Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 21 février 2011

Cher Inconnu de Berlie Doherty

Cher Inconnu
de Berlie Doherty


Gallimard Jeunesse

Sortie le 28 octobre 2010
Format poche / 272 pages / 6,10 €


Présentation de l'éditeur :

La vie est facile et légère pour Helen. Elle a 16 ans et vit une belle histoire d'amour avec Chris. Mais l'univers bascule le jour où elle découvre qu'elle est enceinte. Comment accepter cette vie qui grandit en elle ? Un livre essentiel et bouleversant sur l'amour et l'expérience de la vie.

Chronique d'Ataensic :

C’est l’histoire d’un couple d’adolescents amoureux comme il en existe tant. Des adolescents qui découvrent l’amour, qui ont des projets plein la tête et qui se retrouvent très désemparés face à cet événement inattendu qu’est l’arrivée d’un bébé. Un petit inconnu qui les tourmente, les sépare, les fait grandir et leur fait prendre conscience qu’à seize ans on est encore un peu jeune pour toutes ces choses d’adultes.

La narration est intéressante dans le sens où elle alterne les points de vue, Helen écrit des lettres à son bébé à naître tandis que Chris se contente de nous livrer sa vie et ses sentiments sur le tas, un peu comme ils lui viennent. Le fait de donner la parole au jeune homme, de le laisser s’exprimer sur son ressenti dans une telle situation est quelque chose de relativement novateur dans un roman sur la maternité adolescente. Dans la plupart des cas, les auteurs ne se préoccupent que de la future maman et de son expérience. C’est appréciable d’avoir les deux versions. L’auteur a su en outre doter ses personnages d’une vraie psychologie, ils doutent, font des choix difficiles et sûrement même quelques erreurs.

Au-delà du thème principal, celui de la prise de maturité, c’est tout l’éventail des relations humaines au sein d’une même famille qui est mis en avant, et principalement les relations parents-enfants avec tout ce qu’elles peuvent comporter de complexe. Helen et Chris sont tous les deux en quête de vérité, les drames cachés et les souvenirs honteux se dévoilent à eux au fil du roman leur apportant des réponses sur lesquelles ils pourront s’appuyer pour construire leur vie future.

En résumé, Cher inconnu nous raconte les choses telles qu’elles peuvent l’être dans la vie de tous les jours, avec subtilité et émotion.


Qui es-tu, belle captive ? de Kathleen Woodiwiss

Qui es-tu, belle captive ?
de Kathleen Woodiwiss

Édition J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 6 octobre 2010


Présentation de l'éditeur :

Certes, Maxim Seymour est marquis, séduisant, valeureux. Il n'en est pas moins traître et assassin. Voilà l'avis d'Elise sur celui que l'on destinait à sa cousine. Quelle chance pour la douce Arabella d'avoir échappé à si déshonorante union ! Demain, dans le château du marquis exilé, elle épousera son rival : belle revanche... Ivre de jalousie, Maxim en décide autrement : il fait enlever Arabella ! Mais quand, de retour dans ses terres du Nord, il tend les bras à sa chère captive... C'est une redoutable sauvageonne qu'il découvre : Elise ! Elise... Un caractère farouche et une haine solide pour l'homme qui la séquestre. Maxim rêvait d'Arabella-la-douce. Qui est donc cette furie qui l'écrase de son mépris ? Et voilà que l'hiver les condamne au huis clos...

Chronique de Scende :

Qui es-tu belle captive présente une lecture tout à fait sympathique pour un roman classé romance médiévale. Divertissant de par son idylle mais également grâce aux joutes verbales des deux personnages principaux, la romance prend en profondeur au fil des pages.

Le roman commence sur une triste anecdote sur l’enfance d’Elise. Après la disparition de son père, elle rejoint son oncle qui accepte de l’héberger. Le jour du mariage de sa cousine Arabella, Elise rencontre l’ancien fiancé de cette dernière, que tous pensaient mort, suite à une haute trahison.
Ce dernier, fort amoureux d’Arabella, se décide à l’enlever à son mari et organise l’affaire au plus vite, ordonnant à ses serviteurs de la prendre pour lui. Malheureusement, ils se trompent et se retrouvent avec l’indomptable Elise. Celle-ci traverse de nombreuses mésaventures avant de rencontrer son ravisseur : le déshonoré Lord Maxim Seymour.
Ne pouvant retourner en Angleterre, après la méprise du gentilhomme, Elise est contrainte de rester dans son triste château. Furieuse contre lui, elle ne lui épargne aucune joute ni aucune action vengeresse. Toutefois, malgré leur mésentente, confinés dans le glacial château, les deux protagonistes vont peu à peu apprendre à se connaître…

Les personnages se regroupent en un triangle amoureux entre Nicholas, le capitaine de la Hans qui embarque Elise sur son navire pour l’amener au Lord Seymour, et ce dernier, qui, à force de vivre avec la jeune femme, s’éprend d’amour pour elle.
Toutefois, ces sentiments mettent un peu de temps à se développer et Elise encourage le capitaine dans un premier temps. Il se révèle être un homme qui aime étaler son argent ou a trop en faire pour impressionner sa belle. C’est un grand ami du Lord Seymour et leur amitié sans faille est de longue date.
Maxim Seymour, quant à lui, reste lui-même face à la demoiselle, et si cette dernière l’horripile dès son arrivée, il ne tarde pas à changer d’opinion. C’est un personnage loyal et simple qui fait tout son possible pour plaire à Elise.
Enfin, dernier personnage de ce triangle amoureux, Elise est certainement celui qui présente le caractère le plus développé. D’une nature forte, elle n’hésite pas à se venger de son enlèvement sur Maxim, que ce soit verbalement ou sous forme d’actes. Malgré son rôle de captive, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, et s’en est même à se demander qui est le captif ? Elise, ou son ravisseur, coincé dans ce sombre château avec une belle demoiselle en furie ?

Toutefois, le roman ne présente pas simplement une histoire à l’eau de rose, l’auteur nous plonge dans une intrigue qui touche l’Europe, entre les agissements de la reine d’Angleterre et ses opposants. Chaque personnage tente de tirer quelque bénéfice de ce contexte houleux : Elise en recherchant son père et le marquis Seymour en voulant regagner son titre, sa richesse et son honneur, alliant jusqu’à s’allier aux plus coquins.

Le roman présente un vocabulaire plutôt actuel qui m’a surprise dans les pages, mais je m’y suis rapidement faite. Cela aide pour une lecture fluide et agréable. Si les descriptions permettent au lecteur de se situer dans le contexte géographique, les dialogues égaient le récit et l’humour est fort plaisant.
Qui es-tu belle captive fait donc partie de ces histoires dans lesquelles il fait bon s’égarer…
(le livre, une couette, une cheminée et un bol de marshmallow !)

L'Etreinte du Mal

L'Etreinte du Mal
de Chelsea Cain

 
Éditions Pocket


Sortie le 10 avril 2010

Format poche / 365 pages


Présentation de l'éditeur :

Gretchen Lowell continue à tuer, même derrière les barreaux. Placée sous haute surveillance, sans la moindre marge de manœuvre, elle trouve pourtant le moyen de mener la danse en mettant au point un redoutable scénario. Son but ? Que revienne à elle sa dernière victime, la seule qui ait trouvé grâce à ses yeux et à qui elle ait laissé la vie sauve : l'inspecteur Archie Sheridan. Et lorsque la nouvelle de l'évasion de Gretchen se répand, Archie n'a qu'une envie : retrouver celle qui n'a jamais cessé de le hanter. Parce
qu'il sait qu'elle peut frapper à chaque instant, mais surtout parce qu'il ne peut résister au désir qui le tenaille de la rejoindre et de s'abandonner, une dernière fois, à l'étreinte du mal...

Chronique de Lila :

A en croire les statistiques, seuls 8% des tueurs en séries seraient des femmes. La majorité d’entre elles utilisent le poison. Quelques une se tournent vers les armes à feu, et plus rares encore sont celles qui emploient d’autres méthodes.


Gretchen Lowell est une de ces femmes. Tueuse prolifique (199 victimes), sadique, manipulatrice et charismatique, elle fascine par son inhumanité autant que par sa beauté.
Archie Sheridan, est inspecteur. Dernière victime de Gretchen, il garde de nombreuses séquelles, tant physiques que psychologiques, de sa rencontre avec cette femme vénéneuse.
Entre eux, une relation malsaine et passionnée se noue. On suit Archie dans sa descente aux enfers, luttant entre sa dépendance envers son ancien bourreau et son désir de sauver sa famille et de retrouver une vie saine.

Chelsea Cain a su créer des personnages crédibles et vivants. Pas de super héros ici, uniquement des personnes, comme vous et moi, qui avancent avec leurs espoirs et leurs blessures, commettent parfois des erreurs et cherchent un peu de bonheur.
La liaison entre une tueuse psychopathe et l’inspecteur qui la traque n’est pas sans rappeler Le silence des Agneaux, si ce n’est que dans l’Etreinte du Mal, cette relation atypique est traitée différemment.
Ces deux êtres s’aiment d’un amour passionné et irraisonné, mais ici, point de salut ! Archie, qui est mourant, garde en tête l’urgence d’arrêter Gretchen avant qu’elle tue à nouveau. Quant à elle, elle sait son amant condamné et se fait une joie de l’aider à mourir.

Ce face à face entre eux est prenant et intriguant, tant cette histoire d’amour sort des sentiers battus. On vogue entre fascination, incompréhension et malaise à la lecture de leur histoire, partageant par la même occasion le ressentis des autres protagonistes du roman.

Ce thriller original fait la part belle aux relations humaines, sans oublier de proposer une intrigue dense et complexe. Les pages se tournent rapidement, tant l’on est pressé de connaitre la conclusion, l’enquête avance, les personnages se dévoilent, le rythme va crescendo et le dénouement se fait attendre. Lorsqu’il arrive, enfin, il surprend et nous rappelle au passage que les protagonistes sont humains, avec tout ce que ça implique, en bien comme en mal.

L’intrigue s’achève mais pas l’histoire, nous laissant dans l’expectative, impatients de lire la suite.

Captivant et déroutant, ce livre ne laissera personne indifférent.



Mauvais Sang de Tess Cerritsen

Mauvais Sang
de Tess Cerritsen

Editions Pocket

Sortie le 13 novembre 2008
Format poche / 512 pages / 7,80 €


Présentation de l'éditeur :

En s’installant avec son fils au bord du lac de Tranquility, paisible bourgade du Maine, le docteur Claire Elliot pensait prendre un nouveau départ.
Cependant, à l’approche de l’hiver, des événements alarmants viennent troubler l’apparente quiétude de la petite ville : des ossements humains sont découverts tandis qu’une épidémie de violence se propage parmi les jeunes.
Lorsqu’un de ses patients, en proie à une crise de folie furieuse, commet l’irréparable, Claire est précipitée au cœur de l’enquête. Aidée par le chef de la police, elle cherche à comprendre ce qui transforme ces adolescents sans histoire en bêtes sanguinaires. Et pour cela, elle doit trouver le terrifiant secret qui hante les eaux du lac…

Chronique de Lila :

En apparence la ville de Tranquility porte bien son nom, et offre un cadre idyllique pour un nouveau départ dans la vie. Les habitants y sont gentils et soucieux les uns des autres, le paysage est magnifique et la vie s’y écoule paisiblement.
Pourtant, les choses se gâtent rapidement et l’image lisse de cette charmante bourgade s’effrite page après page. Les adolescents se montrent de plus en plus agressifs, devenant incontrôlables et violents, des ossements humains sont découverts, les habitants vivent dans la terreur de leurs propres enfants, et les anciens semblent en savoir long sur ce qui se trame.

Comme toujours avec Gerritsen, nous avons droit à des personnages attachants et humains, très bien décrits et aux comportements et émotions crédibles. L’amour est très présent dans ce roman, à tous les âges, qu’il s’agisse de sentiments naissants, de rancune, de passion, ou d’amour filial. Point de cliché ou de facilité, uniquement des personnes qui aiment ou ont aimé, avec tout ce que ça implique d’espoirs et de désillusions.

Les événements étranges s’enchainent, les personnages se dévoilent et la tension monte inexorablement au fil des pages. Cette paisible communauté possède bien des secrets, et ne semble pas disposée à les partager. Les apparences volent en éclat et les histoires passées remontent à la surface.

Tess Gerritsen a su créer une ambiance sombre et angoissante, la petite ville au charme idyllique se faisant de plus en plus menaçante et le danger venant de là où on ne l’attend pas : les enfants.

Les pages se tournent fébrilement, dans l’attente du dénouement, surprenant et particulièrement inspiré.
Un thriller terrifiant et efficace.