Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 23 avril 2014

Game

Game
de Barry Lyga


Éditions Le Masque
Collection MSK

Sortie le 13 novembre 2013
Format broché / 484 pages / 17 €



Présentation de l'éditeur : 

Dans I Hunt Killers, Jazz Dent, le fils du serial killer Billy Dent, voulait prouver au reste du monde qu'il n'avait rien à voir avec son illustre père, allant jusqu'à traquer un tueur en série sévissant dans la région. Seul problème : Jazz pourrait bien avoir permis à son père de s'évader de prison...
Plutôt que d'attendre que Billy vienne le chercher, Jazz préfère accepter la proposition d'un enquêteur venu de New York. La police est sur les traces d'un serial killer et l'expertise de Jazz dans le domaine serait la bienvenue. Mais plus d'un tueur l'attend dans les rues de New York...



L'avis de Chani

Après avoir aidé à arrêter le tueur qui sévissait à Lobo’s Nod, Jasper « Jazz » Dent, fils du tristement célèbre serial killer Billy Dent, a toujours du mal à se libérer de ses démons. Traumatisé à l’idée de devenir comme son père à cause de l’endoctrinement qu’il a subi durant son enfance, Jazz a toujours besoin de se prouver qu’il est quelqu’un de bien et non un psychopathe en devenir. Surtout que le jeune homme pense avoir participé, bien malgré lui, à l’évasion de son père. Quand la police de New York lui demande son aide, Jazz n’hésite pas une seconde et part traquer le sinistre Hat-Dog.

Après I hunt killers, Barry Lyga offre avec Game une suite tout aussi soignée et haletante. Plusieurs tueurs sèment la terreur dans New York et Jazz va les prendre en chasse, à moins qu’il ne soit qu’un nouveau joueur dans la sanglante partie en cours. Billy pourrait d’ailleurs bien y avoir sa place aussi, tout comme Connie, la petite amie de Jazz. Si le fait qu’un jeune homme de dix-sept ans puisse être recruté par la police pour donner son éclairage sur une série de crimes peut faire tiquer, le lecteur est rapidement conquis par la personnalité complexe de Jazz et l’habileté avec laquelle l’intrigue est menée. Barry Lyga brouille les pistes et mène le lecteur par le bout du nez, les fausses pistes se multiplient, on pense deviner l’identité du coupable avant que nos hypothèses ne s’effondrent, bref, on ne peut jamais être sûr de rien et c’est justement ce qui est jouissif. La fin est on ne peut plus frustrante, il va être difficile d’attendre la suite !

Gipsy song. Le choix de Kenzie

Gipsy song, Le choix de Kenzie
de Beth Kephart

Editions de la Martinière Jeunesse

Sortie le 20 février 2014
Broché / . pages / 13,90 €



Présentation de l'éditeur :

Kenzie, 18 ans, tombe enceinte et refuse d’avorter, malgré le refus de son petit copain de devenir père. Pour éviter le scandale, sa mère l’envoie terminer sa grossesse en Andalousie, où elle devra ensuite laisser son enfant à une famille adoptive.
Dans le ranch d’élevage de chevaux où elle séjourne, Kenzie, d'abord passive, reprend progressivement goût à la vie et prend ses distances avec son milieu d’origine. Elle découvre l’Espagne du sud et ses paysages écrasés de soleil, la vie et les histoires des gens qui l’entourent, la musique âpre du flamenco. Au contact d'Estela, la vieille cuisinière, et surtout d'Esteban, qui s’occupe des chevaux et parle peu, elle ouvre progressivement ses yeux et son cœur à la beauté et aux mystères qui l'entourent. Jusqu'à y puiser le courage et la force de faire et d'assumer ses propres choix…

Avis de Chani

Enceinte, Kenzie, fille de bonne famille, se voit imposer l’ultimatum suivant par sa mère : l’avortement ou l’Espagne. Le père de l’enfant est peu concerné et souhaite avant tout « se débarrasser » de ce problème. La jeune fille part donc en Andalousie où elle réapprendra à vivre et redeviendra maîtresse de son destin.
Là où j’attendais un roman plutôt fort sur des thèmes aussi emblématiques que la liberté de choisir et la maîtrise de son propre corps, le résultat est juste mignon. Tout n’est, hélas, qu’effleuré, les problèmes sont survolés, les personnages peu travaillés. Seule l’évocation de l’Espagne et de la philosophie de vie d’Estela et les autres sent bon le soleil et la douceur de vivre. Gipsy Song est un roman agréable, qui passe un message positif, mais aurait mérité d’être plus approfondi.