Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 19 janvier 2014

Le Retour des Highlanders Tome 4 : Le Chef de Margaret Mallory



Le Retour des Highlanders
Tome 4 : Le Chef
de Margaret Mallory

Éditions Milady
Collection Pemberley

Sortie le 24 janvier 2014
Format poche / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

La survie des Mac Donald est entre les mains de Connor. Pour sauver les siens, le chef de clan doit conclure un mariage avantageux afin de s'assurer un allié. Il va demander conseil à Ilysa, jeune femme douée du don de clairvoyance. Mais celle-ci sent le danger planer autour de la future épouse de Connor...

À mesure qu'elle tente de mettre en garde le guerrier, Ilysa va s'éprendre de lui. Elle fera tout pour prouver qu'elle est la femme dont il a besoin.


Avis de Jm-les-livres :

Enfin nous découvrons l'histoire de Connor, le chef du clan MacDonald et d'Ilysa, la jeune sœur de Duncan, le héros du tome précédent. Après les événements déclenchés dans les autres livres, on s'attendait à un final épique. On reste malheureusement un peu sur notre faim.

Connor est toujours sujet aux tentatives d'assassinat commanditées par son oncle et tente tant bien que mal de faire ce qu'il y a de mieux pour son clan. Il doit trouver une épouse issue d'un clan puissant, pour pouvoir combattre les MacLeod qui occupent ses terres et doit en même temps débusquer son oncle, et mettre un terme à ses actions. Ilysa l'a suivi dans son installation à Trotternish Castle pour l'aider à tenir sa maison. Connor sait qu'il peut compter sur elle, et Ilysa fera tout pour protéger le chef de son clan et l'homme qu'elle aime. Elle est même prête à mentir, à l'enfermer contre son gré et à lancer des sorts pour lui. Connor ne voit pas la jeune femme telle qu’elle est vraiment, et c'est lors d'un rassemblement dans un autre clan qu'il comprend vraiment quelle beauté elle est, et à quel point elle lui est indispensable. 

Globalement, ce tome est très agréable à lire. La romance entre Connor et Ilysa est mignonne et on la voit évoluer petit à petit. On ressent aussi très bien le déchirement de Connor entre son devoir envers son clan et son amour pour Ilysa. La jeune fille est, quant à elle, totalement dévouée à Connor, elle ferait tout pour être avec lui. Leur passion est bien décrite et leurs sentiments se développent naturellement. Le passé de la jeune fille s'éclaircit aussi, on comprend pourquoi elle reste autant dans l'ombre malgré un caractère très affirmé, et les informations sur son père permettent de dénouer les problèmes de Connor, mais de manière un peu trop aisée. C'est le point négatif : la conclusion de l'intrigue générale de la série. Les choses se décoincent un peu trop facilement, même si on a droit à quelques combats entre guerriers. Le personnage de Lachlan, nouveau venu dans l'histoire, est d'ailleurs très intéressant et on regrette qu'un tome ne lui soit pas dédié. 

Au final, une jolie conclusion, un peu facile, mais qui ne nous empêche pas d'apprécier la romance entre Connor et Ilysa.


Beautiful Disaster de Jamie McGuire


Beautiful Disaster

de Jamie McGuire

Éditions J'ai lu
Collection Promesses

Sortie le 22 janvier 2014
Grand format / 13 €


Présentation de l'éditeur : 


Travis Maddox est sexy, bâti comme un dieu et couvert de tatouages. Il participe à des combats clandestins la nuit, et drague tout ce qui bouge le reste du temps. Exactement le genre de mec qu'Abby doit éviter si elle veut reprendre sa vie en main. Mais Travis insiste et lui propose un pari. Si elle gagne, il renonce au sexe pendant un mois. Si elle perd, elle s'installe avec lui pour la même durée. Ce que Travis ignore, c'est qu'il a affaire à bien plus joueur que lui...

Une fois toutes les cartes abattues, seront-ils vraiment prêts à suivre les règles établies ?


Avis de Jm-les-livres :


Une chose est sûre, cette lecture ne peut pas laisser indifférent !

Le résumé de l'éditeur explique plutôt bien comment tout commence : Travis est le bad-boy, séducteur et bagarreur de l'université où étudie Abby. Comparée aux autres filles qui tournent autour de Travis, Abby ne semble pas intéressée par lui : oui, il est plutôt mignon, mais pas au point de se tortiller les cheveux ou de ricaner bêtement à tout ce qu'il raconte. Cette indifférence apparente, voilà ce qui va pousser Travis à se rapprocher d'Abby. Une amitié va naître, mais aussi une attirance réservée. Ils savent qu'ils ne sont pas compatibles, mais après avoir perdu un pari, Abby se retrouve à cohabiter avec Travis et à partager son lit. Les ennuis ne font alors que commencer.

D'un point de vue général, le livre n'est pas totalement satisfaisant. Tout d'abord, les points positifs. L'idée de départ est plutôt bien trouvée et intéressante, les personnages aussi et le livre est addictif (comprendre : on a beaucoup de mal à le lâcher). Les points négatifs : la plume de l'auteur n'est pas constante, certains passages sont très bons, d'autres moins et surtout, d'autres sont carrément inutiles. On s'interroge sur le fil conducteur développé par l'auteur, tellement par moments on ne voit pas où ça nous mène. La "deuxième" partie du livre, où les personnages quittent la ville semble inutile et pas du tout crédible. On voit très bien l'effet voulu par l'auteur, mais elle aurait pu avoir le même résultat avec un autre événement. On est d'ailleurs content de revenir à l'université tant ce "voyage" nous semble hors propos. Enfin, le dernier point négatif : le caractère des personnages. Abby est pénible au possible, elle ne sait pas ce qu'elle veut et on voit qu'il n'y a pas eu de gros changements par rapport à ce qu'elle a dû être au lycée. Avec ce qu'elle a vécu, on pourrait s'attendre à une jeune femme un peu plus mature, mais là c'est tout le contraire. Elle reste une ado qui change d'avis comme de chemise. Du coup, on comprend le désespoir de Travis face aux décisions d'Abby. 

Reste Travis qui est un personnage assez spécial. Son aura de bad-boy qui montre ses sentiments nous le rend très attachant. Certains détails sur lui ne semblent pas plausibles, mais on croit quand même au personnage. Quand on referme le livre, c'est d'ailleurs la seule impression forte qu'il nous reste : Travis est vraiment un personnage à part. Et ses frères ont l'air vraiment intéressants.

Au final, je dirais qu'il faut lire ce livre parce que passer à côté de Travis serait une erreur. Malheureusement, on a déjà lu mieux au niveau de l'intrigue, il en va de même concernant la plume de l'auteur. On a un peu l'impression que ce livre n'est pas totalement abouti, et on est frustré de savoir qu'il aurait pu être encore meilleur.




12,35 EUR
Achat Fnac

Le secret du lac de Linda Howard



Le secret du lac

de Linda Howard

Editions J'ai lu 
Collection Romantic Suspense

Réédition le 8 janvier 2014
Poche / 6,60 €


Présentation de l'éditeur :

Des éclats de voix, un bruit assourdissant... Brutalement arrachée à son lit, Clémence hurle. Elle tente de se dégager mais on la jette dehors. Son père, ses frères, ivres et vociférants, subissent le même traitement. Sous le regard cruel de Gray Bouvier, leurs maigres biens volent par la fenêtre. Il faudra douze ans à Clémence Devlin pour surmonter cette nuit de cauchemar et revenir à Prescott. Car aujourd'hui, elle sait et veut régler ses comptes. Sa mère ne s'est jamais enfuie avec Guy Bouvier. Gray, son fils, l'homme qu'elle n'a jamais cessé d'aimer, qui les a expulsés sans pitié, s'est vengé pour rien. Pour laver l'humiliation qui la hante, pour oublier, elle doit savoir ce qui s'est passé cette nuit-là où sa mère et Guy Bouvier ont disparu. Mais à Prescott, rien a changé. Ni la haine, ni les préjugés, ni Gray... Tous se sont trompés, mais comment auraient-ils soupçonné toute l'horreur de la vérité. 


Avis de Jm-les-livres :

Après avoir adoré Mister Perfect, j'étais obligée de lire Le secret du lac, le nouveau Romantic Suspense de l'auteur réédité par J'ai lu. Et je ne suis pas déçue.

L'histoire se déroule dans une petite ville du sud des États-Unis, en Louisiane. C'est là que vivent la famille Devlin, la racaille de la ville ainsi que les puissants et riches Bouvier. Clémence Devlin ne ressemble pas aux autres membres de sa famille : elle est plus réservée et fuit les problèmes. Elle est aussi secrètement amoureuse de Gray Bouvier, le fils prodigue, séducteur et un peu casse-cou de la ville. Si Gray n'a rien contre Clémence, il n'apprécie pas les autres membres de sa famille, surtout que la mère de la jeune fille est la maîtresse de son père. Alors, quand une nuit son père ne rentre pas à la maison, tout le monde suppose qu'il s'est enfui avec Renée Devlin, qui a elle aussi disparu. Ivre de rage, Gray chasse les Devlin de la ville et tente de reprendre le contrôle de l'entreprise familiale. Douze ans plus tard, Clémence revient dans sa ville natale pour découvrir ce qui s'est réellement passé cette nuit-là, et on peut dire que l'accueil n'est pas des plus amicaux. Gray vient en personne lui demander de partir, sauf qu'il ne s'attendait pas à ce que Clémence soit aussi belle, ni qu'elle ressemble autant à sa mère. Même si elle accepte de s'en aller, elle n'a pas dit son dernier mot et est déterminée à prouver que sa famille n'a rien à voir dans la disparition du père de Gray.

Cette romance a un peu vieilli, mais c'est là son seul défaut. Certains passages nous font penser, qu'aujourd'hui, l'auteur ne les aurait peut-être pas traités ainsi. Mais ça ne nous empêche pas de savourer notre lecture. Linda Howard a un très grand talent pour nous raconter des histoires où se mêlent romance, suspense et une pointe d'érotisme. Entre Gray et Clémence, c'est vraiment passionné : les deux personnages tentent de se résister, comme pour mieux céder. L'enquête de Clémence est bien écrite et on s'interroge presque jusqu'au bout sur ce qui a pu vraiment se passer. Le personnage de Clémence est très touchant et fort en même temps. Elle tient tête à Gray, même si la jeune fille amoureuse qu'elle était est toujours présente dans son esprit. Gray ressemble aux héros des romances historiques : obstiné, sûr de son charme et un brin arrogant. Il est parfois un peu agaçant à vouloir imposer ses idées à Clémence, mais cette dernière n'en fait malgré tout qu'à sa tête.
Au final, on ressort de cette lecture heureuse du moment agréable que l'on vient de passer avec Linda Howard, et on espère découvrir très bientôt d'autres titres de l'auteur.




6,27 EUR
Achat Fnac

Dernières nouvelles de l'Enfer, Jérôme Leroy

 

Dernières nouvelles de l'Enfer

de Jérôme Leroy


éditions l'Archipel

Broché/281 pages/17,95 €








Présentation de l'éditeur :

Ce recueil d'une cinquantaine de courtes nouvelles aborde tous les thèmes du fantastique, de l'horreur, de la science-fiction et de l'épouvante. Il y est question de vampires, de fantômes, d'aliens, de morts vivants, du Diable, d'enfants possédés par le démon, de mutants, de tueurs psychopathes et, bien sûr, de zombies... Dernières nouvelles de l'enfer est ainsi un hommage à la grande littérature populaire telle que la pratiquaient les pulps américains dévorés par des millions de lecteurs.
Mais Jérôme Leroy, dans ce recueil, rend aussi hommage aux grands maîtres de la série B, voire Z, comme Georges Romero ou John Carpenter. Dans le même temps, il s'amuse également à subvertir les codes du fantastique et à renvoyer à travers ces nouvelles une vision décalée et critique de notre société. Les créatures épouvantables qu'il met en scène n'échappent pas au chômage, aux problèmes conjugaux et connaissent des difficultés pour se loger ou faire valoir leurs droits à la retraite. On l'aura compris, les moments d'épouvante pure, les chutes surprenantes de ces histoires n'empêchent pas l'humour ou même la tendresse.


Avis de Lauryn :

Ce recueil contient 46 nouvelles, plutôt courtes (4 à 5 pages par histoire), orientées vers le fantastique et l'horreur. On y rencontre de tout : des vampires, des zombies, des démons, des tueurs en série et, bien entendu, le Diable. Si les idées pullulent, le traitement accuse quelques lacunes, notamment au niveau de la chute. Même si, pour un court récit, cette dernière arrive forcément de manière abrupte, ici elle fait trop brutale, sans avoir au préalable préparé le lecteur. Dans les courtes nouvelles, l'histoire monte vite crescendo, l'impact de la fin se sent dès le milieu du récit pour exploser en feu d'artifice sur les dernières lignes. Là, ça n'est pas le cas et c'est franchement dommage.
De plus, la qualité des nouvelles est très inégale. Certaines sortent vraiment du lot, comme 912 urgence mutants, qui allie horreur et humour grinçant. Cela ajoute un peu de frustration à la lecture. Mieux vaut, en fait, ne pas les lire les unes à la suite des autres si l'on veut vraiment en profiter. Surtout qu'elles sont toutes de la même taille, donc cela va très vite. Globalement, dans un recueil de nouvelles, je préfère lorsque des histoires de longueur différentes s'entremêlent, j'éprouve plus de plaisir à la lecture. Question de goût, bien sûr.
Le style est maîtrisé, adapté aux histoires qu'il sert : agréable, tonique ou sombre lorsque c'est nécessaire, il permet de plonger dans le récit dès les premières lignes.
Ce recueil est donc fait pour les adeptes d'histoires fantastiques, teintées d'horreur, qui ne seront pas rebutés par de très courts récits. Ceux qui n'apprécient pas ce format auront bien du mal à lire l'ensemble, tant les nouvelles sont formatées dans le même moule.