Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 2 décembre 2012

Salon du Livre et de la Presse Jeunesse 2012

Pour la brève de la semaine, le staff Bit-lit.com a voulu vous donner ses impressions sur le Salon Du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil qui s'est déroulé du mercredi 28 novembre au dimanche 2 décembre.
Malheureusement, seules quatre membres du staff on pu s'y rendre mais voici leurs impressions !
Alors les filles, le Salon du livre de Montreuil c'est comment ?

Pour Heclea, le Salon de Montreuil c'est ça :

« Mon salon en quelques mots :
Quelle chaleur, mais quelle chaleur / Lauren Oliver toujours aussi sympa / Des délires entre copines / Mettre des visages sur des pseudos / Peu d'achats / Quelques dédicaces / Des découvertes au coin d'un stand / Un maximum d'envie / Des files sans fin de fans / Vivement le prochain ! »

Et pour Rory, ce salon, c'était comment ?

« Samedi 1er décembre : à moi le Salon de Montreuil ! L’endroit est facile à trouver, tout comme les vestiaires à 2€ (qu’on peut même partager à deux, ça tombe bien j’étais avec une amie). Et comme il fait une chaleur à danser nu sous les cocotiers, on ne va pas se priver !

Le salon se déroule principalement sur deux étages remplis d’une foule hétéroclite. J’entame les hostilités avec un achat et une dédicace ; le premier tome d’Aurélie Laflamme est à moi ! India Desjardins est très sympa (et troooop jolie) et me souhaite de passer un bon moment avec ce roman « vampire-free » (je lui ai montré ma sacoche Bit-Lit.com). Quelques heures plus tard, c’est l’heure de rencontrer Tahereh Mafi. Problème : je ne suis pas la seule à avoir eu l’idée. Damned! La queue fait 3km. J’obtiens tout de même mon précieux gribouillis, accompagné d’une multitude de sourires et de mots échangés avec Tahereh qui est vraiment très accessible. Le souci, c’est qu’en attendant, j’ai raté la dédicace de Lauren Oliver. J’en suis un peu triste, même si j’ai appris comment McDo préparait son Coca-Cola grâce à une autre lectrice qui était elle aussi dans la file d’attente. Mon autre regret est de n’avoir rencontré personne de la blogosphère ou du forum. Mais je suis sûre qu’il y aura bien d’autres occasions ! »


India Desjardins & Rory


Tahereh Mafi & Rory
(Merci ma Soso pour les photos.)

Voilà pour Jm-les-livres :

« Vendredi 30 novembre, après-midi : j'ai choisi de n'arriver qu'en milieu d'après-midi car je me doutais qu'il y allait avoir une foule de personnes (notamment des enfants avec leurs maîtresses). Arrivée sur la ligne 9 en direction de Montreuil, on nous annonce des ralentissements pour cause de panne de signalisation. Ah ! Les joies du métro parisien. Finalement, sans trop d'attente, j'arrive au Salon : à moi les livres ! Ah nan c'est vrai, pas le droit d'acheter ! Je suis "juste" venue pour obtenir une dédicace de Magali Ségura de ma trilogie Leïlan.

Qu'importe, je me faufile entre les stands et les gens et j'en prends plein les mirettes. Intérieurement, je souffre de me dire que je ne pourrai pas ramener tous ces livres chez moi mais je continue. Arrivée au deuxième étage, je croise des connaissances (Karen du forum Au Boudoir Écarlate sur le stand de la Collection R, Nancy du blog Des livres et Moi et quelques autres personnalités que j'ai été ravie de rencontrer en IRL).
L'heure de la dédicace approche et pour patienter à cause du retard (toujours cette ligne 9) je déambule dans le salon... et là je craque. Je m'achète deux livres (un pour chaque étage) et résiste tant bien que mal. Je retourne sur le stand Castelmore (où j'ai vu un livre qui me faisait de l'oeil) et enfin, je peux avoir ma dédicace de Magali Ségura. Vraiment très gentille et accessible ! Je suis toute contente et j'en bondirais presque sur place. J'ai dit presque. Et c'est ma dédicace en poche que je repars en direction de cette ligne 9 de malheur.



PS : J'ai acheté le livre qui me faisait envie sur le stand Castelmore. Je suis faible mais ça fait tellement de bien ! »

Et enfin, Choukette nous livre ses impressions. Alors conquise ?

« Le SDLPJ de Montreuil 2012 (comprenez Salon Du Livre et de la Presse Jeunesse) a démarré pour moi vendredi soir en compagnie d'Heclea et de Mallou (la bibliothèque Malounienne). Direction le stand de Black Moon pour la Black Moon Party. Au programme : cadeaux (livres, mug, marque-pages...), rafraîchissements et rencontre avec des auteurs (Lauren Oliver est au top !). Soirée très sympa qui a donné le ton pour le week-end !
Le lendemain, arrivée vers 11h30, j'ai cru fondre en passant de zéro à environ 1000 degrés ! Au détour des allées, on reconnaît des visages, on s'arrête pour caresser des livres, les feuilleter et parfois même les acheter.
Tiens ! Un auteur apprécié de mes enfants en dédicace : hop ! un livre, un sourire, un dessin, un prénom et on recommence un peu plus loin.
Petite déception : bien trop de monde au rendez-vous pour rencontrer Julien Neel, et trop peu de courage de ma part pour attendre la précieuse dédicace. Une autre fois peut-être !
L'après-midi a été marqué par un café-rencontre (enfin coca-rencontre) tout près du salon avec plusieurs autres (super) blogueuses (Cess, Azilys, Stephie de Milleetunepages, Sab des lectures de Sab, Mlle P...) et même une auteur dont j'apprécie +++ l'héroïne et l'écriture : Marika Gallman.

Un très bon moment cette année encore, qui donne juste envie de patienter jusqu'au prochain salon ! »

La Grande Encyclopédie du Merveilleux d'Edouard Brasey


La Grande Encyclopédie du Merveilleux

d'Edouard Brasey
Illustrations de Sandrine Gestin

Éditions Le Pré aux Clercs

Sortie le 11 octobre 2012
Relié / 432 pages / 34,90€

Cette encyclopédie est une réédition de La Petite encyclopédie du Merveilleux paru en septembre 2007

Présentation de l'éditeur :

À travers l'Histoire, les légendes, les mythologies : celtique, gréco-romaine, germanique ou nordique, à travers les créations littéraires ou cinématographiques, Édouard Brasey a collecté tout le savoir des Hommes sur les peuplades féeriques, elfes, lutins, sirènes ou nains, les bêtes terrifiantes comme les dragons, les licornes, les griffons, les gargouilles, mais aussi les créatures de la nuit, les loups-garous, les vampires, les trolls, les cyclopes, les géants, les orques, les titans...
Au total plus de 250 personnages, esprits ou animaux sont ici répertoriés avec leur description, leur origine géographique et mythologique, leurs moeurs et leur histoire.

Illustré de centaines de gravures anciennes, de tableaux de maîtres et des oeuvres originales de Sandrine Gestin et Alain-Marc Friez, cette Grande Encyclopédie du merveilleux rassemble toutes les sources de la mythologie, du folklore et de l'Histoire pour évoquer les créatures les plus fascinantes des mondes imaginaires. Édouard Brasey est auteur de plus de soixante livres consacrés aux mondes de la féérie et du merveilleux, et, notamment, de La Grande Bible des fées, du Traité de démonologie et du Grimoire des Loups-garous parus au Pré aux Clercs.

Avis de Jm-les-livres :

Quel bonheur d’avoir entre les mains cette (très) grande encyclopédie ! Avant même de l’ouvrir, on ne peut s’empêcher de poser les mains sur sa couverture et de s’émerveiller sur l’aspect extérieur de ce livre. Puis on l’ouvre et là, on est ébloui par les illustrations de Sandrine Gestin et Alain-Marc Friez. Monstres effrayants, personnages féériques nous accueillent et nous poussent à tourner les pages à la découverte de créatures issues du folklore et de l’imaginaire. Leur travail est vraiment envoûtant et donne vie aux créatures, bonnes ou mauvaises, qui sont évoquées. D’autres illustrations ou œuvres plus connues (comme La Dame à la Licorne que l’on peut voir au musée du Moyen-Âge à Paris) ajoutent un caractère historique et réel à cette encyclopédie. Bravo pour ce travail de recherche.

Edouard Brasey est un spécialiste du monde de la féérie et du merveilleux et cette encyclopédie nous dévoile l’étendue de ses connaissances. Des différents peuples de l’imaginaire (de l’ombre et de la lumière) en passant par les animaux légendaires, cet ouvrage abordera tous les êtres fantastiques que vous avez pu croiser dans votre vie, ainsi que tant d’autres que vous ne connaissiez pas. Mais n’allez pas espérer obtenir toutes les réponses avec ce livre. Comme le dit si bien son auteur : « … prenons garde à ne pas éventer les mystères. Pour que la magie opère, il faut se garder de tout expliquer et tout inventorier. […] Le dernier mot doit rester aux fées et à leurs compagnons de l’Autre Monde ».



33,16 EUR
Achat Fnac



-- EUR
Achat Fnac


Angel tome 2 : Angel Fire


Angel, Tome 2 : Angel Fire
de L.A. Weatherly
Editions Gallimard Jeunesse

Sortie le 22 août 2012
Format broché / 624 pages / Prix 21,50 €



Présentation de l'éditeur :

Willow et Alex sont arrivés à Mexico. C'est là que se déroulera leur prochain combat contre l'Eglise des Anges. Alex prend la tête d'un groupe de Tueurs d'Anges pour les préparer à cette opération d'envergure et Willow se sent alors plus seule que jamais. Jusqu'au jour où elle rencontre Seb, un garçon qui lui ressemble et qui la cherche depuis toujours... Intense et fascinant, Angel Fire vous brûlera dès les premières pages.


Avis de Chani

Suite de cette série dans laquelle les anges sont en fait mauvais et ne voient l’humanité que comme une source d’énergie que l’on peut vider à l’envie. Alex et Willow sont en cavale, recherchés activement par les anges eux-mêmes et leurs sbires. Alors qu’elle pensait être le seul demi-ange au monde, Willow va découvrir Seb qui, lui, la recherche depuis des années. Cette rencontre ne va pas laisser la jeune fille indifférente…

Comme dans le premier opus, il y a du bon et du moins bon. Le concept de base est toujours intéressant, le combat des Tueurs d’Anges pour sauver l’humanité est une bonne idée, mais hélas le tout est englué dans un sirop de mièvrerie. L’arrivée de Seb va permettre à l’auteur d’introduire un triangle amoureux (on en revient toujours là finalement) dont je me serais bien passée, d’autant que l’héroïne est toujours cul-cul la praline pour tout ce qui touche aux garçons. La morale sera donc sauve malgré tout, il faut voir le bon côté des choses (si on veut).
La narration alternée ente les différents protagonistes permet de donner un peu de rythme à l’ensemble, tous les personnages n’étant pas aussi mous que la jeune fille. Mais il reste des longueurs, des passages centrés sur les atermoiements de Willow qui cassent le rythme et font décrocher.

Angel Fire contient plus de « young » que d’« adult », et je n’ai pas accroché, malgré un background plutôt sympa.

Pure


Pure
de Julianna Baggott

Éditions J'ai Lu

Sortie le 03 octobre 2012
Semi-Poche / Pages / 14,90 €



Présentation de l'éditeur :

Depuis les Détonations qui ont ravagé le monde, Pressia vit avec son grand-père dans les décombres, la cendre et le danger. Demain, elle aura 16 ans, âge où la milice vous enlève pour entraîner les plus forts. ou achever les plus faibles. Pressia n'a plus le choix, elle doit se préparer à fuir.
Au loin brille le Dôme : un lieu sécurisé et aseptisé où une minorité, les Purs, s'est réfugiée avant la catastrophe. Partridge est l'un d'eux. mais pour combien de temps ?

Avis de Chani

Je vous replace rapidement le contexte : au moment des Détonations (on pense à un accident ou une attaque nucléaire mais sans les conséquences normales comme les radiations ou l’hiver nucléaire), les humains restés hors du Dôme ont fusionné avec la matière la plus proche d’eux, que ce soit un objet, un animal, un végétal ou un autre humain. Ceux qui ont survécu ont tous des cicatrices de leurs brûlures et une malformation, comme Pressia, l’héroïne, dont la main droite a fusionné avec la poupée qu’elle tenait. Leurs conditions de vie sont pitoyables depuis, on peut davantage parler de survie, et le spectre de l’ORS plane sur tous les adolescents approchant leur seizième anniversaire. L’ORS, c’est une faction de rebelles qui veulent renverser l’ordre établi et prendre le contrôle du Dôme. Justement, parlons de ce qui se passe dans ce fameux Dôme. Les personnes qui y vivent n’ont pas subi de mutations génétiques et sont donc surnommées les « purs ». Si de prime abord on peut penser que cette élite privilégiée mène une vie douce et paisible, il n’en est rien. Conditionnement des plus jeunes, Histoire déformée, endoctrinement et mise à l’écart des plus faibles, la vie sous le Dôme n’est pas si rose, raison pour laquelle Partridge souhaite s’en échapper…

L’univers créé par Julianna Baggott est très riche et original. Les dystopies mettent souvent à l’honneur un monde ravagé et des humains qui tentent de survivre, dans Pure l’auteur y ajoute sa touche et fait de ce monde post-apocalyptique un décor innovant, très riche et surprenant. À titre personnel, il y a certaines choses qui m’ont mise mal à l’aise, comme les Desperate fusionnées, j’ai vraiment eu du mal avec elles.
Si de ce côté-là il n’y a (presque) rien à redire, il n’en a pas été de même pour l’histoire en elle-même. Beaucoup de longueurs, de dilutions, sans le background le lecteur se dirait « tout ça pour ça ? ». L’intrigue est assez facile et parait bien fade face à l’univers dans lequel elle se déroule. J’ai été déçue par ce décalage, et sans ce monde post-apocalyptique bien particulier, l’histoire ne vaut pas grand-chose, et elle est même longuette…
Bilan en demi-teinte pour ce premier tome de Pure, à voir si la suite s’avère plus prenante.