Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 9 juin 2014

Mensonges et conséquences de Emilie Rose - Le pavillon d'été de Kathleen O'Brien



Mensonges et conséquences
de Emilie Rose
Le pavillon d'été
de Kathleen O'Brien

Éditions Harlequin

Sortie le 1 juin 2013
Poche / 576 Pages / 6,10 €


Présentation de l'éditeur :

Mensonges et conséquences, d’Emilie Rose

Roth Sterling est de retour ! Jamais Piper n’aurait cru qu’elle reverrait un jour Roth, son amour de jeunesse, l’homme qui lui a brisé le cœur avant de disparaître de sa vie du jour au lendemain. Et pourtant, c’est bien Roth qui revient à Quincey, pour prendre la relève du père de Piper à la tête de la police. Un Roth plus séduisant, plus viril… plus arrogant aussi, et qui n’est pas le bienvenu. Aussitôt, les habitants de Quincey manifestent leur animosité et forme une sorte de rempart autour de Piper et de sa famille. Une marque de solidarité généreuse mais qui pourrait bien attirer l’attention de Roth sur ce que Piper tient absolument à lui cacher — son mensonge, et son précieux secret…

Le pavillon d'été, de Kathleen O'Brien (rééedition)

Parce qu’elle a absolument besoin d’un homme de main qui entretienne sa villa et son parc, Natalie passe une annonce comme on lance une bouteille à la mer. Dans sa belle campagne des Adirondacks, peu de gens circulent et chacun est déjà très occupé… Pourtant, un grand nuage de poussière lui amène, au volant d’une vieille voiture, un certain Matthew Quinn. Quinn a le charme ténébreux de ceux que la vie a gâtés avant de tout leur reprendre. Il ne s’en cache pas : il a été accusé à tort, est en liberté conditionnelle. Natalie hésite. Tout de suite, attirance et préjugés se disputent son cœur. Va-t-elle céder à ses doutes, sa méfiance et ne pas embaucher Quinn ? Va-telle succomber au désir qui l’étreint de mieux connaître cet homme ?

Avis d'Aphrodite :

Mensonges et conséquences d’Émilie Rose

Le lecteur sera satisfait de ce livre. En effet, l'héroïne résiste un minimum à l'attirance qu'elle éprouve pour le héros (et cette résistance n'est pas juste symbolique comme dans nombre de livres). Il y a 12 ans, Roth Sterling a quitté Piper, et le petit village de Quincey pour s'engager chez les Marines, laissant derrière lui le cœur brisé de sa petite amie. Ainsi, quand il revient pour prendre la place du père de la jeune femme à la tête de la police locale, lui, l'ancien voyou, Piper voit son cauchemar se réaliser... Comment lui cacher son secret dans une aussi petite ville ? Croira-t-il l'histoire qu'elle a inventée et qu'elle a racontée aux habitants depuis des années ?

Un autre point fort de ce livre est le fait qu'il est agréable de découvrir les relations entre les personnages secondaires, notamment celle des parents de Piper. Leur histoire est touchante car le père de Piper, d'habitude si fier, reconnaît avoir fait des erreurs.

Le lectorat appréciera la maturité du héros, qui, après avoir été poussé à quitter la ville par le père de Piper, finit par le remercier et par l'aider. On ne peut aussi qu'être touché par l'évolution des consciences des gens de Quincey par rapport à la situation de la mère de Roth. Cette partie est plaisante.

Par contre, on est un peu surpris de la réaction de Josh, l'enfant des héros, face à la découverte de l'identité de son père.

Au final, ce livre est très intéressant de par la relation des héros puis de l'évolution du secret de Piper.


Le pavillon d'été de Kathleen O'Brien

La première chose qui frappe le lecteur est l'exubérance ainsi que la délicieuse originalité de l'héroïne. Elle n'est pas folle : elle peut paraître candide et a sa propre vision du monde. Seulement, toutes ses décisions sont mûrement réfléchies. Comme celle d'engager un parfait inconnu en tant qu'homme à tout faire, avant même de savoir qu'il vient de sortir de prison... même si, cette fois, elle paraît insensée.
Natalie Granville est la propriétaire du pavillon d'été, villa romaine cachée dans un petit village d'à peine 2000 âmes bourré d'aristocrates. Et cette demeure est en fait... quasiment une ruine : la plomberie et les installations électriques sont défectueuses, les statues sont étêtées, les poignées de certaines portes sont cassées, le toit fuit... Alors quand Matthew voit l'ampleur du travail à accomplir, il se dit qu'il n'arrivera jamais à tout réparer, à commencer par la mosaïque ornant le fond de la piscine, tellement abîmée que son motif est indéfinissable. Pourtant, bien qu'il ait vu sa patronne ivre et les statues vêtues de vêtements, Matthew se laisse convaincre par Nathalie, qui réussit à le faire changer d'avis, et c'est ainsi que débutent les réparations... et leur histoire.

Les défauts de ce roman ? Le lectorat aura des difficultés à en trouver...

Ce qui touche le lecteur est que, contrairement à ce que pourrait penser Natalie, Matthew ne trouve pas son employeuse folle mais incroyablement séduisante.
Au travers de découvertes de pièces cachées et de visites des proches de Natalie, leur relation va évoluer petit à petit, bien que leur attirance réciproque soit présente depuis le début.

Pour conclure, ce livre fera sourire, voire rire le lecteur grâce aux frasques de l'héroïne, et le lectorat ne pourra qu'être touché par la fin, symbole de leur amour.




5,80 EUR
Achat Fnac

TK de Philippe Laborde

TK
de Philippe Laborde


Editions Gallimard Jeunesse
Collection Scripto

Sortie le 20 mai 2014
Format broché / 336 pages / 12 €



Présentation de l'éditeur :

« TK, faut que j'explique, c'est l'abréviation de télékinésie, c'est-à-dire rien moins que d'arriver à faire bouger des objets à distance, sans y toucher, par la seule force de l'esprit. Quand Maman et les jumeaux sont partis en vacances, je suis resté à la maison avec un programme hyper discipliné, des horaires de fou furieux, et même un régime d'ermite pas possible. Pas question de ressortir avant que ça marche. Impossible ? Mytho ? Comme les magnétiseurs ? Comme les sourciers et les radiesthésistes, avec leurs pendules ? C'est pourtant bien comme ça que tout a commencé pour Manu, Brad, Esteban et moi — Je m'appelle Alan, au fait — On a rencontré ce vieux radiesthésiste, il disait qu'il s'appelait Huysmans et il nous a transmis des pouvoirs encore bien plus bizarres, et on s'est retrouvés avec les types les plus mystérieux et les plus flippants à nos trousses... »


L'avis de Chani

Au lieu de faire une fête géante quand ses parents ne sont pas là, Alan, lui, va en profiter pour s’essayer à la télékinésie avec ses copains tout autant convaincus (et un peu allumés aussi) que lui. Au fur et à mesure, ils découvrent que les pouvoirs ne se déclarent pas spontanément, mais qu’il faut que quelqu’un les transmette pour qu’ils ne soient pas perdus. Et ça tombe bien, ils rencontrent justement un vieux radiesthésiste qui les choisit pour assurer la continuité de son don.

TK est un des trois romans finalistes du prix Gallimard Jeunesse, et c’est aussi celui qui m’a le moins plu. Bénéficiant de notes et critiques élogieuses sur les sites communautaires et marchands, je m’attendais à un livre vraiment passionnant. En fait, c’est l’histoire d’une bande de copains un peu loufoques qui s’essaient au surnaturel, avec comme message de fond qu’il suffit d’y croire. Je les ai trouvés plutôt agaçants et immatures, et n’ai pas réussi à entrer dans leur trip. Résultat, l’ennui m’a rapidement gagnée, d’autant que je n’ai pas accroché non plus au style de l’auteur. Je ne suis probablement pas le public visé par ce roman, à vous de vous faire votre propre idée.

Dis-moi qu'il y a un ouragan

Dis-moi qu'il y a un ouragan
de Fabrice Emont

Éditions Gallimard Jeunesse
Collection Scripto

Sortie le 13 février 2014
Format broché / 304 pages / 11,00 €



Présentation de l'éditeur :


Le regard ironique et drôle d'une jeune fille volontaire et effrontée sur la vie de son lycée et ses amis. Fabrice Emont : une nouvelle voix précieuse et vitaminée pour le roman psychologique !

Il paraît que l’année de seconde est déterminante, celle de Léa est plutôt ahurissante. Et pas seulement parce qu’elle est nouvelle dans son lycée. Non, tout ça, c’est grâce au projet donné par le professeur d’arts visuels : réaliser un court-métrage. Léa va débouler tel un « ouragan » dans la vie des membres de son groupe de travail. Il y a Moussa, secrètement bouddhiste, le premier à lui avoir parlé, et Pauline, mi-première de la classe mi-extraterrestre, la fille timide et « bizarre » qui cache une voix sublime. Elle doublera la chanteuse rock dans le film vidéo. Quentin, surnommé « le vampire » parce qu’il est pâle, maigre et qu’il s’habille toujours en noir, est le poète de la bande et Léa va craquer pour lui. Pourtant, il semble hypnotisé par Jennifer, la bombe du lycée qui a survécu à ses parents dans un accident. Léa est entière, amoureuse et déterminée, elle veut aider les autres à être ceux qu’ils sont, parfois contre leur gré, et cache un secret…


L'avis de Chani

Léa a quinze ans, a dû quitter précipitamment son ancien lycée et atterrit donc, en plein milieu d’année, dans une nouvelle classe. Très rapidement obligée de former une équipe pour un projet audiovisuel, la jeune fille va se retrouver… avec ceux dont personne n’a voulu lors de la constitution des groupes, ainsi que Jennifer, la plus populaire, punie par le prof et raccrochée au groupe des laissés pour compte. Avec son franc-parler et son dynamisme, Léa va réussir à donner un élan à ce groupe et à redonner sa place à chacun.

Ayant terminé dans le trio de tête du prix Gallimard, Dis-moi qu’il y a un ouragan est une histoire très rafraîchissante, pleine d’espoir, avec une vision très positive des adolescents et des messages tout aussi positifs comme l’entraide, la tolérance, le droit à la différence. Le petit groupe, emmené par Léa, est très attachant, et chaque membre à sa manière. Même la peste s’humanise au fil des pages, c’est dire ! Fabrice Émont donne un ton très juste à son roman, on n’est jamais dans la caricature, le langage est moderne et le style coule tout seul. J’ai vraiment passé un très agréable moment dans ce lycée, ça change des bluettes tiédasses ou des histoires surnaturelles, ça sonne vrai et redonne le sourire.

Ici et Maintenant


Ici et maintenant 
d'Ann Brashares

Editions Gallimard Jeunesse
Collection Romans ado

Sortie le 4 juin 2014
Format broché / 320 pages / 16 €


Présentation de l'éditeur :


Prenna a dix-sept ans et vit à New-York avec sa mère. Elle est une jeune fille comme les autres à ceci près qu'elle est arrivée du futur quelques années auparavant. Elle avait alors douze ans et fuyait, avec un petit millier de survivants, une pandémie transmise par les moustiques qui ravageait la population et ruinait le monde, en 2098. Aujourd'hui, la petite communauté venue du futur doit se fondre dans la société en suivant un certain nombre de règles strictes, notamment : ne partager aucune relation intime avec un natif du temps présent, au risque de propager des germes qui pourraient être à l'origine de la pandémie future. Pourtant, lorsque Prenna rencontre Ethan, un garçon de son lycée, l'attirance s'installe immédiatement entre les deux jeunes gens... Surveillée par ses chefs et consciente des risques encourus, Prenna sera-t-elle capable de sacrifier son amour pour la sauvegarde de l'humanité ?


L'avis de Chani

Le futur est bien sombre, l’humanité est décimée par une maladie mortelle transmise par les piqûres de moustiques. Un groupe d’humains va remonter le passé pour essayer de changer le futur. Parmi eux, Prenna, dix-sept ans, et sa mère. Les consignes des Voyageurs sont strictes : s’intégrer à la société sans se lier aux Natifs, ne rien faire qui puisse bouleverser le cours du temps. Si jusqu’ici Prenna s’est volontiers pliée à ces règles, tout change quand elle se rend compte de ses sentiments pour Ethan.

L’idée de départ était plutôt bonne, mais le résultat final est plutôt brouillon. Ici et Maintenant est à la fois une romance et de la SF, avec un petit côté politique. Ça pourrait fonctionner, mais tout se bouscule et rien n’est vraiment abouti : ni l’intrigue, ni les personnages, ni les relations entre les uns et les autres ou entre présent et futur. Il y avait moyen de faire d’Ici et Maintenant une belle romance, une fable écologique ou un roman d’anticipation noir, mais au final rien de tout ça ; l’ensemble reste très tiède. À côté de ça, l’écriture d’Ann Brashares est fluide, le roman se lit vite, mais le lecteur reste sur sa faim. Dommage.