Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 22 mars 2012

Coup de gigot et autres histoires à faire peur de Roald Dahl


Coup de gigot et autres histoires à faire peur
de Roald Dahl, lu par Claude Aufaure

Éditions Gallimard Jeunesse
Collection Écoutez lire

Sortie le 6 octobre 2011
Format CD Audio / 15.90€ / 2h20 min


Présentation de l'éditeur :

Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère, si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ? Et cette logeuse débordante d'amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses... Voici quatre histoires à l'humour plutôt macabre dont la lecture vous fera frémir !


L'avis d'Heclea :

Roald Dahl est un des auteurs jeunesse à lire absolument, aussi bien pour les découvertes qu’il fera faire aux plus jeunes, que pour les souvenirs qu’ils rappellent à leurs aînés. Si en plus, on peut en profiter pour se laisser bercer par la voix d’un conteur, le retour à l’enfance est direct, et le plaisir multiplié.

Dans ce recueil de textes, la voix du narrateur est sans conteste un point fort. En effet, elle est prenante, troublante, indescriptible. Le phrasé très particulier de Claude Aufaure, le fait qu’il prenne son temps, qu’il laisse l’auditeur visualiser les images, est particulièrement agréable. On peut également noter sa faculté à s’adapter aux situations et aux personnages, leur donnant ainsi vie, nous permettant de nous faire une idée du caractère de chacun et de leurs manières d’être.

Du côté des textes, on retrouve, comme bien souvent chez l’auteur, un humour sous-jacent, offrant deux niveaux de lecture. Les plus jeunes apprécieront donc de se laisser emporter, de se demander ce qui va arriver, de trembler face à l’ambiance mise en place, alors que les adultes noteront une ironie des situations et une caricature des personnages tout à fait bienvenues.

En ce qui concerne les intrigues, il est facile de se laisser porter, essayant d’imaginer la chute, se demandant si Mary Mellony va s’en sortir, si Mrs Foster va avoir son avion, ou encore ce qu’a bien pu décider William. L’auteur sait nous transporter dans ses histoires, les rendant très visuelles et les émaillant de détails qui les rendent crédibles.

Les personnages sont malmenés par Roald Dahl qui nous les dépeint comme désagréables, parfois hystériques ou geignards. Leurs rapports sont compliqués, souvent tendus, parfois secrets, et les couples sont particulièrement mis à mal, comme si l'auteur essayait de faire passer un message, décrivant une réalité que l’on pourrait imaginer comme vraie, donnant un impact supplémentaire à ses histoires.

Au final, le lecteur/auditeur a là de quoi passer un bon moment, à se laisser emporter dans ces aventures qui, si elles n’ont pas toutes le même intérêt, sauront néanmoins toucher ou faire réagir le plus grand nombre.


Rainbows End de Vernor Vinge


Rainbows End
de Vernor Vinge

Editions Le Livre de Poche
Collection Science-Fiction

Sortie le 20 avril 2011
Format Poche / 8.50€ / 637 pages

Présentation de l'éditeur :

Au milieu du XXIè siècle, le virtuel a subverti le réel. La Singularité est proche, issue de la convergence entre informatique et nanotechnologie. Grâce à ses vêtinfs, ses lentilles de contact, chacun communique avec tous, peut se déplacer sous forme d'avatar à l'autre bout du monde ou en recevoir informations et images.
Le meilleur des mondes, ou presque. Et un monde dangereux.
Robert Gu, illustre poète américain, a sombré dans la nuit de l'esprit. Grâce à un traitement miraculeux, il émerge de son Alzheimer. Et peut quitter la maison de retraite de Rainbows End.
Mais il va lui falloir se familiariser avec ces machines à distiller de l'information dont il s'est toujours méfié. Lui qui a toujours tant aimé les livres découvre un horrible projet, le Bibliotome : tout numériser au prix de la destruction physique de l'imprimé.


L'avis d'Heclea :

Rainbows End fait partie de ces romans de Science-Fiction qui flirtent avec les genres et ne se cantonnent pas simplement à nous présenter un univers futuriste où les avancées scientifiques sont légion et où l’humanité a modifié sa façon d’être. En effet, en se plongeant dans son intrigue, le lecteur doit s’attendre à découvrir une histoire à la limite du roman d’espionnage, où les groupes de personnages se mélangent et s’affrontent, où les secrets sont bien gardés, et où personne n’est ce qu’il semble réellement.

Une fois posées ces bases, une fois immergé dans cette ambiance particulière, il est facile de se laisser emporter dans cet imaginaire où le monde du médical et les avancées technologiques ont bien évolué et pas toujours pour le meilleur. D’ailleurs, et comme souvent avec ce type de littérature, il n’y a qu’un pas pour y déceler une critique de la société et des recherches en cours. Le monde ici décrit a de quoi faire peur et dénonce de trop grands bouleversements, et tout lecteur y trouvera son lot de sujets de réflexion.

L’univers mis en place fait également la part belle aux technologies de l’information et imagine un monde très proche du notre et pourtant émaillé de toutes ces évolutions que l’on peut rencontrer dans les films du genre et envisager dans un avenir plus ou moins proche.

Tous ces détails permettent en tout cas de s’échapper du réel le temps de la lecture et de se laisser embarquer dans cette intrigue particulière.
Au niveau des personnages, l’auteur a pris le parti de les décrire de manière brute, sans prendre de gants, sans les enjoliver, au risque de rendre l’attachement difficile. Pourtant, il faut avouer que leurs côtés sombres les rendent crédibles et qu’il devient ainsi plus agréable de les voir évoluer et d’apprendre à les comprendre. Les rapports sont bien souvent tendus, difficiles et émaillés de ces rancœurs et incompréhensions qui peuplent la vie de tous les jours, augmentant encore la véracité de ces protagonistes qui se retrouvent pour la plupart projetés dans quelque chose qu’ils n’imaginaient pas.

Si l’ensemble paraît ainsi très positif, il faut néanmoins avouer que, par moments, le récit manque de clarté et d’explications, et que certaines rencontres et évènements arrivent trop vite, comme s’il manquait un passage. Il est dans ce cas difficile de lire si l’on n’est pas parfaitement concentré, et les plus novices pourraient s’en trouver déstabilisés.

Au final, voilà un roman somme toute agréable à lire, bien ficelé et tout à fait dans le genre, mais qui ne restera pas forcément dans les mémoires, son souvenir s’estompant rapidement une fois la dernière page tournée.