Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 25 novembre 2011

La maison du magicien


La maison du magicien
De Mary Hooper


Editions Gallimard Jeunesse
Collection Folio Junior

Sortie le 8 septembre 2011
Poche / 287 pages / 6,10 €


Présentation de l'éditeur

En Angleterre, Lucy, une jeune gantière, rêve de trouver une place dans une maison de l'aristocratie et d’échapper à la tyrannie de son père. Par un mystérieux tour du destin, elle est engagée chez le Dr Dee, magicien personnel de Sa Majesté, la reine Élisabeth 1re. Lucy assiste ainsi à un étrange entretien où la reine intercède auprès du magicien, qui sait parler aux esprits, pour que son protégé
puisse communiquer avec sa fille défunte. Or Lucy devra bientôt participer à une sombre mascarade où elle se fera passer pour la disparue, avant de découvrir un terrible secret mettant en jeu la vie de la reine…


Avis de Scende

Angleterre. Règne d’Elizabeth 1ère.
Lucy vit avec ses parents. Elle aide sa mère dans son emploi de gantière, mais elle subit la terrible tyrannie de son père alcoolique. Alors qu’il la retrouve en train de vendre des faisceaux de lavande pour son propre compte et aider le quotidien de sa mère, l’homme entre dans une fureur aux relents d’alcool. Lucy s’échappe alors et tente de rejoindre Londres, sur le conseil de sa mère, pour y trouver un emploi et fuir son patriarche.
Sur sa route, elle croise deux petites filles, dont l’une d’elle est coincée jusqu’à la taille dans la vase de la Tamise. Mais la marée ne va tarder à monter et la fillette court un grand danger. Lucy fait tout son possible pour sauver Merryl, et les ramène saines et sauves chez elles. Pour la remercier, Mrs Dee, la mère des enfants, la garde à son service. Mais Mrs Dee n'est pas n'importe qui, c'est la femme du magicien attitré de la reine et la vie avec eux ne sera pas de tout repos, surtout que celui-ci lui propose une tâche qui dépasse le loin celles de son emploi de gouvernante et qui va changer sa vie à jamais.


Le style de l’auteure est assez enfantin tout en étant ambiguë. En effet, elle parsème régulièrement l'histoire de termes difficiles, et même le glossaire fourni devient insuffisant. Toutefois, cela n’entache en rien la qualité du roman et on se plonge avec délices dans ses pages. L’histoire présente tout de même quelques longueurs, et la magie, que j'aurais pensée beaucoup plus présente à la lecture, est assez peu exploitée. La trame réelle de l’histoire est d’aspect historique : le complot contre la reine Elizabeth en cette période trouble.

Le fait que Lucy raconte ses aventures à la première personne nous invite à partager et à vivre pleinement à ses côtés. La demoiselle est vive et intelligente et bien que sa curiosité maladive la pousse à commettre de nombreuses bêtises, elle est aussi l’un des moteurs de l’histoire. Sans ce fâcheux défaut, il n’y aurait pas d’intrigue !

De plus, il est bon d’aborder un point particulier de ce livre : il contient tout un dossier complémentaire regroupant quatre articles différents. L’auteur nous offre une petite note explicative sur les personnages qui peuplent le livre et qui ont réellement existé, ainsi qu'une notice permettant de fabriquer soi-même un faisceau de lavande. De plus, elle nous offre un glossaire qui permet de comprendre les termes anciens utilisés dans son histoire, donnant ainsi une dimension réellement historique. Tous ces dossiers nous plongent de manière intense dans cette époque historique, et bien que le livre ait pour thème la magie, cet aspect réel donne une ampleur tout à fait particulière à ce roman.

L'histoire de Mary Hooper est certes bien écrite, mais elle ne remporte pas tous les suffrages. Et s’il est vrai que j’ai apprécié ma lecture, ce n’est pas non plus un coup de foudre…



Le protectorat de l'ombrelle Tome 2 : Sans forme de Gail Carriger

Le protectorat de l'ombrelle
Tome 2 : Sans forme

de Gail Carriger

Éditions Orbit
 
Sortie : Novembre 2011


Présentation de l’éditeur :

Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !
Avis d'Elaura :

Voici enfin la suite très attendue des aventures d’Alexia Tarabotti, devenue Lady Maccon à la fin du premier opus.

Si Sans âme nous avait enchanté par son vent de nouveauté, sa fraîcheur et son humour décalé, cette suite ne fait que confirmer notre dévotion totale à l’auteure car oui, nous sommes irrémédiablement, totalement et définitivement fans de Gail Carriger !

Sans forme nous entraîne dans un périple hallucinant en plein cœur de l'Écosse, où Lady Maccon se démarque encore par sa perspicacité, ses répliques mordantes et sa redoutable intelligence. En effet, Alexia fera la connaissance de sa belle-famille et de l’ancienne meute de son loup-garou de mari, autant vous dire que son entrée dans les Highlands ne sera pas sans surprises.
Pour rajouter à notre plaisir, l’auteure nous offre un voyage en dirigeable en compagnie de Mlle Hisselpenny, véritable clou du spectacle tant les situations cocasses et les dialogues ravageurs s’y succèdent. Sans parler de l’analyse systématique de ses chapeaux qui constituent à eux seuls une arme de destruction massive si tant est que les ennemis de l’Angleterre soient des personnes de bon goût.

En résumé, cette série à la frontière de l’urban fantasy et du steampunk est une grande réussite. Une saga attachante, bourrée d’humour qui renouvelle le genre avec intelligence et qui vous pousse à vouloir faire un gros câlin de gratitude à l’auteure.

Attention toutefois, la fin de Sans forme vous donne une furieuse envie d’éviscérer du loup-garou et de kidnapper un membre de l’équipe éditoriale d’Orbit afin de se livrer à un odieux chantage à la publication (Audrey Petit, surveillez vos arrières !). Les revendications de Bit-lit.com sont simples : nous voulons la suite séance tenante ! Non mais …