Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 3 juillet 2011

La fiancée de Bombay


La fiancée de Bombay
de Julia Gregson

Éditions JC Lattès


Sortie en mai 2011
Grand Format / 572 pages / 22 €



Présentation de l'éditeur

Automne 1928. Trois jeunes Anglaises embarquent sur un bateau à destination de l’Inde. Pour Viva, ce voyage est avant tout le moyen de revenir sur les traces de ses parents morts à Bombay alors qu’elle était enfant.
Rose, ravissante jeune fille d’une dangereuse candeur, est sur le point d’être mariée à un officier de cavalerie colonial qu’elle connaît à peine. Victoria, sa demoiselle d’honneur, pleine d’imagination, se montre déterminée à perdre sa virginité au cours du voyage, avant de se trouver un époux aux Indes. Toutes les trois ont des raisons différentes de quitter l’Angleterre, mais les bagages d’espoirs et de secrets qu’elles emportent ne les ont pas préparées à ce qui les attend…

L'avis de Lila

Nous sommes en 1928, dans une Angleterre où s'affrontent quotidiennement l'évolution des mentalités et le poids de la tradition. Rose est une jeune fille de bonne famille qui doit se rendre aux Indes pour épouser le séduisant Jack Chandler. Elle est accompagnée de Tor, sa meilleure amie fantasque et de Viva, la jeune femme mystérieuse qui fera office de chaperon pour ce voyage.

Nous suivons ces trois femmes, chacune à l'aube de sa vie, depuis l'embarquement sur le paquebot en Angleterre jusqu'à leur installation en Inde. Si leurs espoirs et attentes sont différents, elles n'en sont pas moins liées par une amitié indéfectible. Leur histoire est à l'image des Indes : belle, surprenante, pleine de surprises et parfois très dure.

Il s'agit d'un très beau livre. Si l'époque a changé, chaque femme pourra tout de même se reconnaitre dans ces héroïnes. On les accompagne à une époque de leur vie qui sera déterminante, on lit avec plaisir leurs joies, leurs peines, leurs peurs et leurs déceptions, car la route sera longue et tout ne se passera pas comme prévu. De nombreux thèmes sont abordés, dans un contexte politique, social et culturel très particulier, ces femmes grandissent sous nos yeux, parfois dans la joie, parfois dans la douleur. Elles nous ressemblent et nous touchent forcément.

En toute simplicité, l'auteure nous invite aux Indes, nous fait découvrir les senteurs, les couleurs et les sons de ce pays si particulier. Plus qu'un roman, c'est un voyage. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ces 600 pages et j'aurai pu en lire encore tout autant avec le même entrain. En tournant la dernière page, on a le sentiment de dire au revoir à des amies, et de ce fait, on aimerait vraiment avoir de leurs nouvelles, savoir ce qu'elles vont devenir.

Un joli voyage pour commencer l'été.

Lisa et l'oiseau de sang

Lisa et l'oiseau de sang
d'Olivier Ka


Editions Plon
Collection Mémorables

Sortie le 5 mai 2011
Format Broché / Prix 16 €

 
Présentation éditeur

Parti dans le Sud-Ouest après son divorce, Pierre Lefuste entretient des relations tendues avec sa fille Lisa. Lorsqu'il découvre que l'adolescente pourrait faire partie d'une secte gothique, il tente d'en savoir plus jusqu'au jour où l'aggression de Lisa par un étrange oiseau aussitôt disparu précipite les événements. Car la blessure ne guérit pas et Pierre est soupçonné d'en être la cause.


Avis de Karen

Pierre est séparé de sa femme et vit désormais seul avec sa fille Lisa dans un mas provençal. Il a lâché son boulot de prof pour se consacrer à la confection de niches à oiseaux. En somme un virage à 180° qui lui permet de vivre à son rythme, en prenant son temps, et de mener une vie tranquille et paisible. Il a la même philosophie en ce qui concerne l’éducation de Lisa. Pas question de se prendre la tête : il vaut mieux la responsabiliser en la laissant entièrement libre de ses choix et de ses actes (mais elle a 15 ans et ça en est parfois vraiment choquant). En bref Pierre est très permissif avec sa fille et il lui fait entièrement confiance.
Seulement, depuis quelques temps, Lisa se conduit différemment. Elle est souvent agressive et ne se confie plus à lui. Simple crise d’adolescence pense-t-il. Une telle attitude le rend perplexe mais il ne s’inquiète pas plus que ça. Jusqu’à ce qu’il tombe par hasard sur des photos représentant Lisa dans des postures inquiétantes, dans des mises en scène macabres. Et son inquiétude ne fait que grandir quand sa fille se fait violemment attaquer dans sa chambre par un curieux oiseau rouge qui se volatilise comme par enchantement. Lisa est grièvement blessée au visage et son état ne fait que s’aggraver. Inquiet, Pierre décide de mener l’enquête et de sauver sa fille...
Plus qu’une histoire fantastique ou paranormale, il s’agit définitivement d’une histoire assez sombre sur l’adolescence et sur les relations parents/ados. Pierre, comme beaucoup de parents, est complètement déstabilisé face à la nouvelle Lisa. Elle énonce sans arrêt de grandes théories philosophies sur le sens de la vie et de la mort ou encore les évolutions de la planète auxquelles il ne comprend rien, et est persuadée de tout savoir mieux que lui. En bref elle lui donne l’impression d’être ringard et stupide, même s’il sait au fond de lui que toutes ses lectures intellectuelles et ses connaissances ne compenseront jamais son manque d’expérience. L’oiseau de sang est en fait une métaphore des conflits intérieurs qui agitent les adolescents. Ils se transforment, se cherchent et ne savent plus qui ils sont ni quelle est leur place dans la société…
L’histoire, tout comme l’écriture, sont originales, mais ne m’ont pas fascinées plus que ça. C’est plaisant à lire mais ça s’arrête là. Je n’ai pas vraiment accroché avec les personnages. Pierre est beaucoup trop passif et indolent tandis que Lisa a des côtés franchement antipathiques. L’histoire fait aussi parfois trop caricature sur les troubles adolescents. C’est un peu exagéré mais cela permet de mettre en exergue ces difficultés particulières. Sans doute est-ce l’une des finalités du roman d’Olivier Ka.
Par contre, les adeptes de culture japonaise y trouveront leur compte : elle est omniprésente dans l’histoire et représente la clé de l’énigme. D’ailleurs le fossé entre le rural profond français et l’exotisme japonais est assez déroutant dans l’histoire. Un vrai mélange des genres qui peut en séduire plus d’un.