Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 24 avril 2012

Les oiseaux noirs


Les oiseaux noirs
de Faustina Fiore

Éditions Casterman

Sortie le 5 avril 2012
Format broché / 175 pages / 12,00 €


Présentation de l'éditeur :


"Ils arrivent ! Ils arrivent !" 
Une masse sombre qu'on voit poindre à l'horizon, des ailes qui s'affolent et des becs qui s'entrechoquent, des griffes féroces grattant aux portes et brisant les fenêtres... Que chacun se barricade : ce sont les oiseaux noirs qui viennent faire leur récolte d'âmes.

Avis d'Asmodée

Destiné à un jeune public novice en matière de fantastique et de suspense, Les oiseaux noirs se présente comme un roman à la lecture aisée, peut-être un peu trop rapide à parcourir. Le début de l'histoire se veut laconique, voire sombre, mais se fait porteur d'espoir au fil des chapitres. Un village est assailli régulièrement par des hardes de volatiles noirs et sinistres, réputés pour voler l'âme de leurs victimes. Bern, le cousin et meilleur ami d'Arno trouve la mort suite à une chute dans un ravin, au cours d'un raid des oiseaux de mauvais augure. Arno, âgé de treize ans, se sent dès lors responsable du triste sort du défunt. 

Une légende colporte que la malédiction des oiseaux noirs aurait pour origine un vieil homme vivant dans une montagne. Rongé par la culpabilité, Arno décide d'entreprendre seul le voyage en quête du mystérieux personnage, afin que la malédiction cesse d'accabler son village. En chemin, le garçon rencontre Clara, la fille d'une guérisseuse, et du bébé sur lequel veille cette dernière. Le lecteur découvrira en cours d'aventure le passé de l'inconnue âgé de dix-sept ans, ses secrets ainsi que les sentiments pudiques qui se nouent entre elle, Arno et le bébé. 

L'intrigue des plus convenue va à l'essentiel, restant à la portée des jeunes lecteurs. La trame du récit ne s'égare à aucun moment. Cependant, Arno et Clara sont des personnages ayant peu de consistance. Leurs réactions sont sans réelle surprise, bien que la nature des sentiments qui les anime soit humaine et touchante par nombre d'aspects. Les rebondissements qui surviennent ponctuellement permettent d'aborder des thèmes sensibles. Ont peut même qualifier ceux-ci de grave, pour une œuvre destinée à un public qui attend peut-être davantage d'entrain et d'aventure pour pouvoir réellement accrocher à l'histoire. Les oiseaux noirs fait office de texte joliment écrit. La plume de l'auteure est empreinte d'intelligence, tout en restant accessible aux jeunes lecteurs à la recherche d'un roman comportant du mystère et revanchisme certaines valeurs morales.


Étrange créature

Étrange créature
de Ruth Rendell

Éditions du Masque

Sortie le 22 février 2012
Format Poche / 256 Pages / 6,20 €


Présentation de l'éditeur :

Quand on la retrouve assassinée, Rhoda Comfrey a tout l'air d'une prostituée : maquillage outrancier, vêtements aguicheurs, escarpins vernis rouges et beaucoup trop d'argent dans son sac à main. Mais, en plus d'être franchement âgée pour le rôle, l'autopsie va bientôt révéler une particularité qui ne laisse plus planer de doute : elle est vierge ! Pourquoi alors un tel accoutrement et surtout, d'où provient cet argent ? Trafic de drogue ? Espionnage ? En dehors de son âge et de son nom, l'inspecteur Wexford ne sait rien de la victime. Impossible de découvrir ne serait-ce que son adresse... Une victime honnête ne brouillerait pas les pistes à ce point.


L'avis de Lila :

Le corps d'une femme est retrouvé dans un petit village anglais, mettant dans l'embarras les inspecteurs Wexford et Burden. En effet, alors que l'identité de la victime ne fait aucun doute puisque sa famille habite à proximité de l'endroit où elle a été découverte, il demeure pourtant impossible de découvrir son adresse et d'en apprendre plus sur l'existence qu'elle menait à Londres depuis de nombreuses années. Et par conséquent, n'ayant aucun indice sur la vie de la victime, trouver le mobile de son assassinat et l’identité du coupable est bien compliqué.

Cette enquête policière est fort plaisante. Écrite dans les années 70, elle est dépourvue des nombreux artifices qui sont devenu monnaie courante dans les romans policiers plus récents. Ainsi, on ne verra pas ici de course poursuite endiablée, de retournements de situation à chaque nouveau chapitre ou de tueur machiavélique aux desseins tordus. Les inspecteurs mènent leur enquête calmement, étudiant chaque indice avec attention et rencontrant une galerie de témoins pour le moins fantasque.

On pourrait croire que ce roman est ennuyeux et pourtant ce n'est pas le cas. L'enquête est prenante et l'on a vraiment envie de connaître le fin mot de l'histoire. Les pages se tournent rapidement et le style de l'auteur est particulièrement agréable, lui aussi épuré des artifices et des ficelles que l'on trouve désormais dans tous les romans de ce genre. Les personnages sont travaillés, leur psychologie fouillée et ils sont parfaitement crédibles et humains. En fond, on découvre également les prémisses d'une révolution féministe en marche qui saura trouver écho autant dans le lectorat masculin que féminin.

Un roman captivant, intelligent et honnête, qui constitue une lecture agréable et reposante.


La Geste d'Alban, Tome 1 : L'enfant Monstre

La Geste d'Alban
Tome 1 : L'enfant Monstre
de Jean-Luc Marcastel

Éditions Nouvel Angle 
Collection Matagot

Sortie le 20 octobre 2011
Format Broché / 447 pages / 15,00€


Présentation de l'éditeur :

"Les Maljours s'achèvent, un soleil timide caresse les terres d'Oc blessées par le cataclysme. Les hommes luttent contre les Malebestes dans un combat sans merci. C'est en cet âge sombre que naît Alban, un enfant difforme, touché par le souffle maudit de la Brèche du Diable. Rejeté par les siens, il va, toujours masqué, pour dissimuler son visage aux autres hommes. Son nom restera pourtant, dans tous les coeurs, synonyme de courage et de vaillance. Dans son périple émaillé d'épreuves, il rencontrera l'amitié, l'amour, et marquera le monde au sceau de sa grandeur. Viens à moi la nuit ! Et vous les flammes, laissez-vous dompter... Aidez-moi à conter... la geste d'Alban."


L'avis de Lila :

Ce roman raconte les aventures d'Alban. Celui-ci est un jeune homme aux nombreuses qualités et qui serait le parfait successeur de son père en tant que seigneur de Tournemire, s'il n'était pas ce qu'on appelle un brècheux. Alors que sa mère était enceinte, elle s'est rendue trop près de La Brèche, cette zone dangereuse qui laisse son empreinte diabolique sur tous ceux qui s'en approchent. Alban doit ainsi cacher son visage déformé depuis toujours, autant pour se préserver des moqueries qu'éviter d'effrayer les gens. Malmené, moqué et rejeté, il mène une existence solitaire malgré son rang. Mais des événements vont survenir et Alban devra faire face à son destin.

Très bien écrit, dans un style à la fois fluide et soigné, qui fait usage d'un vocabulaire soutenu et cohérent avec l'époque où se déroulent les aventures d'Alban, ce roman est plaisant à lire et difficile à lâcher une fois entamé. Les personnages sont présentés avec soin, chacun obéissant à ses propres desseins et laissant planer le doute sur ses intentions véritables. Alban est un héros atypique, avec son visage ravagé et sa sensibilité à fleur de peau, et pourtant, la magie opère, et même très bien, puisqu'on se prend rapidement d'affection pour lui. L'auteur n'a pas cherché à le rendre parfait et c'est tant mieux. Ainsi, ses réactions et décisions, si elles ne sont pas forcément celles qu'on aurait espérées, sont cohérentes et compréhensibles. Autour de lui, les personnes sont également toutes en nuances, même si l'on croise quelques êtres véritablement mauvais.

Ce premier tome prend son temps pour planter le décor, le contexte et présenter chaque personnage avec le soin qu'il mérite. Ainsi, certains pourront déplorer un léger manque d'action. Cela n'est pourtant pas gênant puisque la lecture est rapide, le rythme entraînant et qu'il appelle à sa suite le second opus, qui lui devrait être beaucoup plus mouvementé. Et l'envie de lire la suite des aventures d'Alban est grande lorsque se tourne la dernière page.
Il faut également noter que c'est un très bel ouvrage, l'éditeur a fait un joli travail sur l'objet. En plus de l'histoire à proprement parlé, on trouvera de magnifiques illustrations des personnages, un lexique très bien pensé et d'autres surprises tout aussi plaisantes et agréables à parcourir.

Ce roman est vraiment plaisant, tant dans son esthétique que dans son contenu, une réussite sur tous les plans et un beau cadeau pour le lecteur.


Les Soupirs de Londres, tome 3 : Marquise des Ténèbres


Les Soupirs de Londres, tome 3
Marquise des Ténèbres
de Ambre Dubois

Les Éditions du Petit Caveau

Sortie le 15 février 2012
Format Broché / 270 Pages / 17,90 €



Présentation de l'éditeur :

Quand les cadavres se relèvent d’entre les morts, Stella Hunyadi, la vampire hongroise exilée à Londres, se doit de mener l’enquête.Elle est loin d’imaginer que derrière cette histoire de meurtre et de sorcellerie, c’est tout un passé qui resurgir. En parcourant les sous-sols de l’effroyable Tour de Londres, entre jeux de pouvoir, séductions et manipulations, la belle immortelle aura fort à faire pour découvrir les liens tragiques qui nouent les vampires de la capitale…

Le troisième tome des Soupirs de Londres ouvre une fenêtre sur le passé des vampires londoniens. Des murmures de l’Ecosse aux ombres de la Tour de Londres, la roue de la destinée tourne inexorablement pour ces immortels torturés et puissants…


L'avis de Lila :

Ce roman est le troisième tome de la série Les Soupirs de Londres. Malgré tout, il peut se lire indépendamment, les personnages et les actions étant suffisamment cohérents et explicités pour permettre de situer les uns et les autres sans la moindre difficulté.

Stella est une vampire hongroise, exilée à Londres sous la tutelle d'un Prince vampire aux intentions pour le moins ambiguës. Obéissant aux ordres de celui-ci, elle se retrouve à mener l'enquête sur l'apparition soudaine de zombies dans la ville, fait inquiétant et très étrange. Forcée de collaborer en partie avec Drake, ce vampire qui l'attire et l'exaspère tout à la fois, elle aura fort à faire pour garder la tête froide et comprendre les buts des uns et des autres. Manipulée, utilisée et peut-être même trahie, Stella va rencontrer bien des embûches dans sa quête de vérité.

Les personnages sont soignés, chacun possédant ses qualités et ses défauts, ses forces et ses faiblesses. Il est particulièrement plaisant de se promener dans les rues de Londres aux côtés de Stella, le décor et le contexte étant eux aussi très soignés. Quant à la plume de l'auteure, il s'en dégage un certain sentiment de maîtrise, elle semble savoir exactement où elle va, et de ce fait, nous entraîne dans son sillage avec facilité. Les tournures sont belles, le langage employé par les personnages agréable et cohérent, et de son côté, la narration à la première personne est également gérée de main d'orfèvre. Avec ce roman, Ambre Dubois ne fait pas mentir les nombreux compliments déjà reçus sur sa prose, ils semblent amplement mérités.

Une intrigue solide, des personnages charismatiques et une écriture stylisée et soignée, la liste des qualités de cet ouvrage semble sans fin. Un bémol cependant, il en fallait bien un, les quelques fautes présentes tout au long du roman. Sans que ce ne soit véritablement gênant, elles viennent entacher un quasi sans faute et c'est vraiment dommage. Cependant, cela n'altère en rien la qualité du récit.

Cette série réussit à présenter sa vision des vampires sans aller dans un renouveau grotesque et peu crédible, comme c'est malheureusement de plus en plus souvent le cas, en s'accrochant aux fondamentaux du mythe pour les dépoussiérer avec une subtilité bienvenue. Ambre Dubois est assurément une auteure à suivre.