Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 22 mars 2011

Promise, Tome 1 d'Ally Condie


Promise, Tome 1
d'Ally Condie

Editions Gallimard Jeunesse

Sortie le 7 avril 2011
Format Broché / Prix 16 €


Présentation de l'éditeur:

Cassia, 17 ans, vit dans une Société prétendument idéale qui dicte tout : les distractions, le travail, le lieu d'habitation, la nourriture, les vêtements, même la mort est programmée. Mais surtout, les Officiels organisent les mariages selon des critères de compatibilité idéale. Aussi, quand Cassia apprend qu'elle est promise à Xander, son meilleur ami depuis l'enfance, tout semble parfait ! Étrangement, c'est le visage d'un certain Ky qui apparaît sur le fichier numérique consacré à son Promis, avant que l'écran ne s'obscurcisse... Une erreur, lui dit-on ? Car Ky est issu d'une classe inférieure et n'a pas le droit de se marier. Intriguée, Cassia cherche à mieux connaître ce garçon au passé mystérieux. Ky est un garçon sensible qui lui fait découvrir l'écriture, la création poétique... Elle en tombe amoureuse et se confie à Xander qui lui apprend qu'il aime une de leurs voisines. Peu à peu, l'image de la Société " parfaite " s'effrite aux yeux du groupe d'adolescents. Le doute s'installe, mille questions viennent les perturber. La tension monte, les brimades des Officiels se multiplient. Lorsque Ky est envoyé combattre les Ennemis de la Société dans les Provinces Lointaines, Cassia, écœurée, décide de se rebeller et de le rejoindre...


L'avis de Lila:

La vie de Cassia et des citoyens d'Oria est contrôlée de la naissance jusqu'à la mort. Qui épouser, quand procréer, où travailler, que manger, quoi porter, que lire, quelle musique écouter... tout!

Pourtant la population vit heureuse, en sécurité et en bonne santé. Les cancers et autres maladies dégénératives ont été éradiquées, l'insécurité n'existe pas et les gens meurent "proprement", entourés de leurs familles.

Cassia vient d'avoir 17 ans, elle aspire à la même vie que toutes les jeunes filles de son âge: une union heureuse avec son promis et se voir confier un emploi valorisant. Sa vie s'écoule tranquillement avec son jeune frère et ses parents.
Et lorsqu'elle apprend que son promis n'est autre que Xander, son meilleur ami, elle pense qu'elle ne peut pas être plus heureuse.

Mais un autre garçon attire bientôt son attention, un autre qui aurait dû, ou pu, être son promis. Est-ce une simple erreur informatique comme on l'en informe, ou Ky est-il celui auquel elle était véritablement destinée?
Ce garçon qui vit depuis toujours proche d'elle mais qu'elle connait si peu et qui semble cacher bien des secrets.
Cassia est troublée. On lui a appris à obéir sans ciller, pour le bien de tous. Jusqu'où peut-elle aller dans son besoin d'en savoir plus sur Ky sans s'attirer d'ennuis, à elle ou à ceux qu'elle aime?

C'est alors que son grand-père lui confie quelque chose. Quelque chose d'interdit qui pourrait attirer les pires ennuis à la jeune fille. Et pourtant, au travers de cet objet, il s'agit là du plus beau cadeau que l'on puisse faire à une personne: la pousser à réfléchir par elle-même, à remettre certaines choses en cause... A douter, se rebeller, aimer.

Entre le dernier présent de son grand-père et sa curiosité au sujet de Ky, Cassia s'engage sur un chemin tortueux et dangereux. Parce qu'à la seconde où elle commence à se poser des questions sur la société et sur la vie qu'on lui choisit, c'est tout son univers et ses certitudes qui volent en éclat.

Page après page, l'image lisse et parfaite de son monde s'écroule et devient de plus en plus révoltante. Et dans le même temps, c'est un amour qui naît, en douceur et décrit avec beaucoup de pudeur et de poésie, sans aucune mièvrerie. Les mains qui s'effleurent, les mots qu'on ne prononce pas, les yeux qui se cherchent, les espoirs qui grandissent et le poids de la réalité qui revient sans cesse tout bousculer.

Je ne m'attendais pas à ça... Je pensais lire un simple roman jeunesse au synopsis sympathique, si tôt lu, si tôt oublié. Finalement, j'en ai achevé la lecture en deux après-midi, incapable de m'interrompre, pressée de connaître le dénouement et de savoir ce qu'il allait advenir de Cassia.
Je regrette ma précipitation, j'aurai aimé rester plus longtemps avec elle, et je l'avoue, elle me manque déjà.

Ce livre est d'une beauté saisissante et violente à la fois. Saisissante de par son récit, ses images poétiques et sa douceur absolue, et violente, terriblement violente, car à mesure que les pages se tournent, cette beauté parfaite que nous offre le monde dépeint par Ally Condie s'effrite, et dans l'horreur dévoilée naît une autre forme de beauté, une beauté sauvage, indomptable, celle des sentiments, de la passion, de l'amour, de l'espoir. Et de la colère.

Il y a plusieurs lectures possibles à ce roman, on peut y voir un simple trio amoureux dans un futur effrayant. Une très belle histoire d'amour sans vulgarité ni violence physique. Une adolescente qui s'éveille à l'amour et qui commence à se rebeller contre son monde.
On peut également y voir de nombreux parallèles avec notre société actuelle, la manipulation par les média, le dégoût des jeunes générations pour une société dans laquelle ils ne se reconnaissent pas, et bien d'autres choses encore.

C'est un futur qui fait peur, parce qu'il est plausible. Et Ally Condie est très pertinente lorsqu'elle évoque l'obéissance des masses. Puisque tout le monde vit heureux, en paix, et en bonne santé, pourquoi se rebeller?

Et pourtant, dès lors que l'héroïne se met à douter, à aimer, tout bascule, et notre colère grandit en même temps que la sienne. Une colère saine et non pas démesurée ou destructrice. Parce qu'il y a des injustices, des décisions qui font mal, qu'elles soient profitables au reste du monde ou pas. Et parce que certaines choses sont si belles, si précieuses, qu'elles ne devraient pas être détruites ou contrôlées.

Cassia m'a rappelé que nos droits et libertés tels qu'on les connaît dans notre société actuelle ne sont pas seulement des acquis, mais des biens précieux dont nous devons être reconnaissant et respectueux. Elle m'a également rappelée qu'il y a des causes qui méritent qu'on se batte pour elles, quitte à tout perdre.

L'écriture est fluide, certaines phrases sont simplement parfaites, merveilleusement tournées et s'apparentent à des évidences, des vérités absolues. Elles nous frappent en plein cœur de par leur justesse.
Les personnages sont touchants, profondément humains. On entre rapidement dans l'histoire, la description de ce monde futuriste se fait sans lourdeur ni lenteur, tout est amené naturellement et facilement.
L'histoire plaira tout autant aux adolescents qu'à un public plus mâture.

Il s'agit là d'un premier roman plus que réussi et j'ai vraiment hâte d'en connaître la suite, de savoir ce que va faire Cassia. La barre est placée haute, j'espère un second tome tout aussi enchanteur que celui-là !



Alpha & Omega : L'Origine de Patricia Briggs

Alpha & Omega : L'Origine
de Patricia Briggs

Éditions Milady

Sortie le 18 Mars 2011
Format poche / 128 pages / 6 €


Présentation de l'éditeur :


Anna est un loup-garou.

Elle découvre un nouveau sens à son existence quand le fils du chef des siens débarque en ville pour réprimer les troubles au sein de la meute de Chicago et qu'il insuffle à Anna un courage qu'elle n'avait encore jamais ressenti


Avis d'Elaura :

Il était plus que nécessaire pour nous lecteurs français de lire cette nouvelle qui introduit la série de Patricia Briggs, Alpha et Oméga, spin off de Mercy Thompson.
En effet, à la lecture du premier tome Le Cri du Loup, nous avions l'impression de débarquer au milieu d'une histoire bien commencée, comme un cheveu dans la soupe, et il nous a fallu du temps pour entrer dans l'intrigue.
Avec L'Origine, la boucle est bouclée et nous comprenons enfin la relation de Charles et Anna, ces deux loups fondamentalement différents mais qui pourtant se reconnaissent comme étant la moitié de l'autre.
Cette introduction est un régal de lecture car nous plongeons pleinement dans la vie d'une meute et l'auteure sait mettre en exergue la dualité animale des protagonistes comme personne. Nous ressentons et vivons les émotions de nos deux héros comme si elles étaient nôtres et la frustration est belle et bien là quand arrive la fin.

Véritable tour de force, Patricia Briggs réussi à accrocher le lecteur en à peine 128 pages de manière totale et définitive et la relecture du Cri du Loup s'impose de soi, comme si enfin, nous pouvons redécouvrir cette passionnante histoire en pleine lumière.