Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 28 octobre 2014

Le chant de la louve

Le chant de la louve
de Rosanne Bittner

Éditions J'ai lu
Collection Aventures et Passions

Réédition le 19 février 2014
Format poche / 6,95 €


Présentation de l'éditeur :

C'est un spectacle incroyable : deux cents guerriers cheyennes s'avancent en ligne, brandissant vers le ciel leurs lances décorées de plumes. Leurs visages sont peints de motifs géométriques et leurs torses nus s'ornent de colliers de perles multicolores. Louve Bienfaisante n'en croit pas ses yeux. La tribu au grand complet s'est rassemblée en son honneur. Pour venir la chercher, après deux ans d'exil chez les Blancs. C'est parce que la jeune fille est investie de l'esprit des loups que les Cheyennes l'ont envoyée apprendre la langue de leurs ennemis et se familiariser avec leurs coutumes barbares. En dépit de son jeune âge, Louve Bienfaisante est une sage. Les connaissances qu'elle a acquises permettront de faire respecter les traités. Mais pour l'instant, ses yeux cherchent Patte d'Ours parmi les guerriers. Il est là, encore plus beau que dans son souvenir. En songeant qu'elle va devenir sa femme, elle sent une étrange vibration parcourir son corps...

L'avis d'Elaura :

Il y a des romances qui traversent le temps et qui vous transportent toujours, même après plusieurs relectures. Rosanne Bittner a écrit Le chant de la louve en 1982, et sa première publication en France date de 1998, date à laquelle j'ai découvert cette petite perle totalement à part dans la collection Aventures et Passions.
Sa réédition, plutôt bienvenue, permet à la nouvelle génération de lectrices de rencontrer Louve Bienfaisante et Patte d'Ours, deux héros que nous allons suivre pendant trente ans. Trente années de bonheur, de malheur, sur fond de conquête de l'Ouest et de cette terrible guerre entre les indiens et les hommes blancs. Ne vous attendez pas à la mièvrerie classique des romances westerns, le temps ici n'est pas à la douceur. Le récit est violent, sans concession jusqu'au dénouement, bercé par l'amour inconditionnel de ces deux êtres prédestinés l'un à l'autre. C'est beau, poignant, désespéré et l'histoire vous hante longtemps après lecture.
Les romances indiennes bien documentées sont trop rares pour être ignorées, aussi, si vous êtes curieux de la culture Cheyenne et si vous ne vous contentez pas de légèreté, cette très grande romance est faite pour vous.

Jamais deux sans toi de Jojo Moyes

Jamais deux sans toi
de Jojo Moyes

Éditions Milady
Collection Romans

Sortie le 24 octobre 2014
Grand format / 416 pages / 18,20 €


Présentation de l'éditeur :


Jess est à bout : elle se tue à la tâche, son mari a disparu de la circulation, son fils rentre de cours couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille surdouée l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir.
Alors qu’elle ne s’y attendait plus, la chance lui sourit enfin. La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la résidence. Accusé de délit d’initié, Ed risque la prison, et il craint plus que tout d’accabler son père malade avec cette nouvelle. Soucieux de s’acheter une conduite et d’oublier ses ennuis, il se propose de venir en aide à Jess. S’ensuit alors une folle équipée avec la petite famille et Norman, leur inséparable chien.
Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuels ?


L'avis de Chani

Femme de ménage le jour et serveuse en soirée, Jess se démène pour essayer de joindre les deux bouts. Seule avec son fils, victime de harcèlement scolaire, et sa fille, surdouée qui risque de rester sur la touche faute de moyens, la jeune femme ne tient le coup que grâce à son optimisme à toute épreuve. Quand un concours de mathématiques pourrait permettre à sa fille d’intégrer une école privée, Jess n’hésite pas à traverser le pays pour lui offrir cette chance. Ed, un de ses employeurs en position délicate, va se trouver sur leur route et les accompagner lors de ce long voyage.

Jamais deux sans toi a un petit goût de Cendrillon et de Pretty Woman (sans marraine la bonne fée ni Hollywood Boulevard), avec une héroïne forte et déterminée, avec un optimisme chevillé au corps. C’est bien simple, malgré les embûches (qui sont nombreuses) et toutes les raisons qui pourraient faire baisser les bras à plus d’un, il se dégage de ce roman une joie de vivre et un optimisme qui font du bien au moral. La romance en elle-même occupe finalement le second plan, c’est davantage une histoire de complicité, la rencontre de deux êtres abîmés par la vie qui se réparent l’un l’autre. Jojo Moyes sait raconter de belles histoires plus profondes qu’on pourrait le penser de prime abord et Jamais deux sans toifait partie des plus touchantes.

Endgame : L'appel de James Frey

Endgame : L'appel
de James Frey

Editions Gallimard Jeunesse
Collection ROMANS ADO

Sortie le 9 octobre 2014
Format broché / 544 pages / 19,90 €


Présentation de l'éditeur :

ENDGAME EST UNE RÉALITÉ. ENDGAME A COMMENCÉ.

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme.

L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.

Il n'y aura qu'un seul vainqueur.

Une quête survoltée aux quatre coins du globe, menée par la plume nerveuse d'un grand auteur. Addictif !

Au-delà d'une lecture intense, ce livre cache dans ses pages une super-énigme composée de codes et indices imaginés par de grands cryptographes. Menez votre propre quête en tentant de la résoudre. Déchiffrez, décodez et interprétez. Le premier d'entre vous qui y parviendra gagnera une véritable fortune en pièces d'or (Lire les règles du jeu Endgame sur www.endgamerules.com)

En parallèle de cette quête, un jeu mobile novateur conçu par le laboratoire Niantic de Google permet de jouer à Endgame dans le monde réel, en choisissant une lignée et en affrontant d'autres joueurs.

LISEZ LE LIVRE. TROUVEZ LES INDICES. DÉCRYPTEZ L'ÉNIGME.


L'avis de Chani

Génération après génération, un élu, entre treize et vingt ans, au sein de chaque ancienne lignée, se prépare pour jouer à Endgame. L’attente prend fin quand des catastrophes meurtrières surviennent, annonciatrices du début du jeu. Les douze élus doivent alors regagner la Chine, où des indices leur seront donnés pour mener à bien leur quête. Bien entendu, il ne peut y avoir qu’un seul gagnant et tous les coups sont permis…

Endgame est à la fois un roman d’aventures et une chasse au trésor, si le lecteur se met à vouloir résoudre les énigmes incluses dans le livre. Pour ce qui est du roman en lui-même, il est divertissant, facile à lire et assez addictif, mais n’attendez pas non plus de frissonner, Battle Royale, Hunger Games ou L’élite ont déjà poussé assez loin le concept de la lutte à mort. L’originalité réside dans la quête interactive proposée au lecteur (détails sur http://endgamerules.com/fr/rules-fr.pdf) avec un gain d’un demi-million de dollars à la clé, ce qui devrait pousser pas mal de lecteurs à se creuser les méninges. Pour ceux qui s’en tiendront au roman, ils passeront un bon moment quand même.



Les Halliennales 2014



Les Halliennales #3
11 octobre 2014


Pour la troisième année consécutive, j'ai eu la chance de pouvoir aller au salon littéraire : Les Halliennales qui se déroule à Hallennes-lez-Haubourdin dans le Nord à quelques minutes de Lille.

Le salon va devenir un incontournable, il réunit des auteurs géniaux, une organisation impeccable et une ambiance extra. Chaque année, il voit son nombre de visiteurs augmenter. Que demandent de plus les livrovores ?
Des livres ? Soyez ravi, il y en a à foison !


Eh oui, le temps d'une journée, ce petit coin d'Hallennes-lez-Haubourdin devient un paradis pour les amoureux des livres de l'imaginaire.

 
Le parrain de cette troisième édition était Jean-Luc Bizien, un auteur que j'adore et qui a écrit entre autre la saga Les échappés de l'enfer de Vuk Kovasevic dont je suis une grande fan.


Cette année était un peu différente pour moi, car j'y suis allée en tant que bénévole. (Merci à Dawn du blog Les découvertes de Dawn pour avoir posé sur la photo à droite avec sa magnifique tenue). Nous étions plusieurs et notre rôle était de gérer l'accueil et de chouchouter les auteurs en leur fournissant leur dose de café ou autres breuvages pour les tenir alerte toute la journée afin qu'ils puissent faire de belles dédicaces.

Étant une équipe efficace (c'est toujours bien de se lancer quelques fleurs), nous avons eu aussi l'opportunité de profiter du salon et d'aller un peu harceler dire bonjour aux auteurs et leur demander des dédicaces.

Avec une disposition un peu différente des années précédentes, mais ainsi bien plus claire, le salon a réuni 42 auteurs et illustrateurs, une exposition sur Naheulbeuk et un marché fantastique, sans compter les animations qui se sont déroulées tout au long de la journée.



Après avoir une première fois proposé le breuvage magique caféiné aux auteurs présents, nous avons décidé de commencer à faire un tour du salon. J'ai tout d'abord été saluer le parrain afin de discuter un peu avec lui et aussi aborder sa super saga et le personnage fantastique et sociopathe de Vuk Kovasevic (je vous ai dit que j'étais une fan ?). Jean-Luc Bizien est un auteur génial, très sympathique et abordable. Après m'avoir appris d'où venait son inspiration pour le personnage de Vuk, j'ai eu le droit à des dédicaces trop trop bien (voir plus bas) !

La file d'attente devenant un peu trop importante du côté d'Olivier Péru et toutes les bénévoles voulant lui faire dédicacer un livre, nous avons décidé de commencer à faire la queue rapidement pour éviter de rester coincées toute la journée sur son stand. Comme toujours, très gentil et souriant, il nous a dédicacé nos ouvrages avec un petit dessin en prime. (Merci à son voisin Alan Brion qui a gentiment partagé son matériel de dessin pour les dédicaces. Ah là là, ces dessinateurs qui viennent quasiment les mains vides ;) ).




Pendant ce temps-là, il y a eu la présentation de Malenfer par Cassandra O'Donnell et la remise du prix du concours de nouvelles.



 Ensuite, ce fut le moment de décerner le prix des Halliennales, remporté cette année par le talentueux Gabriel Katz avec La maîtresse de guerre.


Après un bon repas à la baraque à frites (c'est le nôoord), c'est reparti. Le monde est au rendez-vous et il est difficile de circuler à certains endroits.


Les files d'attentes chez Georgia Caldera, Sophie Jomain, Oliver Péru et Cassandra O'Donnell n'ont pas désempli de la journée. Quel succès !





Mais ce n'est pas tout, le marché fantastique attire du monde ainsi que le stand du Projet.Ayiti15-812. Il y a eu aussi une démonstration de quidditch à l'extérieur avec l'équipe des Black Snitches, qui font des compétitions à l'échelle européenne. Et on pouvait aussi avoir son prénom écrit en Theban, l'alphabet des sorcières.


Profitant qu'il y ait moins de monde en fin de journée, je suis allée à la rencontre d'Estelle Faye, auteur dont j'avais eu beaucoup d'échos positifs. Je me suis donc laissée tenter par une de ses œuvres : Un éclat de givre (j'ai beaucoup hésité avec La voie des oracles qui a l'air aussi génial). On a pas mal papoté, elle est très charmante. Dawn et elle ont beaucoup mentionné l'illustrateur qui a fait les couvertures de ses livres : Aurélien Police, un artiste que j'admirais sans savoir qui il était. Maintenant que j'ai pu mettre un nom sur ses travaux, je vais suivre de près ses travaux !




Voici ci-dessous les dédicaces des romans, je me fais souvent menacer de mort, je ne sais pas si je dois m’inquiéter à propos des auteurs ou de mes lectures !

À l'année prochaine !