Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 9 mars 2013

Sea, sex... & Sean de Cathy Yardley


Sea, sex... & Sean
de Cathy Yardley

Éditions Harlequin
Collection Red Dress Ink

Sortie le 1er mars 2013
Grand Format / 384 pages / 12,90 €

Présentation de l'éditeur :

Toute Californienne digne de ce nom sait tenir sur une planche de surf. Sauf moi, Allison Robbins ! Le seul truc sur lequel j’ose tester mon équilibre, ce sont mes stilettos. Normal : mon trip c’est plutôt réunions à rallonge et pause café express. Je ne vous raconte pas le stress ! Jusqu’au jour où j’ai eu une crise d’angoisse en plein milieu d’une présentation. Résultat : mon boss m’a mise au repos forcé et mon médecin m’a prescrit… des séances de surf. Rien de tel pour se détendre, a-t-il assuré. Se détendre ? Facile à dire quand le moniteur est un grand blond aux yeux verts et au physique de demi-dieu ! Sean – c’est le prénom du demi-dieu – a beau être ultra zen, il met en surchauffe tous mes capteurs sensoriels. Pas besoin de vous faire un dessin : je suis amoureuse. A votre avis, est-ce que la reine des plannings serrés et des pronostics de résultats, bref une fille comme moi, a des chances d’intéresser un mec aussi cool que Sean ? En tout cas, je tente ma chance !

Avis d'Aphrodite :

Les couvertures des Red Dress Ink m'ont toujours plu. Celle-ci ne fait pas exception. Cependant, il est arrivé que le contenu du livre me déçoive fortement.

Ce roman commence par un aperçu de l'existence de deux êtres totalement opposés.

D'un côté, il y a Allison Robbins, une jeune femme travaillant dans une boîte de pub, accro au travail et au stress. Ce dernier est tellement présent dans la vie de notre héroïne qu'elle en fait une crise d'angoisse en pleine présentation et que son assistant est obligé de l'emmener à l'hôpital. Un médecin lui conseille alors de se détendre en se trouvant un hobby.
Ce mot n'entrant pas dans la vocabulaire de la jeune femme, elle va néanmoins tout faire pour en dénicher un afin de pouvoir mieux travailler. Après plusieurs essais infructueux, Allison va débouler dans le magasin de surfs 'Tubes'...

De l'autre côté, il y a un surfeur Adonis, Sean, employé dans ce magasin. Celui-ci est un maître dans l'art de se détendre et a fait siennes les règles du surf. Ne décelant pas la moindre passion pour ce sport chez Allison, il va alors refuser de lui donner des cours.

À la suite de moult demandes d'Allison, il va cependant accepter de superviser son entraînement.
Surgiront alors plusieurs problèmes :
- l'attirance éprouvée par les deux héros l'un pour l'autre ;
- le problème de logement et de travail de Sean ;
- la famille d'Allison...

Concernant Allison, le lecteur sera peut-être assez choqué par sa réaction excessive à la fin du roman et pourra se demander comment elle fait pour survivre dans un tel état permanent de stress.

Pour Sean, son désintérêt pour un travail bien rémunéré, mais ennuyeux, pourrait susciter l'incompréhension de personnes partageant la vision d'Allison. Son manque d'enthousiasme et de motivation pourra en énerver plus d'un.

Néanmoins, nous découvrons, au fur et à mesure du roman, des personnages sensibles et l'attitude d'Allison devient compréhensible.

Ce roman est intéressant car il décrit bien l'évolution de la mentalité des deux protagonistes, ce qui contribue à les rendre plus heureux. Allison en devient, notamment, plus ouverte vis-à-vis des autres, ce qui est un réel soulagement pour le lecteur qui, peut-être, voyait en elle une égocentrique tyrannique.

Certains personnages secondaires voient, également, leur vision de la vie prendre un nouveau tournant sous l'influence des héros de l'histoire.

En résumé, un bon roman avec des personnages et une histoire accrocheurs.



12,26 EUR
Achat Fnac


Rencontres à Fool's gold Tome 5 : Sur un petit nuage ! de Susan Mallery


Rencontres à Fool's gold
Tome 5 : Sur un petit nuage !
de Susan Mallery

Éditions Harlequin
Collection Prélud'

Sortie le 1er février 2013
Format poche / 352 pages / 6,60 €


Présentation de l'éditeur :

Montana ne sait plus où se mettre. Son chien vient de lui échapper et est allé semer la tempête dans l’hôpital de l’ombrageux Simon Bradley, chirurgien de renom qui s’occupe tout particulièrement des enfants. Et c’est justement une petite fille qui calme la colère du médecin : elle a vu le chiot et, pour la première fois depuis son accident, elle sourit. De quoi attendrir tout le monde et redonner enfin à Simon l’espoir de guérir la fillette. Entre Miss Montana Catastrophe et le Dr Ténébreux, un arrangement semble donc indispensable. Un arrangement scellé, contre toute attente, par un baiser aussi inattendu que sauvage, volé par Simon à Montana…

Avis de Jm-les-livres :

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la première rencontre entre Montana, l'un des triplées Hendrix, et Simon Bradley, chirurgien de talent, a été brutale... et poilue !

Simon est un homme blessé et pas que physiquement (les amatrices de héros avec des cicatrices vont être servies). Il a du mal dans ses relations avec les autres, sauf avec ses patients qu'il arrive à comprendre et à aider. Sa nouvelle mission de trois mois l'amène à Fool's Gold et bien sûr, les habitants vont tenter de le convaincre de rester. Montana va d'ailleurs être désignée pour lui faire découvrir la ville et ses charmes. Sauf qu'après leur première rencontre, elle ne sait que penser de Simon et des sentiments qu'il provoque en elle.

Il n'y a ici rien de vraiment d'original par rapport aux autres tomes. On retrouve l'obsession de Mme la Maire de convaincre les hommes de s'installer dans sa ville, cette communauté présente pour les siens et pour promouvoir sa ville, et quelques enchaînements de quiproquos et de non-dits propres à toute romance contemporaine. Les deux personnages principaux n'ont, eux aussi, rien de neuf à proposer ou qui n'a pas déjà été vu ailleurs, mais on est intrigué par l'histoire de Simon et de comment il a eu ses cicatrices. Il est vraiment le personnage le plus intéressant de ce livre. Montana est débordante de vie (un peu comme les chiens dont elle s'occupe) mais elle réagit parfois de manière un peu trop rapide et pas vraiment réfléchie. Si Simon ne fait pas telle chose, c'est parce qu'il ne veut pas d'elle, qu'il ne l'a juge pas assez bien. Elle dit qu'elle a repris confiance en elle après deux relations difficiles mais on sent qu'elle a encore de gros doutes sur ce qu'elle vaut. Alors quand deux handicapés émotionnels se rencontrent et essayent de se comprendre, cela créé quelques problèmes. Mais malgré tout, ils se font du bien mutuellement et il est amusant de voir Montana essayer de sortir Simon de ses habitudes et l'obliger à se mêler aux communs des mortels. Pour un grand effrayé des relations comme lui, Fool's Gold est comme le grand bassin ! Il est mignon de voir comment ils s'accordent et se complètent.

En conclusion, un tome qui n'apporte rien de neuf mais qui nous offre une charmante histoire d'amour.



6,27 EUR
Achat Fnac

La dernière lame


La dernière lame
d'Estelle Faye

Éditions Le Pré aux Clercs
Collection Pandore (YA)

Sortie le 8 novembre 2012
Format broché / 464 pages / 16 €



Présentation de l'éditeur :


Un monde qui ressemble à notre Renaissance, menacé par la montée des océans grouillant de créatures maléfiques, où règne la violence, la famine et la misère. L’Église des Cendres prospère sur tout ce désespoir, menée par la mystérieuse Marie aux yeux verts. Dans une des dernières villes émergées, Joad tente d’apaiser les souffrances et se prépare à affronter l’Armée des Cendres. Joad et Marie vont s’engager dans une course dont l’enjeu n’est rien de moins que le sort du monde.

Biographie de l'auteur :

Estelle Faye, née en 1978, est un jeune talent du cinéma français (scénario et réalisation). Elle livre ici son premier roman.


L'avis d'Heclea :

Voilà un roman qui semble tout en contradiction et duquel on ne sort pas forcément à l’aise. En effet, il est difficile de s’attacher ou de s’intéresser à un monde, des personnages, une ambiance très sombres et qui paraissent rapidement sans espoir, sans bonheur, limite même sans beauté.

C’est là ce qui marque au premier abord lorsque l’on se plonge dans La dernière lame : cette atmosphère pesante, ce danger sous-jacent, cette frénésie qui s’empare de certains, cet univers aquatique ultra présent et particulièrement oppressant.

Du côté des personnages, difficile de savoir avec certitude qui fera partie des gentils ou des méchants, le doute est omniprésent, chacun luttant pour ce qu’il croit, quoiqu’il lui en coûte. Pour le lecteur, cela peut rapidement être déstabilisant et ne pas aider à l’appréciation de ces héros entiers et qui restent, quoiqu’il se passe, forts de leurs idées. Notre intérêt balance donc entre Joad et Marie, ennemis par obligation et pourtant proches par bien des côtés.

L’intrigue qui accompagne tout cela est forte en combats, forte en dangers, bercée par une lutte intestine entre religions et Science. L’impression de croisade y est particulièrement développée, même si elle est teintée de Fantasy, pratiquement de magie. En parallèle de cette aventure au goût doux amer de croyances, l’on retrouve une quête qui, malheureusement, ne reste qu’en filigrane et n’est pas assez exploitée, apportant, à terme, des révélations et dénouements qui semblent trop faciles et évidents.

Au final, voilà un roman difficile à juger, mais duquel on sort assez mal à l’aise, gênés par son atmosphère qui transpire la douleur, la noirceur, le monstrueux et le moisi. Pourtant, l’univers y est bien construit, la faune et la flore y sont très précises, mais le ressenti que l’on en garde manque cruellement de beauté et de joie. La dernière lame est très certainement un livre que l’on adore ou déteste, mais qui ne peut laisser totalement indifférent. 



15,20 EUR
Achat Fnac