Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 26 août 2011

Birth Marked, tome 2 : Bannie


Birth Marked
Tome 2 : Bannie


de Caragh M. O'briem
Éditions Mango


Sortie le 10 novembre 2011
Format Relié / Pages 400 / Prix 18€



Présentation de l'éditeur :

Gaia a quitté l'Enclave, fuyant ses lois injustes et sa répression cruelle, pour partir à la recherche de sa grand-mère dans la Forêt Morte. Mais la société qu'elle y découvre est bien loin de l'utopie à laquelle elle s'attendait. Les femmes y dictent leur loi, en particulier Olivia, la Matriarche, et toutes les relations y sont régies par des règles strictes. À peine la jeune fille est-elle arrivée qu'on lui enlève Maya, sa petite soeur et désormais unique famille. Gaia devra une nouvelle fois puiser au plus profond d'elle-même pour renverser la hiérarchie et briser les interdits. 


Avis de Scende :

Les aventures de Gaia se poursuivent dans ce second opus qui ne manque pas de rebondissements.
Après avoir fui l’Enclave avec sa sœur Maya grâce à l’aide de Léon Grey et rejoint Whafton, la jeune femme a ensuite pris la route du désert en direction de ce que l’on appelle la Forêt Morte. Souhaitant retrouver sa grand-mère et échapper aux gardes de l’Enclave, elle traverse de rudes épreuves. Mais Maya, nourrisson, ne tient pas le coup et dépéri à vu d’œil. Par chance, un jeune Ranger du nom de Chardo Peter la trouve et l’emmène à Zile, son village. Loin d’être finis, les déboires de la jeune femme ne font que commencer dans cette partie du monde et il lui faudra un courage énorme pour survivre et s’adapter à sa nouvelle vie.

Caragh M. O’Brien nous livre ici, encore une fois, un roman de toute beauté. Dans la continuité du premier opus, ce second tome nous dévoile une Gaia forte et pleine d’assurance qui ne se laisse pas faire. Sûre de son bon droit, la jeune fille va user de toute son intelligence pour survivre dans ce nouvel univers hostile.

Le style de l’auteur reste doux et simple, et la lecture est très appréciée. Il détaille de manière intéressante ses personnages et cette part d’ombre sur chacun nous invite à nous poser de nombreuses questions, à nous pencher sur eux afin de mieux les connaître.
Quelques nouveaux personnages : La Matriarche de Zile, emprunte d’une autorité suprême sur cette ville ; elle gère sa tâche d’une main de fer et sait se montrer intraitable. Gaia fait également de nouvelles connaissances : outre ses amies, elle va rencontrer deux garçons, Chardo Peter et Chardo Will qui se montreront fort aimables. Et bien sûr nous retrouvons ici un Léon qui aura bien changé…

Un livre dans la lignée du premier, donc, et Gaia nous charme toujours par sa fraîcheur et sa combativité !


Avis de Pauline :

Gaia a laissé derrière elle l’Enclave pour fuir vers la Forêt Morte, le mythe de la liberté qu’elle espère cependant bien atteindre. Sa sœur Maya, qui n’est qu’un nourrisson de quelques jours, a beaucoup de mal à supporter un tel voyage, malgré les soins prodigués par la jeune femme. Elles sont toutes les deux à bout de forces quand un jeune homme, Peter Chardo, les sauve in extremis et leur permet de rejoindre Zile, le village de leur salut. Mais Zile ne semble pas le paradis que Gaia imaginait. Le village est sous la coupelle d’une matriarche prête à tout pour faire respecter les règles qu’elle a dicté, les hommes s’y font très rares et n’ont aucun pouvoir, les nouveaux venus souffrent d’un mystérieux mal d’acclimatation, alors que ceux qui essayent de quitter la ville périssent… En fuyant l’Enclave pour Zile Gaia a-t-elle vraiment pris la bonne décision ? Laisser Léon derrière elle en valait-il vraiment la peine ?

L’auteur, Caragh M. O’Brien continue à nous captiver avec cette saga. L’écriture y est toujours aussi fluide et agréable et nous décrit cette fois-ci l’adaptation de notre héroïne à cette nouvelle ville et le combat qu’elle mène pour garder son intégrité. Gaia évolue beaucoup et son ingéniosité lui permet de faire face à bien des situations déroutantes. Ayant laissé derrière elle, Léon et avec lui son amour naissant, elle va cependant attirer l’attention de deux frères, dont la rencontre lui est plutôt agréable dans cette ville qui est loin de lui être amical.

Le début de ce second tome est donc très prometteur et c’est avec une immense impatience que la suite va se faire attendre.



Rage de dents

Rage de Dents (Maeve Regan, #1)Rage de dents
de Marika Gallman
Les Editions du Petit Caveau
Sortie en août 2011



RESUME:

Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre. Ça, c’était avant qu’on essaie de me kidnapper.

Aujourd’hui, tout semble être fait pour me foutre en rogne.

Petit 1 : j’apprends que ma famille n’est pas ce qu’elle semble être.
Petit 2 : l’homme qui m’a élevée me ment sans vergogne.
Petit 3 : des types douteux me poursuivent.
Et petit 4 : il semblerait que je ne sois pas tout à fait humaine…

Ah, j’oubliais ! Mon seul allié dans ce merdier est un vampire charismatique dont le passe-temps favori est de me martyriser en me rappelant à quel point je ne suis pas si différente de lui.

Quand je vous dis qu’il y a de quoi s’énerver…

Dans ce récit moderne bourré d’action, Marika Gallman nous fait découvrir son héroïne décapante : Maeve Regan. Un roman qui vous surprendra par ses retournements de situation et son humour mordant !

Extrait


Avis de Kamana

Une grande claque ! Je me suis prise une énorme gifle. Ce livre est une bombe, son héroïne de la nitroglycérine à manier avec douceur et précaution à moins de ne vouloir qu’elle explose. Si vous la bousculez, ne vous étonnez pas des conséquences !

Un premier tome époustouflant où tous les ingrédients de la littérature dite « bit-lit » sont réunis : narration à la première personne, imaginaire, suspense, humour, sensualité et surtout, surtout une héroïne casse-couille, au tempérament de feu et à la langue bien pendue. Marika Gallman a réussi le pari haut la main pour ce premier roman. Simple, première page, vingt-neuf lignes et… j’étais déjà fan. Une écriture sans accro, dynamique, directe, crue parfois, grossière souvent mais qui colle si bien à son personnage que tout passe.

Maeve Regan apprend qu’elle n’est pas humaine. Mi-vampire, mi-mage, avec le poids d’une prophétie sombre sur le dos, le quotidien de la jeune femme va virer au cauchemar. Déjà dotée d’un tempérament endiablé d’habitude, l’annonce de ses origines ne va pas se faire sans mal. Entre la trahison, les mensonges, les non-dits de son grand-père et une horde de vampires à ses trousses qui veulent sa mort, il y de quoi être sur les nerfs. Ajoutez à cela des descendances magiques et vampiriques et du coup des pouvoirs non contrôlés, vous serez face à un cocktail détonnant. D’ailleurs ses amis récolteront les éclats, il ne fallait pas amorcer la bombe aussi !!

Maeve nous apparait comme une jeune femme hargneuse, colérique, et vulgaire aussi bien au niveau du vocabulaire que pour ses envies sexuelles. Femme facile, aux hormones en ébullition, mais en grattant la surface, sous cette carapace de mépris, nous trouvons un être ultra sensible, qui pour se protéger attaque la première, et qui recherche un peu d’attention masculine. La rencontre avec Lukas dans une boîte de nuit sera des plus intenses et des plus drôles aussi. Entre réparties cinglantes, corps à corps sous haute tension (et pour savoir si je parle de sexe, vous n’aurez qu’à lire le livre !!!) nous ne nous ennuierons pas une seule seconde.

Coté personnages, vous allez les adorer ou les détester. Et généralement c’est là qu’on reconnait les bons récits, quand on en vient à vouloir être en face de la personne pour lui mettre des claques, c’est que l’auteure sait y faire. Entre un grand-père laconique et mystérieux, un indien géant, sorte de télétubbies (comme aime à le surnommer Maeve), Lukas si délicieusement sexy, ses amis Elliot et Brianne et la supra agaçante mais parfaite Tara, voilà un panel de protagonistes à la fois si différents et si riches mais qui font aussi toute la force de l’histoire.

L’insertion des créatures fantastiques est bien amenée, avec une vision tout à fait accrocheuse et personnelle aussi bien pour la magie que pour le côté vampirique. Nous restons quand même sur notre faim, avides d’en savoir plus sur les ancêtres de Maeve mais aussi sur la nature exacte des suceurs de sang. Un beau tour de force que de distiller les informations avec parcimonie tout en tenant en haleine le lecteur !

Voilà vous l’avez compris, j’ai adoré ce premier tome qui appelle le second à grands cris. Un roman bit-lit français des plus réussis à lire d’urgence.

Je tiens à remercier les éditions du Petit Caveau ainsi que l’auteure pour ce roman. Marika Gallman, merci pour ce voyage.