Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 18 mars 2012

Les Soeurs Lockwood tome 3 : Le secret de la séduction

Les Sœurs Lockwood, tome 3 :
Le Secret de la séduction
de Julie Anne Long
Edition J'ai Lu
Collection Aventure et Passion
Prix : 6€50

 

Présentation de l'éditeur :

Sabrina Farleigh aime Geoffrey Gillray qui n'a qu'un seul rêve, partir en Afrique. Pour financer son projet, il s'adresse à son cousin Rhys Gillray, surnommé le libertin et célèbre pour sa poésie frivole et audacieuse. Certaine que son bonheur auprès de Geoffrey se joue entre les mains de son cousin, Sabrina s'introduit chez Rhys.

L'avis de Dementia :

Sabrina Lockwood, la troisième des sœurs, a été adoptée par un pasteur. Éduquée dans les règles de la religion, elle repousse toute forme de plaisir et se destine à une vie de missionnaire aux côtés du Vicaire, Geoffrey Gillray. Cependant, pour qu’ils puissent mener à bien leur projet, Sabrina doit trouver un financement. Grâce à Lady Mary, elle se rend chez Rhys Gillray, le comte de Rawden et cousin de Geoffrey. Malheureusement pour elle, Rhys, le libertin, a une toute autre vision de son futur.
Pris en flagrant délit d’embrassade langoureuse, ils sont contraints de se marier pour l’honneur de la jeune femme. Sabrina accepte et découvre dans les bras de son époux ce qu’est le plaisir, et surtout qu’elle aime ça. Mais le comte de Rawden se rend à Londres dès le lendemain de leur nuit de noce. Sabrina se retrouve seule et commence à faire… des bêtises.

Le dernier opus des Sœurs Lockwood de Julie Anne Long relève le niveau de la série après un second tome en demi-teinte.
Sabrina est une jeune femme de caractère, malgré un formatage certain dû à son éducation religieuse. Elle a une vision de la vie et du couple bien à elle. Sa personnalité bornée donne lieu à des situations cocasses dans lesquelles Rhys s’amuse à la pousser dans ses derniers retranchements.
Rhys, le libertin… Ses poèmes controversés ont fait de lui un bourreau des cœurs et un homme à abattre. Mais sous ses airs de tombeur se cache un passé trouble qui mettra en péril son couple.
Malgré des passages un peu longuets, l’auteure nous embarque dans cette histoire qui signe le dénouement des aventures des trois sœurs. Le procès de Morley se termine sur un retournement de situation et tout le monde est enfin réuni, Susannah, Sylvie, Sabrina et Anna Holt. L’épilogue laisse place à un quatrième tome, mais, Anna n’est pas une des sœurs…

L'invention de Hugo Cabret de Brian Selznick


 L'Invention d'Hugo Cabret
de Brian Selznick

Editions : Bayard Jeunesse
Format broché / 12,90€ / 501 pages


Présentation de l'éditeur :


L’invention de Hugo Cabret est un livre d’une originalité profonde, où les images ont la même importance narrative que les textes.
L’expression « roman graphique » semble avoir été forgée pour lui. Sur les 533 pages qui le composent, seule 182 sont véritablement du texte, le reste est composé d’images au crayon, dessinées par l’auteur, ou de photographies noir et blanc d’époque. L’intelligence de l’auteur est de ne pas limiter leur rôle à la restitution d’un Paris devenu mythique, celui de cette Belle époque, où le cinéma s’invente, où la modernité s’affirme dans les arts comme dans les sciences. Ici les images ne sont pas illustratives, elles sont narratives. Il faut les lire et les faire sienne comme les mots d’un texte. Elles sont dans les mailles d’une histoire.
A sa manière Brian Selznick amplifie le travail entamé il y a longtemps par Chris Van Allsburg. Mais ce qui aurait pu n’être qu’une manière, une astuce formelle de plus, charpente ici une histoire passionnante, énigmatique, laissant place à l’imaginaire, tout en ce faisant un bel hommage à des artistes comme Georges Méliès.
Livre ouvert, il s’offre, à notre époque qui s’affirme comme celles des images, comme un moyen étrange, peut-être inédit, mais certainement d’une indispensable initiative, de ne plus limiter la lecture aux mots et de l’étendre aux images.


Avis de Chani
Hugo Cabret est un petit garçon qui a perdu son père dans un incendie. Recueilli par oncle, qui a lui-même disparu, il prend sa relève et continue l’entretien des horloges de la gare pour ne pas être placé. En effet, Hugo veut continuer l’œuvre de son père, la restauration d’un vieil automate. Pour mener son travail a bien, Hugo a besoin de pièces, et va voler des jouets mécaniques au kiosque à jouets de la gare. Comme on pouvait s’y attendre, le petit garçon va se faire prendre la main dans le sac…

Habile mélange de texte, d’illustrations et de photos, L’invention de Hugo Cabret est une merveille. Les images ne sont pas présentes que pour illustrer le propos, elles racontent l’histoire par moments, et font prendre vie au roman.
Séduite par les mots et les images, j’ai complétement adhéré à cet univers magique. J’ai été transportée dans les années trente, au cœur de la gare Montparnasse, et j’attendais fébrilement que l’automate délivre son message.

Destiné à un jeune public, L’invention de Hugo Cabret ravira aussi les plus grands qui ont gardé une part de magie en eux…