Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 14 octobre 2013

Animale Victor Dixen

Animale
de Victor Dixen

Gallimard Jeunesse

Format broché / 400 pages / 18 €


Présentation de l'éditeur :

Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante ?
1832. Blonde, dix-sept ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les soeurs l'obligent-elles à couvrir ses cheveux d'or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes noires ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Quelle est la cause de ses évanouissements fréquents ?
Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité. Alors qu'elle s'enfuit du couvent pour remonter le fil du passé, elle se découvre un côté obscure, une part animale : il y a au coeur de son histoire un terrible secret.


Avis de Lauryn :

Victor Dixen nous livre ici sa vision du conte de Boucle d'Or et les trois ours. Le décor qu'il a planté dans son prélude intitulé Tambours dans la nuit, sombre et violent, contraste beaucoup avec le roman, très différent, même si l'on retrouve une certaine noirceur dans le récit.
Blonde, jeune fille promise à une vie de recluse au couvent, reçoit un jour la visite d'un homme mystérieux qui, par l'intermédiaire d'un vieux dossier de police, va lui faire découvrir une partie de son passé. Dès lors, elle n'aura de cesse d'en apprendre davantage, quitte à risquer sa vie et son amour pour Gaspard, un tailleur de pierres.
Le début du roman distille à merveille le décor et l'ambiance austères du couvent, la vie routinière et encombrée de règles des couventines, sans oublier, bien sûr, l'existence terne de Blonde. Rejetée par tous, elle tente de trouver sa place dans un monde qui ne semble pas fait pour elle. La découverte de ce fameux dossier de police va tout chambouler et réveiller en elle l'espoir fou d'une nouvelle vie. Sa vie va se métamorphoser, c'est certain, mais pas comme elle l'aurait souhaité.
Une fois passé ce début prometteur, l'histoire a malheureusement tendance à trop traîner en longueur avec, paradoxalement, des manques par moments. Certains personnages, comme le policier par exemple, paraissent sous-exploités alors qu'ils ont un rôle indéniable dans la tragédie qui se joue autour de Blonde. Du coup, on aurait apprécié d'en savoir plus, d'approfondir un pan du récit qui nous échappe un peu. Durant quelques chapitres, on a l'impression de tourner en rond avant d'attaquer ceux qui constituent le final et qui regroupent le plus gros de l'action.
La fin du roman est ce qui m'a le plus déçue. Elle est d'une facilité déconcertante par rapport aux informations que l'on possède, à l'évolution du mal qui touche Blonde. 
*ATTENTION SPOILER* En effet, si ses ancêtres ont eu autant de peine à contenir leur malédiction, il est difficilement concevable que la jeune fille puisse y parvenir en quelques instants (instants vraiment très courts). Cela colle bien sûr à la perfection avec l'histoire d'amour qu'elle vit avec Gaspard, mais tout de même... cela manque de logique, au fond, et aurait peut-être permis de compléter l'histoire de manière plus riche en s'attardant sur cette fameuse malédiction qui, après tout, est la source même de l'intrigue.*FIN DU SPOILER*

Le personnage de Blonde, omniprésent donc, en devient presque étouffant. Il occulte les autres, parfois trop, ce qui donne à l'ensemble un manque d'équilibre. Pourtant, sur certains personnages secondaires, comme Madame Lune, l'auteur ne s'est pas raté, lui donnant en peu de scènes une profondeur exceptionnelle. Pour d'autres, la mayonnaise ne prend pas et c'est vraiment dommage.

L'écriture soignée et le style riche de l'auteur correspondent parfaitement à un récit se situant au XIXème siècle même si, de ce fait, il s'éloigne un peu de l'estampille jeunesse. Pour autant, il est agréable, vif et donne aux descriptions de paysages et de lieux une consistance presque palpable. Un vrai plaisir. J'ai tout de même regretté les changements de narration au cours du roman : on débute d'un point de vue extérieur, on change pour celui de Blonde, puis l'on revient sur un extérieur. Cela casse le récit plus qu'autre chose, même si c'est assez bien amené.

Bref, voici un roman qui m'a bien embêtée : emballée par le début, perdue ensuite dans des détours inutiles et des ralentissements, j'ai buté sur une fin trop facile et pas assez sombre pour coller au prélude qui augurait d'un récit autrement plus noir et plus axé sur le mystère de cette malédiction.

Les Chroniques de Nick tome 1 : Infinité


Les Chroniques de Nick
Tome 1 : Infinité

de Sherrilyn Kenyon

Éditions J'ai Lu
Collection Semi-poche

Sortie le 16 octobre 2013
Format poche / 321 pages / 12 €


Résumé (traduction de Tan) :

Lieu : La Nouvelle-Orléans. Aujourd'hui.
Âgé de 14 ans, Nick Gautier est un garçon comme les autres qui traîne avec les mauvaises personnes. Mais le soir où il décide de se ressaisir et refuse d'agresser un touriste innocent, sa bande se retourne contre lui et, alors qu'il voit la fin arriver, c'est une nouvelle vie qui commence pour lui.

Kyrian de Thrace n'est pas qu'un chasseur de vampires, c'est un Dark Hunter, et il dévoile à Nick un monde qu'il ne pouvait imaginer. Face à de nouveaux ennemis qui font passer les anciens pour des lavettes, Nick va devoir se montrer à la hauteur ou prendre rendez-vous avec le croque-mort. C'est tuer ou être tué et cet ado né du mauvais côté va découvrir en lui une force qu'il ne soupçonnait pas. Il ne lui reste plus qu'à trouver quelqu'un d'extérieur pour l'aider à combattre les démons..

Avis d'Elaura :

« Je suis devenu tel que je suis à cause des agissements d'une créature, et je maudis le jour où j'ai appelé Acheron Parthenopaeus « mon ami ». Si les choses avaient été faites différemment, j'aurais une existence autrement plaisante que le cauchemar qu'elle est devenue.

Je suis Nick Gautier. Et ceci est ma vie, et ce qu'elle aurait dû être... »

Nous l'attendions fébrilement cette histoire particulière, celle de Nick Gautier que les lecteurs de la série princeps des Dark-Hunters connaissent bien. Dès le début le ton est donné dans le prologue, nous connaissons la douloureuse histoire de Nick et sa rupture dramatique avec ses amis, et ce spin-off nous offre une relecture de celle-ci, telle qu'elle doit se passer pour éviter le pire. C'est donc une vie alternative qui nous présente un Nick Gautier ado d'à peine 14 ans semblable à celui que nous connaissons déjà, mais dont les origines sont enfin révélées et qui, au fur et à mesure, sera doté de pouvoirs particuliers. 

Cela vous paraît compliqué ? Pas tant que ça. Les lecteurs du Cercle des Immortels se plongeront sans difficultés dans ce premiers opus, déjà bien familier de l'univers créé par Sherrilyn Kenyon. Ils apprécieront les divers clins d’œil et multiples références glissées ça et là et un certain nombre de questions trouveront même leurs réponses. Mais les novices y trouveront également leur compte car les éléments essentiels sont expliqués et de nouveaux personnages font leur apparition. Outre une intrigue plutôt riche (le background de la série Dark-Hunters étant complexe), l'ensemble est très dynamique et bourré d'action. Exit la romance (nous sommes dans l'univers du YA) et place à la chasse aux zombies, au questionnement adolescent et à l'humour décapant du Nick tel que nous l'aimons : attachant, drôle, tourné vers les autres et ça fait un bien fou. 
L'auteur a pris un énorme risque avec cette série, mais ça fonctionne, et même plutôt bien, comme une évidence et cette entrée en matière est plus que réussie. 
Difficile d'en dire plus sans spoiler, alors je vous laisse découvrir ce roman très addictif dont les protagonistes, tous plus barrés les uns que les autres, sont totalement irrésistibles... ahhhh les Charontes et leur sauce barbecue...