Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 26 mars 2014

La dernière lettre de son amant de Jojo Moyes

La dernière lettre de l'amant
de Jojo Moyes

Éditions Milady
Collection Romans

Sortie le 21 mars 2014
Grand format / 480 pages / 18,20 €



Présentation de l'éditeur :


Deux époques, deux destins de femmes.
Jennifer vit dans une cage dorée sur la Riviera pendant les années 1960. Depuis son accident de voiture, elle a perdu la mémoire... jusqu'au jour où cette femme mariée redécouvre les lettres de son amant.
Quarante ans plus tard, Ellie retrouve cette correspondance amoureuse. Au fil de son enquête, la jeune femme va reconsidérer sa conception de l'amour et surtout son histoire avec un homme marié. La dernière lettre changera leur vie à jamais.


L'avis de Chani

En retrouvant une lettre d’amour perdue, Ellie, jeune femme d’aujourd’hui aux amours tourmentées, va reconstituer l’histoire de Jennifer. Cette dernière est une femme comblée de la bourgeoisie des années 50 vivant au rythme des fêtes qu'elle donne. Après un accident l’ayant rendue amnésique, elle va redécouvrir sa vie en même temps que le lecteur et le vernis va peu à peu se craqueler pour laisser apparaître les fêlures de la jeune femme. À travers le destin de l’autre, Ellie va faire le point sur sa propre vie et se remettre en question au fur et à mesure qu'elle lève le voile sur l'histoire de Jennifer.

À travers les destins de ces deux personnages, Jojo Moyes offre au lecteur une belle histoire, toute en pudeur, dressant le portrait d’une femme amoureuse piégée dans les conventions propres à sa condition. Le chemin tortueux emprunté par le couple formé par Jennifer et Boot reste incertain tout du long, accentuant la mélancolie qui se dégage de l’ensemble. Si je reconnais bien volontiers le charme émanant de leur histoire, je n’ai pourtant pas été complètement charmée, il m’a manqué un petit je-ne-sais-quoi, une étincelle. Pour ce qui est de la partie du roman mettant en scène Ellie, je suis très sceptique, la jeune femme est moins captivante, si bien que l’ennui m’a rapidement gagnée.

J’avais beaucoup aimé Avant toi du même auteur, avec La dernière lettre de son amant, je suis plus nuancée, j’en attendais plus et il m’aura manqué de l’intensité dans les relations entre les différents protagonistes, même si je suis certaine que le roman a tout pour plaire.

Dualed de Elsie Chapman

Dualed
de Elsie Chapman

Éditions Lumen

Sortie le 6 mars 2014
Format broché / 440 pages / 15 €


Présentation de l'éditeur :

Dans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi.

West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son Alt. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient gripper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir… son double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire.

Frénétique et imprévisible, le premier roman d’Elsie Chapman est un thriller qui vous prend à la gorge, une chevauchée infernale de la première à la dernière page.


L'avis de Chani

Si le pitch semblait des plus prometteurs, Dualed est au final une grande déception. Pourtant le concept aurait pu donner un roman prenant, intelligent et sensible… Imaginez un monde où chacun a un double génétique quelque part. Mais, comme dans Highlander, il ne peut en rester qu’un. Au-delà du pourquoi de cette situation, on peut s’interroger sur le problème moral que pose cette société : comment savoir lequel des doubles « mérite » de survivre, lequel apportera le plus à la collectivité… Hélas, West, la jeune fille que nous allons suivre, ne donne pas envie de pousser la réflexion plus loin. Le début du roman est lent et ennuyeux, il faut s’accrocher pour poursuivre. Ensuite, tout s’enchaîne, et l’ennui est remplacé par la perplexité. West n’est pas vraiment un personnage agréable, j’ai eu beaucoup de mal avec elle, et quand un personnage principal censé porter le roman est aussi agaçant, ça devient très compliqué. L’intrigue est quant à elle survolée. Jamais le lecteur n’aura de vraies réponses à ses interrogations, il lui faudra faire l’impasse sur la complexité de la société présentée. Parce qu’en fait, quand on parle de dystopie, il est intéressant de connaître le fonctionnement, le pourquoi du comment de l’univers proposé par l’auteur et, là, je suis ressortie de ma lecture frustrée. Après, il faut reconnaître que le livre se lit bien, malgré une certaine propension de l’auteur à se laisser aller à la violence gratuite, mais très honnêtement, Dualed est loin d’être une lecture indispensable…

J'Adore New York de Lindsey Kelk

J'Adore New York
de Lindsey Kelk

Édition Milady Romance
Collection Central Park

Sortie le 21 mars 2014
Poche / 384 pages / 7,60 €



Présentation de l'éditeur :
 

Pendant le mariage de sa meilleure amie, Angela surprend son fiancé dans les bras d'une autre. Munie d'une robe de demoiselle d'honneur, d'une paire de Louboutin et de son passeport, elle saute dans un avion à destination de New York. Sur place elle se lie d'amitié avec Jenny, l'adorable réceptionniste de l'hôtel où elle atterrit, s'offre le relooking du siècle, décroche un job de rêve. Sa nouvelle vie n'a pas fini de la surprendre : la voilà bientôt courtisée par un banquier et une rock star…


L'avis de Chani

Quand Angela trouve son fiancé, pantalon sur les chevilles, avec une autre femme sur la banquette de sa voiture, c’est la douche froide. Découvrir que tout le monde, y compris sa meilleure amie, était au courant, c’est le double effet Kiss Cool qui pousse la jeune anglaise à traverser l’Atlantique pour rejoindre New York, sans autre motivation que d’échapper à sa vie qui s’effondre. Ce break va lui permettre de faire le point sur sa vie et de rebondir.

La jeune femme larguée qui essaye de refaire surface est un thème certes usé jusqu’à la corde, mais Lindsey Kelk avait prouvé avec 10 bonnes raisons d'être célibataire que, bien exploité, il pouvait toujours faire recette. Avec J’adore New York ce n’est pas du tout le cas. Plus chick-lit que romance, le livre inventorie avec application tous les clichés du genre : la thérapie par le shopping, la malbouffe et la séduction de tous les mâles potables en tête. Pourquoi pas, mais l’héroïne et sa nouvelle meilleure amie fraîchement rencontrée font preuve d’une immaturité qui fait grincer des dents. Ajoutez à cela beaucoup de longueurs et très peu d’humour, le lecteur est frustré, et le bon moment envisagé avec ce livre tourne court. Lindsey Kelk nous avait habitués à mieux ; espérons que ce ne soit qu’une déception passagère.