Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 2 janvier 2013

La dernière larme de Fatou Ndong



La dernière larme
de Fatou Ndong

Éditions Valentina

Sortie le 2 avril 2012
Format broché / 228 pages / Prix 13,50 €
Format e-book / 200 pages / Prix 5,99 €



Présentation de l'éditeur :

Ces êtres étranges nous ressemblent. Leurs différences ? Ils ont le sang froid, vivent la nuit et se nourrissent de sang humain.
Ce sont des vampires… et ils vivent au nez et à la barbe des Hommes depuis la nuit des temps, dans l’attente de pouvoir sortir de l’ombre.
Selon la légende, le sacrifice des quatre enfants de la prophétie permettra le retour de la reine Adonia. Trois sont déjà morts. Kali est la dernière encore en vie.
Mais la jeune femme ignore tout de ce monde là. Pourtant, une étrange marque en forme de larme est lovée sur sa poitrine.
Le maître de l’Odyssée, chef des vampires, envoie Ethan pour retrouver le dernier enfant de la prophétie afin de le sacrifier.
Et si tout ne se déroulait pas comme prévu ?​

L'avis de Rory :

Une présentation alléchante, une bien jolie couverture : le premier roman de Fatou Ndong nous met dans de bonnes dispositions d’entrée de jeu. Malheureusement, le soufflé retombe un peu ; on ressort de la lecture avec un avis très mitigé.

L’intrigue est basée sur une bonne idée : une prophétie centrée sur quatre enfants, parmi lesquels il n’y a de nos jours qu’un seul survivant, Kali, notre héroïne, dernier rempart contre la suprématie vampirique. On retrouve dans le roman cette partie du résumé qui nous a plu ou tenté à la lecture de la quatrième de couverture. Cependant, la façon dont on apprend les choses ne sous satisfait pas entièrement. De manière générale, l’auteure dessine une rapide esquisse des évènements du passé dans un premier temps, et les explications viennent plus tard — sans doute pour préserver le suspense, et on le comprend — mais nous laissent souvent assez dubitatifs. Ces développements ou justifications nous font en fait l’effet de « l’exception qui confirme la règle ». De même, au cours de notre lecture, on se demande souvent « Pourquoi ? Comment ? » et certaines de nos interrogations ne trouvent malheureusement pas de réponse. Il semble y avoir beaucoup de non-dits. Il est vrai que le lecteur aime parfois voler de ses propres ailes mais, passé un moment, il préfère qu’on le prenne par la main.

Pour continuer sur la trame, le temps est une notion que l’on a beaucoup de mal à appréhender dans ce roman. Premièrement, les transitions nous semblent assez abruptes et ne mentionnent quasiment jamais combien de temps il s’est écoulé depuis le passage précédent. On suppose donc naturellement qu’il s’agit de la période la plus courte possible compte tenu du contexte. Ce n’est pas forcément gênant tout le temps, mais cela reste assez déroutant. Deuxièmement (et c’est sûrement lié avec le point précédent), pour nous tout va très vite — notamment, Kali tombe amoureuse extrêmement rapidement — mais pour les protagonistes, ces périodes de quelques jours semblent leur faire l’effet de quelques mois (par exemple : « tellement longtemps » sera utilisé pour qualifier une période d’une semaine).

Malgré tout, il y a une bonne partie du roman — les deux quarts du milieu environ — où l’on a assez envie de continuer, de voir où va nous mener l’intrigue. Certains retournements de situation, quand ils paraissent logiques, sont assez bien vus. On est content de voir que l’auteure n’a pas choisi la solution de facilité en ce qui concerne les opposants des vampires. Cependant, en arrivant à la fin du roman, on trouve un motif qui se répète un peu trop souvent, à savoir : Kali se met dans le pétrin, elle est sauvée au dernier moment.

On peut ajouter à ce ressenti sur la fin une impression d’incohérence dans le récit, qui concerne plus particulièrement le passé d’Ethan. C’est cette même impression qui nous contrarie de temps à autres au cours du roman au sujet d’évènements divers et variés. Le fait qu’un astre rouge — qui se révèle être le soleil qui se voile — remplace la lune et ne se couche plus, mais qu’il fasse malgré tout nuit la moitié du temps (comme en temps normal), est un exemple. La façon dont la reine Adonia perd le pouvoir dans le passé peut déranger également.

Passons à l’univers. Il ne nous apparaît pas très détaillé mais l’on comprend que l’histoire se déroule dans notre monde actuel auquel une composante « surnaturelle » a été ajoutée, comme pour tout roman de Bit-Lit ou de Romance Paranormale. Kali vit à Chicago et, on l’apprend très vite, le quartier général des vampires se situe en Grèce. Cette originalité est bienvenue. De manière générale, les descriptions des édifices, des demeures, lorsqu’il y en a, sont plaisantes. Cependant, on pourra noter plusieurs détails non surnaturels qui nous paraîtrons déplacés (par exemple, le fait que l’on nous parle d’une « mer » à Chicago, qui possède certes des plages mais qui bordent le Lac Michigan et non une étendue d’eau salée). 

Les personnages sont assez variés. Chez notre héroïne, Kali, on appréciera une lucidité et une bonne analyse des évènements, un comportement mature et des réflexions intelligentes dans le milieu du roman. En revanche, on pourra lui reprocher le fait qu’elle fasse erreur sur erreur plus on se rapproche du dénouement, et qu’elle ne semble rien faire si ce n’est attendre qu’on vienne la sauver (ce qui ne manque pas d’arriver à chaque fois) — on comprend bien que, étant humaine, son pouvoir est limité, mais tout de même. Son addiction pour le personnage principal masculin est également susceptible de nous irriter. Ce dernier nous apparaîtra comme mystérieux et digne d’intérêt. Malgré tout, leur amour nous dépasse un peu, de par la rapidité de sa formation et par son caractère très (trop ?) intense.

Parmi les personnages secondaires, on trouvera notamment le Maître et la Maîtresse de l’Odyssée. On se pose beaucoup de questions sur eux, leur origine et leur légitimité, sans trouver de réponses. Il y a aussi un personnage masculin secondaire qui éprouvera pour Kali une affection dont on ne comprend pas l’origine, puisqu’il semble la connaître encore moins bien que notre héros.

Le style de Fatou Ndong est fluide, plaisant, et présente assez peu de maladresses. Le vocabulaire est varié et adapté malgré quelques termes employés à mauvais escient — quelques coquilles subsistent, notamment au niveau de la conjugaison. Le schéma narratif est agréable et nous étonnera parfois par son inventivité.

Pour conclure, disons qu’une fois que l’on a décelé un ou deux éléments qui nous chagrinent, on ne peut s’empêcher de prêter plus d’attention que nécessaire à tous les détails de la suite de l’histoire. On ressort donc de la lecture avec un sentiment mitigé ; il y a du potentiel mais certains éléments clés de l’intrigue font blocage. Il est difficile d’en dire plus sans « spoiler » le futur lecteur. On notera tout de même qu’il existera une suite à ce roman à la frontière entre Urban Fantasy et Romance Paranormale, un tome 2 qui, on l’espère, saura peut-être répondre à nos interrogations.

Achat version papier.

Ci-dessous formats Kindle et epub.



5,99 EUR
Achat Fnac

Le Puits des Mémoires, tome 2 : Le Fils de la lune

Le Puits des Mémoires
Tome 2 : Le Fils de la lune

de Gabriel Katz

Éditions Scrinéo

Sortie le 18 octobre 2012
Format Broché / 400 pages /16,90€


Présentation de l'éditeur :
Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, les personnages s’étoffent. Leur amitié récente mais vitale devient une arme pour conquérir ce royaume fascinant et colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque...

Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

L’auteur

Gabriel Katz a écrit « dans l’ombre » plus de 30 livres signés par des auteurs bien connus du grand public. Passionné de fantastique, de jeux et d’univers virtuels, il signe ici sa première trilogie.

Avis de Biscotte

Nous retrouvons nos héros directement là où nous les avions laissés. C'est avec un très grand plaisir et une certaine impatience que nous replongeons dans l'univers de Gabriel Katz.

Nos trois héros se dirigent vers les terres du nord à la recherche de leur identité. Ils espèrent que quelqu'un, croisé au hasard, les reconnaitra. C'est avec cette idée en tête qu'ils continuent d'enquêter sur eux-même. En parallèle nous suivons les méchants et en apprenons un peu plus sur qui ils sont. D'ailleurs ces derniers se rapprochent de plus en plus de nos trois héros. Les cavaliers de cristal deviennent incontrôlables et font montre d'une férocité grandissante.

Si le premier tome était déjà très bon, ce second tome est encore meilleur. L'intrigue avance grandement, les héros nous font passer du rires aux larmes et les méchants sont encore plus méchants. Que de bons ingrédients pour cette suite. Ce n'est pas spoiler que de vous dire qu'il va vous falloir un peu de temps pour vous remettre de la fin de ce tome 2.

Démoniaque, tome 2 : L’appel des ombres

Démoniaque
Tome 2 : L’appel des ombres

de Marjorie M. Liu

Éditions J'ai Lu
Collection Darklight

Sortie le 20 juin 2012
Format broché / Prix 8,90 €


Présentation de l'éditeur : 

Maxine Kiss cherche à découvrir l'identité de celui qui a tenté de l'assassiner. Mais pour cela, la chasseuse de démons doit accepter de perdre le contrôle...

Avis de Biscotte


Quand nous avons refermé le premier tome nous sommes restés sur une impression d’inachevé. La tête pleine de questions sans réponses à cause d'une histoire survolée. Ce tome 2 est dans la continuité du premier.

Maxine est un personnage intéressant et intriguant mais aucunement attachant. Malgré l'écriture à la première personne, on a l’impression de la suivre l’héroïne de manière détachée. . Comme si nous étions cameraman, l'important c'est de la suivre. Cette sensation de "survole" s’étend à tous les éléments du livre, que ce soit l’univers, les personnages ou les évènements, tout parait encore trop brouillon.

Malgré quelques explications, nous ne sommes pas tout à fait sûrs de comprendre tout ce qu’il se passe, les quelques incohérences n’aidant pas. Par exemple, Maxine est censée être une personne quasi anonyme dont l’origine et les pouvoirs sont cachés, mais au final chaque nouveau personnage la connait mieux qu’elle-même.

Le résumé court et accrocheur nous montre que l’histoire est basée sur une très bonne idée. Malheureusement, on a tellement de mal à se plonger dans l’histoire qu’il faut forcer la lecture pour terminer ce tome (tout comme le précédent). L’impression de survoler l’histoire nous donne envie de sauter quelques lignes, voire quelques paragraphes, afin de faire accélérer les choses. 

Cette vie derrière nous, Walking Dead Tome 2


Cette vie derrière nous
Walkind Dead, Tome 2

de Charlie Adlard et Robert Kirkman

Editions : Delcourt

Sortie le 30 mai 2007
Broché / 133 Pages / 13,65 €


Présentation de l'éditeur :

Regroupés autour de Rick, les survivants s’organisent et gèrent au mieux les tensions naissantes au sein de leur petite communauté. Chaque journée écoulée est une victoire sur l’horreur qui les entoure. Rick, devenu leur leader par la force des choses, doit à présent trouver le moyen de survivre un jour, une semaine, un mois de plus. Et cette survie ne se fera qu’au prix de lourds sacrifices…

L'avis de Lila :

Ce second tome est la suite directe du premier. On y retrouve les personnages déboussolés par les derniers événements. Si jusque là ils se serraient les coudes pour survivre aux rôdeurs, il doivent désormais faire face à une prise de conscience : les vivants peuvent être bien plus dangereux.
Ce tome signe la fin de l'innocence. Celle de Carl, tout petit garçon qui a été forcé de tuer pour sauver son père, celle de Rick qui doit prendre la tête du groupe, celle de Lori qui apprend une nouvelle malvenue, celle de tous les autres également, qui doivent se remettre en route si tôt leurs proches enterrés et accepter que n'importe lequel d'entre eux peut perdre la tête à tout moment et devenir une menace.

Décidés à quitter enfin leur campement de fortune, les personnages s'entassent dans le van de Dale et reprennent la route à la recherche d'un abri, mais surtout de nourriture. Les événements s'enchaînent encore à toute vitesse, mais l'auteur prend le temps de s'attarder sur quelques discussions ou scènes, nous permettant d'en apprendre plus sur chacun des protagonistes et de bien prendre toute la mesure de ce qu'ils vivent au quotidien. Les couples se forment, des personnages décèdent, se disputent, d'autres rejoignent le groupe. Ils affrontent la faim, la peur du lendemain, la nostalgie des jours meilleurs, l'angoisse quotidienne qui ne leur laisse pas un seul moment de répit. Et chaque fois qu'ils croient trouver enfin un abri sûr, rien ne se passe comme prévu.

Les rôdeurs sont partout et surtout là où on ne les attend pas. On se sent rapidement oppressé pendant la lecture, on ne sait jamais quand ils vont attaquer, ni qui y perdra la vie. Aucune grosse ficelle ni effet de suspense facile, tout repose sur l'ambiance, sombre, tragique, angoissante. Même lors des brèves accalmies on se dépêche de tourner les pages, inquiets de ce qui pourrait arriver ensuite.

Ce tome 2 est un pur régal, il se dévore en quelques heures et donne une furieuse envie d'avoir tous les opus suivant sous la main, pour les enchaîner sans interruption. 




13,26 EUR
Achat Fnac