Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 27 novembre 2012

La Vie Blues


La Vie Blues
de Han Nolan

Éditions Gallimard Jeunesse
Collection Pôle Fiction

Sortie le 30 août 2012
Format poche / 272 pages / 6.10€


Présentation de l'éditeur :

Leshaya n'a qu'un rêve, devenir une chanteuse de légende comme Aretha Franklin. Elle est blanche mais sa voix est noire et elle se sent noire de toute son âme. Et bon sang, Leshaya sait chanter ! Pour elle, c'est vivre et survivre malgré la drogue, la violence et la trahison.


L'avis d'Heclea :

Voilà un roman difficile à classer et à apprécier, un roman qui peut nous mettre mal à l’aise mais qu’on ne peut s’empêcher de terminer, un roman qui peut paraître déprimant, mais qui est néanmoins touchant, une sorte d’ovni de la littérature jeunesse en somme.

La première chose qui nous frappe, c’est le style utilisé, très parlé, mais avec un langage peu cultivé, le langage d’une enfant un peu perdue, dont on ne s’occupe pas, qui apprend presque dans la rue. Ce choix propulse le lecteur directement dans l’ambiance, mais rend la lecture plus laborieuse par moments, nous forçant à relire certaines phrases pour être sûrs d’avoir bien compris.

Avec cette narration très particulière, l’histoire nous emmène à la suite de Leshaya, jeune ado blanche à la voix de black, et qui se pense d’ailleurs part entière de cette communauté noire nourrie de gospel et de blues, de chanteuses aux voix chaudes qui l’embarquent dans leurs mélodies.

Il est assez touchant de suivre cette jeune fille sans repères, pour qui rien ne compte que chanter encore et toujours. L’histoire nous la présente de manière assez crue, sans artifices, sans estomper les mauvais choix qu’elle peut faire, les galères qui lui arrivent, certaines scènes assez glauques de son quotidien.

Il faut avouer que le lecteur est partagé vis-à-vis de cette héroïne, d’un côté, il est difficile de rester de marbre face à tout ce qu’elle doit traverser, mais par moments, on aurait envie de la secouer, de lui faire ouvrir les yeux sur cette vie qu’elle se construit, sur les erreurs qu’elle reproduit, sur la nonchalance qu’elle a la mauvaise idée de cultiver.

Au final, voilà donc un roman assez difficile qui donne peu d’espoir. La vie de cette héroïne est bien loin des histoires de princesses où tout est bien qui finit bien et cela a le mérite de changer. L’auteur nous propose ici un roman coup de poing, et traite son sujet sans artifices, avec toute la noirceur que cela peut impliquer, mais aussi quelques oasis plus positifs qui offrent une respiration dans une aventure qui ne peut laisser indifférent. 


5,80 EUR
Achat Fnac

Belladone Tome 1 : Nuit de sang

Belladone 
Tome 1 : Nuit de Sang
de Michelle Rowen

Éditions Milady
Collection BIT-LIT

Sortie le 26 octobre 2012
Poche / 8,20 €



Présentation de l'éditeur :

Pour Jillian Conrad, l'expression "être au mauvais endroit au mauvais moment" prend tout son sens. En effet, kidnappée par un assassin, elle se retrouve au beau milieu d'une guerre sans merci, qui oppose les vampires à une organisation gouvernementale tentant de protéger l'humanité de ces monstres sanguinaires. Mais les apparences peuvent être trompeuses et son ravisseur, Declan, pourrait bien être son seul espoir.

Avis de Chani
Il y a des journées qui commencent plutôt bien et qui virent au cauchemar. Jillian Conrad ne peut qu’approuver avec fougue puisqu’en allant bêtement chercher un café elle se retrouve prise en otage par un dingue muni d’une seringue (dont il va lui injecter le contenu) avant d’être kidnappée par un homme armé et inquiétant, Declan. Loin de son petit univers bien rangé, Jillian va découvrir un monde qui lui était totalement inconnu (et elle aurait bien aimé que cela reste ainsi !).

Nouvelle série de Michelle Rowen publiée chez Milady, ce premier tome de Belladone m’a ravie, tant par l’histoire que par le caractère des personnages principaux. L’intrigue, sans être révolutionnaire, est efficace, servie par une narration fluide et légère dont le style n’est pas sans nous rappeler celui de Darynda Jones dans sa série Charley Davidson. Du coup les pages s’enchaînent facilement et on arrive à la fin sans s’en apercevoir, d’autant que le rythme ne faiblit pas tout du long. Jill est très attachante dans son rôle d’otage complètement larguée qui espère rester en vie sans vraiment y croire, très drôle et plus futée qu’on peut le penser de prime abord. Declan, son ravisseur, est loin des standards du genre, couturé de cicatrices, borgne, avec un caractère de cochon, j’ai bien aimé ne pas retrouver un énième bellâtre exsudant la testostérone par tous ses pores. D’ailleurs Declan est tellement aux antipodes du mâle ultime que j’ai eu du mal à le trouver séduisant (en fait je n’ai pas vraiment réussi), mais c’est vrai que depuis Albator j’ai perdu le goût des balafrés…

En résumé Nuit de sang m’a beaucoup plu, tant grâce au style de l’auteur que par ses personnages. Je souligne aussi que la couverture est juste superbe, très sobre et classe, la petite chose superficielle en moi en frétille encore de plaisir. Si vous avez aimé Charley Davidson, vous aimerez Jill, et si vous en avez assez des héroïnes chaudasses qui se déshabillent au moindre clignement d’œil, jetez-vous sur ce premier tome de Belladone (et puis si vous avez un petit faible pour les borgnes à cicatrices, vous trouverez aussi votre compte dans ce livre).