Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 20 mars 2012

Steve Jobs

  Steve Jobs
de Walter Isaacson

Éditions JC Lattès
Collection : Essais et documents

Sortie le 25 octobre 2011
Grand Format / 668 Pages / 25€

  
Présentation de l'éditeur :

Suggéré par le créateur d’Apple, qui fait face à une maladie redoutable, Steve Jobs,  à partir de plus de quarante entretiens menés sur plus de deux ans et d’interviews d’une centaine de membres de sa famille, amis, rivaux, concurrents et collègues, le livre retrace l’incroyable vie et l’extraordinaire personnalité d’un génie, perfectionniste et hyperactif, qui a révolutionné les ordinateurs, les films d’animation, la musique, les téléphones, les tablettes tactiles et l’édition numérique. Steve Jobs est désormais l’icône absolue de l’inventivité. Il a compris qu’associer la créativité à la technologie était devenu essentiel. Steve Jobs a bien sûr collaboré au livre mais n’a demandé aucun droit de regard sur ce qui est écrit, ni même de le lire avant la publication. Il n’a imposé aucune limite, au contraire, il a encouragé son entourage à parler librement. « Il y a beaucoup de choses dont je ne suis pas fier, dit-il, notamment la façon dont, à vingt-trois ans, j’ai géré la situation lorsque ma petite amie est tombée enceinte. Mais je n’ai pas de cadavres dans le placard que j’essaie de cacher. » C’est avec une extrême franchise que Steve Jobs parle des personnes avec qui il a travaillé ou été en concurrence. Il peut profondément exaspérer les gens autour de lui. Ses amis, ennemis et collègues évoquent sans langue de bois ses passions, ses démons, ses désirs, son intransigeance, et son obsession du contrôle qui ont forgé sa vision des affaires et les innovations qui en ont découlé. La personnalité de Steve Jobs et les produits qu’il crée sont étroitement liés, comme les différentes parties d’un système intégré – tous les produits Apple et ses logiciels participent de cette logique. Le parcours de Jobs est exemplaire, un modèle en terme d’innovation, de caractère, de direction d’entreprise et de valeurs.

L'avis de Lila :

Steve Jobs est une personnalité que l'on ne présente plus. Que l'on adhère ou non à la philosophie Apple et à ses produits, on ne peut nier que l'homme était un grand visionnaire et un génie, capable de créer ce dont les gens ont besoin, avant qu'ils n'en aient besoin. Walter Isaacson nous offre ici une biographie complète et passionnante, dans laquelle on retrouve de nombreuses anecdotes et des photos issues des albums personnels de la famille Jobs.

De son enfance à son décès, c'est près de 600 pages d'informations, de découvertes et de photographies qui s'enchaînent avec fluidité et pertinence. L'auteur nous raconte l'histoire de Steve Jobs, dans un style agréable, accessible et réellement prenant. Bien loin des clichés habituels, c'est un homme passionné et profondément humain qui nous est présenté. Sans aller dans le larmoyant ou la sympathie excessive, l'auteur nous raconte un homme au destin exceptionnel, un mari, un père, un ami, dont le décès a ému des millions de personnes à travers le monde.

Cette biographie soignée et richement documentée plaira bien sûr aux fans de Steve Jobs et d'Apple, mais sera également une lecture divertissante et instructive pour les autres. Un très bel ouvrage qui trouvera facilement sa place dans les bibliothèques.

Une enquête de Flavia de Luce Tome 2 : La mort n'est pas un jeu d'enfant

Une enquête de Flavia de Luce 
Tome 2 : La mort n'est pas un jeu d'enfant
d'Alan Bradley

Éditions du Masque
Collection MsK
 
Sortie le 14 septembre 2011
Format broché / 374 pages / Prix 17 €


Présentation de l'éditeur :

Après les aventures qui ont agité, quelques mois plus tôt, le manoir de Buckshaw et révélé ses talents de détective, Flavia pensait en avoir fini avec les enquêtes. Mais voilà que Rupert Porson, un marionnettiste de passage à Bishop’s Lacey, est assassiné pendant une représentation. Qui a pu commettre un tel acte – et pourquoi ? Et cette marionnette qui ressemble trait pour trait au fils Ingleby, retrouvé pendu dans la région il y a quelques années : peut-il s’agir d’une coïncidence ?
Flavia est suffisamment intriguée pour mettre de côté ses expériences de chimie et ses projets de vengeance contre ses deux pestes de sœurs. Perchée sur Gladys, sa bicyclette adorée, Flavia se lance alors dans une enquête qui l’amènera à dévoiler les secrets les plus sombres de Bishop’s Lacey. Mais elle devra prendre garde à ne pas s’approcher trop près de celui qui tire secrètement les ficelles de cette danse macabre…

L'avis de Lila :

C'est avec beaucoup de tendresse que l'on retrouve Flavia, détective en herbe et empoisonneuse de grand talent dans une nouvelle histoire. À peine remis des aventures survenues dans le premier tome, le charmant petit village de Bishop's Lacey doit affronter un nouveau drame : l'accident mortel, ou plutôt le meurtre, d'un célèbre marionnettiste lors d'une représentation exclusive dans l'église. Et évidemment, la jeune Flavia se fait un devoir de mener sa propre enquête !

Ce second tome reprend exactement les mêmes ingrédients que le premier, si vous ne l'avez pas apprécié, celui-ci trouvera difficilement grâce à vos yeux. Cependant, si vous aviez été séduit par la jeune Flavia et ses aventures rocambolesques, vous la retrouverez ici avec grand plaisir.
Toujours aussi impertinente, drôle et décalée, Flavia de Luce mène l'enquête avec un sens de l'analyse et de la déduction qui n'a rien à envier à celui de Sherlock Holmes. Comme dans le premier opus, elle fouine, observe, pose des questions qui dérangent et fonce d'un indice à l'autre au volant de sa fidèle Gladys. La voir damner le pion à la police est toujours aussi drôle et ses échanges avec l'inspecteur Hewitt, entre admiration réciproque et compétition, est ici encore un grand moment.

S'il est toujours aussi plaisant de la voir enquêter entre deux expériences de chimie et au milieu d'une galerie de personnages tous plus originaux les uns que les autres, il est pourtant à noter que rien de bien nouveau n'est proposé. Ce second tome ne bénéficie donc plus de l'effet de surprise qui avait profité au premier volet, ce qui en gâte un peu le goût. Pour autant, l'auteur confirme ici son talent et l'héroïne prouve une fois de plus ses nombreuses qualités.
C'est un très bon roman, très bien écrit et original, que l'on ne peut que conseiller aux jeunes lecteurs, amateurs de campagne anglaise et d'enquêtes policières décalées. À noter également : il n'est pas nécessaire d'avoir lu le premier volet pour savourer cette histoire, elle est tout à fait accessible aux nouveaux lecteurs.

Alchimie de Beth Fantaskey

Alchimie
de Beth Fantaskey

Éditions Le Livre de Poche 
Collection Fantastique

Sortie le 18 janvier 2012
Format poche / 427 pages / Prix 6,95 €




Présentation de l'éditeur :

Depuis l’entrée de Tristan Hyde dans le même collège que Jill Jekel en Pennsylvanie, leurs noms de famille font l’objet de toutes les plaisanteries. En effet, ils rappellent vaguement quelqu’un… Et tous deux ont de bonnes raisons de ne pas rire de ces moqueries.
Le père de Jill a toujours cru que sa famille était liée au Dr Henry Jekyll, ce scientifique qui a créé son alter ego maléfique. D’ailleurs, il affirme que la boîte fermée à double tour dans son bureau contient le détail de cette expérience diabolique. Quant à Tristan, ses liens avec l’histoire de Mr. Hyde sont encore plus proches, et plus dévastateurs.
Jill sait qu’elle ne doit pas ouvrir cette boîte. Mais quand son père est assassiné, et qu’elle découvre que le compte en banque qui devait payer ses études a été vidé, elle n’hésite plus. Si elle parvient à recréer l’élixir du Dr Jekyll, elle obtiendra sans doute la bourse qui lui permettra d’entrer dans un des meilleurs programmes de chimie des États-Unis.
Tristan accepte de l’aider, espérant sauver sa raison et peut-être même sa vie. Si l’on en croit la légende familiale, il est le descendant direct du monstre, ce qui le condamne à perpétrer la violence et le chaos autour de lui.
Pourront-ils échapper à leur destin et éviter que l’amour qui les étreint peu à peu ne conduise à leur propre destruction ?


Avis de Chani

Le mythe du Dr Jekyll et de Mr Hyde revisité à la sauce ado. Jill est une soi-disant descendante du fameux docteur. Son père, chimiste, est décédé dans des circonstances mystérieuses. Tristan, ténébreux jeune homme serait un descendant de Mr Hyde. Ils vont se voir obligés, à l’occasion d’un concours de chimie, de se rapprocher et de tenter de reproduire le sérum du Dr Jekyll. Bien sûr, leur rapprochement donnera naissance à une idylle entre les deux jeunes gens.

Bon, alors dès le départ, ça coince pour moi. Comment parler de descendants du Dr Jekyll et de Mr Hyde alors que dans le roman de Stevenson ils ne sont que les deux facettes (le bien et le mal) d’un seul homme ? Quand bien même ils seraient les descendants des deux facettes de l’individu, ils seraient donc parents…
Bref, même en essayant de passer outre les libertés prises par l’auteur avec le roman d’origine, je n’ai pas réussi.
Ensuite les personnages. Jill est trop lisse, limite godiche, alors qu’avec Tristan l’auteur nous sert la caricature du beau jeune homme ténébreux. Leur bluette est cousue de fil blanc, tout comme l’histoire familiale de l’un et de l’autre, pourtant censée porter le suspens du livre.

Non, vraiment, Alchimie ne m’a pas convaincue, loin de là… Je n’y ai vu qu’une accumulation des clichés du genre, dans un style plat et mièvre. Alors que Beth Fantaskey sait imaginer des personnages ayant plus de répondant et de mordant, comme dans la série du vampire amoureux. Dommage…