Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 30 décembre 2011

Comment sauver un vampire amoureux


Comment sauver un vampire amoureux
de Beth Fantaskey

Éditions Le Masque

Sortie le 23 novembre 2011
Format broché / 320 pages / 17,30 €


Présentation de l'éditeur :


La découverte de son appartenance à une famille de vampires avait laissé Jessica Packwood un peu ébranlée l’an dernier. Et ce n’était que le début. À présent mariée au prince Lucius Vladescu, elle doit s’imposer en tant que souveraine devant une famille de vampires aux dents longues qui ne demandent qu’à l’écarter du trône. Autant dire que sa complète ignorance de la langue roumaine, des us et coutumes de la cour vampire et la terreur que lui inspire sa belle-famille ne l’aident pas. Quand on retrouve le corps d’un des Anciens, assassiné avec le pieu de Lucius, tout accuse le prince-vampire. Emprisonné dans le château, affaibli par le manque de sang, il dépérit peu à peu, laissant Jessica seule face à son destin. Bien décidé à sauver son mari, elle demande l’aide de ses seuls alliés : sa meilleure amie Mindy, venue des États-Unis, et le cousin de Lucius, Raniero Lovatu. Mais a-t-elle raison de leur accorder sa confiance ? Quels secrets cachent-ils ? Alors qu’elle est sur le point de perdre tout ce qui lui est cher, Jessica doit trouver un moyen de vaincre ses opposants et de s’affirmer en tant que souveraine. Imprégnée de romance, de mystère et de danger, la suite de Comment se débarrasser d’un vampire amoureux est la preuve que certaines princesses doivent mériter leur happy end avec un pieu bien aiguisé.


Avis de Scende


Alors que Jessica Packwood tente en vain d’assurer son rôle de princesse auprès de son mari, elle apprend une terrible nouvelle. L’un des Aïeuls, Claudius Vladescu, est retrouvé assassiné. Afin d’affermir son autorité pour le moment inexistante auprès de ses ainés et selon son rôle de princesse, Jessica propose de soumettre les pieux de chacun à un contrôle minutieux. Or en examinant celui de Lucius, on constate alors qu'il est imbibé du sang de la victime. Étant la plus haute autorité après son mari, la jeune femme n’a pas d’autre choix que de le condamner. Elle va dès lors tout faire pour le sortir de cette situation…

Jessica, l’adolescente américaine, va montrer dans ce second opus, qu’elle est digne de régner au côté de Lucius. Élevée dans la douceur et la bonté, il est difficile pour elle de se faire aux coutumes des vampires roumains. Mise en avant, sans son mari pour la guider, elle devra assumer son rôle et se montrer forte pour deux. Son personnage évolue de manière étonnante dans cet opus et si l’on a envie, durant les premières pages, de la secouer pour qu’elle prenne enfin les choses en main, on est vite satisfait de la tournure que prennent les choses puisque Jessica remplit son rôle avec beaucoup de sérieux.

Le style du roman est toujours très agréable et on apprécie pleinement les différents points de vue (Antanasia, Mindy…) qui donnent une dimension autre au récit, et peut-être plus de profondeur. Les personnages secondaires — tels que Mindy ou Raniero — sont particulièrement bien développés et apportent à l’histoire une touche importante. Un petit spin-off sur les deux personnages précédemment cités serait même le bienvenu.

Enfin, si l’histoire elle-même ne présente pas un thème complexe, il est tout de même bien exploité et l’auteur sait, comme toujours, nous captiver.

Quelques scènes touchantes, quelques scènes d’action, un style agréable et des personnages bien construits et aux caractères affermis, font de ce livre une réussite !


Winterheim La trilogie de Fabrice Colin

Winterheim
La trilogie
de Fabrice Colin


Editions Pygmalion
Collection Fantasy

Sortie le 19 octobre 2011
Format Broché / Prix 22,90€




Quatrième de couverture :

Il y a bien longtemps, les Faeders et les Dragons ont décidé de ne plus s’immiscer dans les affaires des mortels. Retirés loin de Midgard, ils ont cependant confié à la Dame des Songes et à ses trois demi-sœurs les Ténèbres la tâche de veiller sur les humains. Aujourd’hui, dans le royaume de Walroek, le jeune forestier Janes Oelsen, dont les parents n’ont jamais pu comprendre le caractère rêveur et la juvénile impétuosité, entre en possession, à la suite d’un pari, d’une mystérieuse carte. Accompagné de sa fidèle chouette Flocon, il part pour le château maudit de Nartchreck où, à en croire les légendes, repose un fabuleux trésor...


Avis de Chani :

Il s’agit ici de l’ensemble de la trilogie fantasy de Fabrice Colin, réunie dans une nouvelle édition par Pygmalion Fantasy, et mise en valeur par la magnifique illustration de couverture signée Vincent Madras.

Un jeune garçon, Janes Oelsen, une quête, des Dieux sur le déclin, des dragons, une guerre, un trésor… fans de fantasy, Winterheim est pour vous.
Si l’auteur lui-même demande au lecteur une certaine indulgence au lecteur face à cette œuvre de jeunesse, j’ai été pour ma part totalement conquise par cette fantasy un peu old-school teintée de la magie que Fabrice Colin sait insuffler à ses histoires.

Tout d’abord, le fait d’avoir transposé une trame somme toute classique dans la mythologie nordique apporte l’originalité qui aurait pu manquer. Même si l’histoire est essentiellement centrée sur Janes, l’aura des divinités est omniprésente.
Le récit en lui-même, même s’il est bien équilibré et cohérent, souffre parfois de quelques longueurs, particulièrement dans le deuxième tome, surtout en comparaison du dernier livre qui se dévore d’une traite, et de la fin qui finalement arrive trop vite, alors que j’aurai aimé continuer à tourner les pages encore et encore.
Seule la touche de romance du livre ne m’a pas convaincue, mais c’est sans doute mon côté cœur de pierre qui ne m’a pas permis de l’apprécier pleinement.
Les personnages sont quant à eux attachants, Janes est un concentré de bons sentiments et de courage, et met immédiatement le lecteur dans sa poche. Wultan fait partie de ces méchants que l’on prend plaisir à détester, parfait dans sa cruauté, bien qu’ambigu.

L’écriture de Fabrice Colin, même s’il n’est pas au sommet de son art, est envoutante et magique, empreinte de poésie ou abrupte quand il le faut, mais toujours au service de ce qu’il nous conte.

Œuvre de jeunesse ou pas, Winterheim est un délice, à lire absolument par tous ceux qui aiment la fantasy. Même le livre refermé, je suis encore sous le charme de cet univers recouvert de glace…