Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 18 septembre 2013

Je tue de Giorgio Faletti

Je tue
de Giorgio Faletti

Éditions J'ai lu

Sortie le 28 août 2013
Format poche / 571 pages / 7,80 €


Présentation de l'éditeur :

Lors d'une de ses émissions nocturne l'animateur vedette de RMC reçoit l'appel d'un homme à la voix métallique se présentant comme un assassin sur le point de passer à l'acte. L'aveu n'est, bien sûr, pas pris au sérieux. Mais, le lendemain, le champion du monde de Formule 1 et sa petite amie sont retrouvés assassinés et atrocement mutilés sur leur yacht. Les sourires se figent pour faire place à l'effroi devant la signature en lettres de sang : Je tue. Frank Ottobre, agent du FBI, et le commissaire de la Sûreté publique de Monte-Carlo doivent intervenir au plus vite. Mais comment aborder une enquête lorsque l'on ne dispose d'aucun indice ?


Avis de Chani

Le glamour, le luxe et la sérénité de Monte-Carlo se voient troublés par un meurtrier qui, non content de mutiler ses victimes et de ne laisser aucun indice derrière lui, a l’impudence d’annoncer ses crimes à l’antenne de la radio RMC. Si au départ son avertissement n’est pas pris au sérieux, la police va rapidement changer d’avis et se lancer à ses trousses.

Avec Je tue, Giorgio Faletti signe ici son premier roman, un thriller efficace et astucieux. Le cadre où prend place l’histoire est inhabituel et bienvenu car en plus d’être original, il renforce l’horreur des crimes perpétrés par le tueur. L’intrigue est bien ficelée, le lecteur mène l’enquête en même temps que les policiers et se laisse captiver par cette chasse à l’homme dont l’issue reste une vraie surprise. Par contre, si le fond de l’histoire est bon, la forme laisse parfois à désirer. L’auteur se perd parfois dans des détails inutiles et le livre souffre de quelques longueurs qu’il est assez tentant de zapper car elles n’apportent rien à l’histoire. En évitant de diluer le propos, la narration aurait gagné en nervosité et l’intrigue en intensité. De la même manière, Giorgio Faletti tombe un peu dans les stéréotypes du genre, comme le flic au passé tourmenté, ce qui n’était pas vraiment nécessaire. Néanmoins la lecture de Je tue est très agréable (pour qui aime les meurtres sanglants et un peu gores, il vaut mieux être prévenu), qui, sans les défauts exprimés plus haut, aurait pu être parfaite.




La petite bibliothèque grinçante : Les voisins


La petite bibliothèque grinçante
Les voisins
de Monique Neubourg

Éditions Chiflet & Cie


Sortie le 5 septembre 2013
Format poche / 144 pages / 5,95 €


Présentation de l'éditeur :

Le principe de la collection reste le même : proposer des petits livres drôles et pas chers dont l’objectif est simple : rire des personnes (ou des êtres chers !) plus ou moins proches de nous et qui nous énervent parfois tout au long de la journée (même si dans le fond on les aime bien quand même…).
Chaque ouvrage se moque de leurs travers et de leurs habitudes, les raille gentiment, se moque d’eux avec affection et les brocarde parfois sans ménagement !
Le dicton affirme : «Qui aime bien châtie bien !», et c’est exactement notre axe éditorial.
Tous les lecteurs s’amuseront en lisant ces livres, car ils s’y retrouveront forcément, qu’ils soient les cibles des critiques ou, surtout, ceux qui les supportent à longueur de journée !!!!


Avis de Molina

Vous cherchez un petit cadeau pour une pendaison de crémaillère ou vous voulez juste passer un petit moment à rire ? Hé bien n'allez pas plus loin : Les voisins est fait pour vous !

Comme son titre l'indique, ce petit ouvrage traite d'un thème connu de tous, à savoir le voisinage. Qui n'a pas d'anecdotes croustillantes ou grinçantes sur ces gens avec qui nous partageons (malheureusement ?) un immeuble ou un quartier ? Et bien vous en retrouverez sûrement certaines dans ce livre.
Tous les styles d'humour sont représentés : caricatures, histoires drôles, blagues de toto ou histoires vécues, vous trouverez indéniablement le votre. Et c'est bien là le gros point fort de ce livre, tout le monde aura forcément quelque chose qui le fera rire ou sourire.
Et je peux dire que je l'ai testé, sur moi et sur mon entourage (et Dieu sait que nous n'avons pas le même humour) avec succès ! J'ai pouffé de rire, j'ai souri en coin et parfois oui, j'ai juste tourné la page parce que je ne trouvais pas ça amusant. Mais au final, après l'avoir refermé j'avais le sourire aux lèvres et je me suis dis que j'avais passé un bon moment et que j'allais l'offrir à ma prochaine copine qui déménage ! En plus il est tout petit (et se glisse donc facilement dans un sac ou dans une poche), alors faites comme moi, lancez-vous !

Cendrillon me perdra de Cindi Madsen

Cendrillon me perdra
de Cindi Madsen

Édition Milady Romance
Collection Central Park

Sortie le 20 septembre 2013
Poche / . pages / 7,10 €


Présentation de l'éditeur :

Un jour mon prince viendra… Peut-être même plus que tôt que prévu.

Qu’on ne me parle plus de contes de fées. Terminé ! Depuis ma dernière rupture, j’ai décidé de ne plus croire à l’amour éternel promis par Cendrillon. Et je le vivais très bien. Non, vraiment.

Du moins, jusqu’à ce que je croise Jake, mon voisin sexy, qui est accessoirement le propriétaire de mon restaurant préféré.

Mais après ces expériences foireuses avec de prétendus princes charmants, je me suis fixé des règles strictes. Et accepter de sortir avec Jake impliquerait de toutes les enfreindre. Pourtant, il semblerait qu’il ne soit pas prêt à lâcher l’affaire…

Avis de Chani

Darby, sémillante décoratrice d’intérieur au caractère bien trempé, enchaîne les relations qui tournent au vinaigre, si bien que la jeune femme finit par douter de trouver un jour un homme qui réponde à ses critères. Lorsqu’elle rencontre Jake, qui se prétend propriétaire du restaurant qu’elle fréquente assidûment et dont elle connait le véritable patron, Darby voit en lui un play-boy malhonnête qui essaye de se faire mousser pour l’impressionner. Et même si Jake est beau comme un dieu grec, hors de question de se laisser berner !

Cendrillon me perdra est une sympathique comédie romantique qui vous divertira ans nul doute. L’héroïne a été malmenée dans sa vie amoureuse et, pour preuve, elle explique au lecteur comment chaque conte de fée qu’elle pensait vivre s’est transformé en cauchemar. Le procédé est amusant et colle parfaitement à l’ambiance un peu Disney qu’évoque le titre du livre. Et Jake a lui aussi tout du prince charmant, mais chat échaudé craint l’eau froide, et le jeune homme va devoir sérieusement ramer pour séduire sa belle. Leur duo est plaisant à suivre, même si Darby est parfois insupportable. On tombe dans la caricature, et il est difficile de ne pas être agacé devant certaines de ses réactions, même si cela donne souvent lieu à des situations cocasses. Quant à Jake, c’est un ange de patience, pour le coup c’est vraiment le prince charmant, personne d’autre n’aurait pu subir ce que la jeune femme lui a fait enduré.
Malgré une héroïne tête à claques, la lecture est agréable et souvent drôle, le lecteur passera sans nul doute un agréable moment avec ce conte de fée moderne.