Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 23 octobre 2011

Neverwhere de Neil Gaiman


Neverwhere
de Neil Gaiman

Éditions J'ai Lu
Collection Fantastique

Sortie le 9 février 2011
Poche / 7.60€ / 376 pages

Présentation de l'éditeur :

Londres, un soir comme tant d'autres. Richard Mayhew découvre une jeune fille gisant sur le trottoir, l'épaule ensanglantée. Qui le supplie de ne pas l'emmener à l'hôpital... et disparaît dès le lendemain. Pour Richard, tout dérape alors : sa fiancée le quitte, on ne le connaît plus au bureau, certains, même, ne le voient plus... Le monde à l'envers, en quelque sorte. Car il semble que Londres ait un envers, la « ville d'En Bas », cité souterraine où vit un peuple d'une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant. Plus rien ne le retenant « la-haut », Richard rejoint les profondeurs...


L'avis d'Heclea :

Se lancer dans la lecture de Neverwhere, c’est un peu comme naviguer à la limite du rêve et de la réalité, comme laisser la porte ouverte à toutes les légendes urbaines, comme découvrir un monde sous le monde, une deuxième vision des choses, un endroit merveilleux, dangereux, surprenant…
En quelques mots, ce roman est une vraie bouffée de surprises, dès les premières pages, on sent que tout est possible, que l’auteur nous réserve révélations sur révélations.

L’ambiance est telle que l’on a la sensation de se retrouver dans un film aux couleurs sombres, aux décors étonnants, aux personnages tous plus surprenants les uns que les autres. Tout est très visuel, les descriptions sont précises, les lieux visités réels ; l’auteur nous offre une balade dans Londres, y ajoutant une couche supplémentaire, des passages secrets, inconnus de tous, et qui nous amènent au plus profond de cette Londres D’en Bas, cette ville sous la ville où se déroulent toutes sortes d’évènements, toutes sortes de rencontres et où vivent des humains et des créatures paraissant d’un autre temps.

Une fois baignés dans cet univers si particulier, on peut se laisser emporter par l’intrigue, s’immerger totalement dans cette aventure incroyable, profiter pleinement de ces situations souvent incongrues, mais finalement si bien racontées qu’on y croit, qu’on se trouve embarqués, sans pouvoir lâcher ce livre, voulant comprendre ce que fait Richard dans cet autre monde, voulant trouver qui en a après Porte, voulant découvrir tous les secrets du Marquis de Carabas.

Les personnages sont croqués à la perfection, entre mystère, horreur, capacités étonnantes, tous ont un petit quelque chose qui les démarque, une particularité qui les rend encore plus intéressants, qui nous donne envie d’en savoir toujours plus.

Au final, un roman en marge, à l’intrigue très travaillée, aux personnages inattendus, aux décors magnifiques, aux révélations surprenantes, avec la touche d’humour qui va bien. Un roman à découvrir, pour ne plus jamais voir Londres de la même façon, pour s’immerger un moment dans un ailleurs si différent mais tellement proche. Un roman aux frontières de l’onirique, qui efface tout le reste le temps de sa lecture.

Wolverine : Les Origines

Wolverine : Les Origines
de Paul Jenkins - Andy Kubert - Daniel Way - Mark Texeira


Editeur : Panini Comics
Collection : Marvel Select
Sortie le 24 août 2011

Présentation de l'éditeur :

L’inauguration de cette gamme se fait en grande pompe avec Wolverine en invité d’honneur . Joe Quesada et Bill Jemas ont confié à Paul Jenkins (Inhumans, Sentry) le soin de raconter pour la première fois, les origines du mutant griffu, restées longtemps secrètes. L’impeccable Andy Kubert (X-Men) est au dessin de cet album inévitable, qui se paie en plus le luxe de proposer la saga dans laquelle Wolverine se souvient de ses origines. Elle est signée Daniel Way et Mark Texeira.

 

Avis d'Elaura :

Édité pour la première fois en France en mars 2009, Les Origines de Wolverine nous reviennent en pleine face pour inaugurer la nouvelle collection Marvel Select, et c’est tant mieux.

Une réédition bienvenue pour les fans qui avaient manqué cet opus (si si, il y en a eu !), mais également pour les néophytes qui souhaitent découvrir les origines du mutant griffu. Quand Marvel se décide à conter le passé du plus énigmatique des X-Men, l’éditeur sort l’artillerie lourde avec Kubert au crayon et un Jenkins au scénario terriblement inspiré.

Un passé douloureux plein de fureur et de sang, un conte amère et magnifique qui retrace la jeunesse de Wolverine et nous touche en plein cœur. Et puis, des dessins somptueux qui vous poursuivent longtemps après lecture.

A posséder d’urgence pour l’histoire, mais également pour la beauté de cet album sublime qui narre la genèse d’un homme unique dont la bestialité et la douleur ont fait de lui une arme, mais également un héros authentique.