Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 15 avril 2012

La Reine des Neiges de Hans Christian Andersen

La Reine des Neiges
de Hans Christian Andersen

Éditions Gallimard Jeunesse
Collection Giboulées

Sortie le 24 novembre 2011
Grand Format / 52 Pages / 14,75€


Présentation de l'éditeur :


Le petit Kay était tout bleu de froid, presque noir, mais il ne s'en apercevait pas, car le baiser de la reine des neiges lui avait enlevé le frisson du froid, et son coeur était, autant dire, un bloc de glace.

L'avis de Lila :

La Reine des Neiges est un conte signé H.C. Andersen et qui s'inscrit dans la plus pure tradition des histoires initiatiques où les héros vivent mille péripéties pour atteindre un objectif et triompher du mal.
Gerda et Kay sont deux enfants amis et voisins qui habitent dans un charmant village. Un beau jour, le garçon, Kay, disparaît sans laisser aucune trace. Il est en fait parti avec la fascinante Reine des Neiges, qui exerce sur lui une influence magique. Gerda, la petite fille, décide de s'en aller à la recherche de son ami et c'est ainsi que commencent ses aventures. Tout au long de l'histoire, chacun vivra des événements et rencontrera des personnages typiques des contes de notre enfance, comme des corneilles qui parlent, des princes et des princesses ou encore des fleurs qui racontent des histoires.

L'univers présenté est fantastique et sympathique, les enfants devraient sans aucun doute se passionner pour ce monde magique où les plantes et les animaux sont dotés de la parole et peuvent vous venir en aide. Les héros sont attachants et l'intrigue plaisante.

Le livre est magnifiquement illustré par Stéphane Blanquet, qui apporte à l'histoire une ambiance particulière. Les images sont vraiment plaisantes à observer, chacune raconte sa propre histoire et devrait ravir les enfants. Il s'agit d'un très beau conte et un très bel objet qui permettent de passer un moment agréable.

Pour information, l'exemplaire que j'ai reçu a souffert de petits soucis d'impressions, certaines pages étaient manquantes et d'autres étaient présentées en double. Heureusement, j'avais eu l'occasion de lire ce conte étant plus jeune, et mes souvenirs de l'histoire étaient intacts.

Jane Yellowrock Tome 3 : La Lame de Miséricorde

Jane Yellowrock
Tome 3 : La Lame de Miséricorde
de Faith Hunter

Éditions Eclipse
Collection Bit-Lit
 
Sortie le 25 octobre 2011
Format broché / 443 Pages / Prix 17,30 €  

Présentation de l’éditeur : 

Jane Yellowrock est une porteuse de peau, un être qui a la faculté de changer de forme. Depuis des années, elle gagne sa vie en faisant payer le prix du sang à des vampires. Toutefois, elle a récemment été engagée par le Conseil des vampires de la Nouvelle-Orléans, par ces mêmes créatures qu’elle avait l’habitude de chasser…

Et ça chauffe à la Nouvelle-Orléans. Les garous ont révélé leur existence au monde, et ont ravivé les tensions de longue date qui les opposent à leurs vieux ennemis : les vampires. En tant qu’employée de confiance de Léo Pellissier, le maître de sang de la ville, Jane se retrouve prise entre deux feux.

Lorsqu’elle est attaquée par une meute de loups-garous en maraude, Jane est reconnaissante de recevoir l’aide d’un étranger mystérieux, répondant au nom de Girrard. Il lui explique alors qu’il a été la « Lame de Miséricorde » de Léo, une fonction sacrée qui lui donnait la charge de tuer les vampires devenus fous. Ce que Jane ignore est la raison pour laquelle le puissant assassin a quitté la ville et, plus troublant encore, la cause de son retour. Et ce n’est définitivement pas pour rendre la vie de Jane plus facile…

L'avis de Lila :

Ce troisième tome des aventures de Jane Yellowrock possède tous les éléments pour plaire aux fans de la demoiselle. On y retrouve la porteuse de peau, ses deux admirateurs (Joe et Gros Bras) et les éternels problèmes liés à la politique vampirique. Cette fois-ci, les garous se mêlent à la fête et apportent avec eux un nouveau lot de problèmes à gérer pour Jane. La jeune femme n'est pas au bout de ses surprises et devra faire face à bien des situations délicates. Ce nouvel opus est bourré d'action et nous permet d'en apprendre encore davantage sur Jane, son passé et son entourage.

Il y a un certain équilibre entre les différents tomes, le style de l'auteure n'évolue pas spécialement et chacun possède à peu près les mêmes qualités et les mêmes défauts. Ceux qui ont accroché dès le début seront donc une fois de plus charmés. De même, ceux qui n'avaient pas été enthousiasmés par Jane ne le seront pas plus avec ce nouvel opus. L'héroïne se montre un peu plus vulnérable et ses relations avec les différents protagonistes changent. On la retrouve en couple avec Rick, et même amoureuse, mais elle n'oublie pas pour autant Georges. Comme dans les autres tomes, même si Jane est présentée comme une solitaire peu sociable et au physique pas forcément agréable, elle continue de faire tourner la tête à tous les hommes qu'elle croise, ils tombent quasiment tous à ses pieds en un battement de cils, ce qui finit par perturber un peu le lecteur.

De même, Jane n'en finit pas d'attribuer des surnoms à tous ceux qu'elle rencontre, sans que cela n'apporte rien à l'intrigue, et sans même que ce soit drôle, d'ailleurs. Les personnages n'y voient rien à redire et lorsqu'elle s'adresse à un inconnu en parlant de Gros Bras ou Catcheur, personne ne s'étonne ou ne se demande de qui il s'agit. Il y a également de longs passages où Jane fait étalage de ses connaissances, sans que ça ne serve finalement à autre chose qu'à se dire que l'auteure a fait ses devoirs. De son côté le maître des vampires est toujours aussi imprévisible, voire instable, ce qui le discrédite quand même beaucoup dans le rôle du grand chef tout puissant. Il est parfois difficile de ne pas le voir comme un sale gamin capricieux. Cela fait partie de la liste des petits défauts de la saga qui finissent par parasiter un peu l'histoire au bout de trois tomes, voire par agacer un brin le lecteur.

Pour autant, Jane Yellowrock est une héroïne qui possède de grandes qualités et l'intrigue reste accrocheuse. Le background est vraiment soigné et l'histoire est solide. La dualité entre Jane et la Bête est toujours aussi passionnante et intrigante, même si les passages dédiés à la Bête ne sont pas toujours très utiles ou très bien employés dans le récit. Jane Yellowrock est une vraie héroïne de bit-lit, une pure et dure prête à braver tous les dangers.

Devil City, Tome1 : Devil City de Jana Oliver

Devil City
Tome 1 : Devil City

de Jana Oliver

Éditeur : Castelmore
Collection : BIT LIT

  
Sortie le 9 mars 2012
Format Broché / 384 Pages / 15,20€


Présentation de l'éditeur :

Des démons sont apparus à la surface de la terre quand la crise économique a mis le monde à genoux. Atlanta n'a pas été épargnée. Des hommes ont choisi de devenir piégeurs de démons, un métier dangereux et exclusivement masculin. Enfin, jusqu'à ce que Riley, fille d'un piégeur redoutable, décide de devenir elle aussi apprentie piégeuse... Riley devra prouver qu'elle est de la trempe des meilleurs. Ça tombe plutôt bien, les démons n'attendaient que ça...

L'avis de Lila :

Riley est une jeune fille de 17 ans qui doit survivre dans un monde où les démons sont bien réels. L'histoire se déroule aux États-Unis, où la situation économique et sociale est simplement catastrophique et désespérée. La population est appauvrie et apprend à vivre au milieu des créatures de l'enfer, en essayant de garder un semblant de normalité. Ainsi les jeunes vont toujours à l'école, même si les cours se déroulent dans des Starbucks en ruine, et la téléréalité fait un tabac. Ce monde apocalyptique ressemble beaucoup au nôtre et on y plonge sans se poser la moindre question.

Puisque les démons ont fait leur coming-out, la défense s'est organisée. C'est ainsi que le père de Riley est devenu piégeur de démons et qu'elle-même a décidé d'exercer cet emploi dangereux et mal payé. Les piégeurs, leurs méthodes et leur fonctionnement font beaucoup penser aux chasseurs tels qu'ils sont décrits dans la série Supernatural, même si ici, ils sont organisés en groupes hiérarchisés et appelés Guildes.

Ce roman possède vraiment peu de défauts, il est bon de la première page à la dernière. Certains personnages, comme Beck, sont fascinants, l'intrigue est passionnante et les pages se tournent très vite. L'héroïne manque parfois de maturité et réagit réellement comme l'adolescente de 17 ans qu'elle est, ce qui peut agacer même si c'est finalement cohérent avec son âge. Ainsi, elle a de grands élans mélodramatiques où elle est prête à donner sa vie pour sauver quelques personnes, mais lorsqu'on lui propose trois pages plus loin de simplement quitter la ville pour la survie de ses amis, elle rejette l'idée en bloc et pique une colère monstrueuse, préférant prendre le risque de voir tout le monde mourir plutôt que d'avoir le sentiment d'obéir à un ordre. Mais ces petits travers ne gênent absolument pas la lecture et n'empêchent pas de trouver Riley attachante et sympathique.

L'ambiance est particulièrement réussie et crédible, on imagine sans peine cette Atlanta dévastée par la crise économique et où la loi du plus fort est souvent la meilleure. Même si ce roman est présenté comme une dystopie YA, l'ambiance y est souvent très adulte. Finalement, l'héroïne et ses réactions sont les seuls vrais éléments "jeunes" dans l'histoire.

Un excellent premier tome, vraiment réussi et qui donne très envie de lire la suite.