu mythique où les hommes vivent égaux, il prépare son grand retour et projette de renverser le pouvoir des Hauts. Mais face aux difficultés du voyage, à travers les prairies et les déserts peuplés de créatures mutantes, des rivalités apparaissent et l’autorité de Tya est remise en question.
Parviendra-t-elle à conduire les rebelles jusqu’au Sanctuaire ?

L'avis de Chani

Ce deuxième tome reprend juste après la fin du premier. Après avoir délivré les siens, Tya veut aller au sanctuaire, mais ce n’est pas du goût de tout le monde et une voix dissonante va se faire entendre. Les plus bas instincts de l’Homme refont surface, la place de chef est convoitée et la jeune fille va en faire les frais et sera laissée pour morte par Liron lors d’une chasse. Séparée de son groupe, Tya va poursuivre sa quête tandis que le groupe va suivre les instructions et les lubies de son nouveau leader. Une fois parvenu au pouvoir, Liron fait fi des idéaux de la jeune fille en imposant un règne par la peur tandis que Tya continue sur le chemin qu’elle pense être le bon. Nous allons donc avoir une narration double, Tya d’une part et Nin, son frère, resté avec le groupe. Alors que l’on pouvait penser que leur passé les soudait et allait les faire avancer ensemble, il n’en est rien. Liron s’avère tyrannique, recréant le schéma des Hauts envers les Substituts, à son avantage cette fois.
Nous apprenons beaucoup de choses dans cet opus, la lumière commence à se faire sur les Anciens et leurs manipulations. Les comportements des uns et des autres trouvent ainsi une justification, mais les découvertes de Tya soulèvent d’autres questions ; on peut se demander où tout cela va nous mener. Le roman se lit très vite, la plume de Johan Heliot est fluide et, après un début un peu lent, les évènements s’enchaînent, ne laissant pas de répit au lecteur. Malheureusement, la frustration vient trop vite aussi, puisque le roman s’achève sans donner toutes les réponses et qu’il va falloir attendre (trop) longtemps pour avoir la suite.

Il était une fois : 5 Contes à redécouvrir

Il était une fois :
5 Contes à redécouvrir

d'Eloisa James

Editions J'ai Lu
Collection Semi-poche sentimental

Sortie le 22 octobre 2014
Poche / 1174 pages / 14,90 €


Présentation de l'éditeur :


Ce volume réunit les 5 tomes de de la saga Il était une fois

Il était une fois, il n'y a pas si longtemps...
Une jeune fille opprimée par sa marâtre s'éprend du fiancé de sa sœur... Une belle audacieuse affronte dans son château un lord monstrueux... Une épouse disgracieuse trahie prend sa revanche et se métamorphose en une sublime beauté...
Voici cinq contes de fées classiques recréés par une auteure à la plume malicieuse et sensuelle, pour notre plus grand plaisir. Cinq histoires d'amour, folles et passionnées pour nous, les femmes d'aujourd'hui, qui sommes d'incorrigibles romantiques, toujours friandes d'aventures, de potions magiques et de princes canailles.

L'avis de Chani


Les éditions J’ai lu ont compilé les cinq romans de la série Il était une fois d’Eloisa James, déjà parus dans sa collection Aventures & Passions, sous la forme d’une intégrale, de près de 1 200 pages, à la couverture qui m’a particulièrement séduite. Et 1 200 pages, quand on passe un bon moment, c’est finalement assez peu…

Eloisa James revisite cinq contes connus en version romance historique et ayant pour cadre l’Angleterre de la fin du XVIIe / début du XIXe siècle. Les histoires sont librement inspirées (et parfois l’inspiration est assez lointaine) de ces contes.

Le premier conte à passer sous la plume de l’auteur est Cendrillon, avec une jeune fille dans une situation moins désespérée que le personnage que nous connaissons. Ensuite, c’est au tour de La Belle et la Bête d’être réinterprété, et c’est sans doute mon préféré de la série. La Princesse au petit pois (celui qui m’a le moins convaincue) sera le troisième tome, tandis qu’Une si vilaine duchesse réinvente Le Vilain Petit Canard. On termine par La jeune Fille à la tour, version romance historique, highlander compris, de Raiponce (ah, je sens que la simple mention d’un highlander m’a donné l’attention pleine et entière de certaines !).
Chaque histoire est différente, mais possède des caractéristiques communes comme l’humour omniprésent, les amours contrariées, la plume enchanteresse de l’auteur et, au final, beaucoup de bons sentiments, comme dans les contes. Cette lecture est divertissante, le lecteur passe un excellent moment en compagnie des personnages tous attachants et intelligents. La diversité des histoires permet d’éviter l’ennui et Eloisa James a un vrai talent de conteuse, alors n’hésitez pas un instant à vous jeter sur ce pavé.