Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 4 janvier 2011

La légende de la lune sanglante Tome 1 : Alera de Cayla Kluver

La légende de la lune sanglante
Tome 1 : Alera

de Cayla Kluver

ÉditionsLe Masque

Sortie en janvier 2011
Format Broché / 448 pages / 17€


Présentation de l'éditeur


À la perspective d’épouser l’homme que son père a choisi pour lui succéder à la tête du royaume d’Hytanica, la princesse Alera a la désagréable impression qu’on lui impose un destin dont elle ne veut pas.
Lorsque Narian, séduisant et mystérieux jeune homme originaire du royaume ennemi de Cokyri, arrive avec un passé obscur dont il refuse de parler, les nouveaux désirs d’Alera menacent alors de détruire le royaume.
La découverte du secret de Narian va plonger Alera dans un monde terrifiant de complots, de querelles familiales et de guerres ancestrales. Alera, désemparée, ne sait plus que croire, ni à qui elle peut encore faire confiance.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicole Ménage

Avis de Kamana

Un premier tome enivrant, une virée charmante voire bouleversante entre fantasy et romance !

Depuis des années deux contrées, Cokyri et Hytanica, aux coutumes diamétralement opposées, se vouent une haine féroce, la guerre ayant fait rage durant une longue période. Même s’ils ne s’attaquent plus, les ressentiments n’ont pas changé et les frontières restent gardées scrupuleusement.

Alera, princesse ainée du royaume d’Hytanica, avec l’arrivée de son dix-huitième anniversaire, doit faire un choix crucial pour son avenir mais aussi celui de son peuple : choisir son prétendant, celui qui deviendra le roi. Son père lui a déjà suggéré fortement Steldor, jeune officier de vingt et un an, fils du chef de la garde. Malgré la beauté, la prestance et le magnétisme qu’exerce ce dernier sur toute la gente féminine, Alera ne voit en lui que ses mauvais côtés. Son ambition mais surtout son auto-satisfaction horripilent notre princesse qui ne supporte plus de l’entendre se vouer des louanges lors de chaque rendez-vous, ramenant tous les sujets de conversation à sa personne, à ses prouesses militaires.
L’arrivée de Narian, jeune cokyrien, étrange, solitaire et surtout dangereux va éveiller la curiosité d’Alera. Son intérêt pour lui va susciter bien des problèmes, car au-delà des convenances et de sa condition de princesse c’est toute la vie du peuple qui va être chamboulée avec l’arrivée de Narian et de sa véritable identité…

Ce livre est le premier tome de la trilogie de La légende de la lune sanglante, une fantasy très proche d’une romance historique et dont les amoureux du genre vont être comblés. Alera vit avec le poids de son statut et de son devoir. Dans son royaume ce sont les hommes qui décident et les femmes doivent rester à leur place, ne s’occupant que de tâches comme l’art de recevoir ou la broderie. Cet univers est en tout point pareil à notre moyen-âge, où le protocole et les convenances étaient de rigueur dans les hautes sphères de la société. Cette vie-là, Alera ne l’a pas choisie et c’est douloureusement qu’elle se plie à la volonté royale. Curieuse mais aussi rêveuse, elle voudrait en savoir plus sur les tenants et aboutissants des affaires militaires et politiques mais cela ne sied pas à son rang de femme. Affublée jour et nuit d’un, voire deux gardes du corps, sa liberté est restreinte, ses paroles et mouvements épiés et relayés à ses parents. Alors quand Narian arrive avec ses secrets, bousculant le protocole avec ses manières et surtout chavirant son cœur, Alera veut croire que son avenir n’est pas tracé comme le roi l’entend. Mais au-delà de sa propre personne et de ses aspirations c'est l'avenir d'un royaume qui se joue, un avenir pouvant être synonyme de guerre !

Le récit à la première personne nous permet de voir ce monde au travers d’Alera. Les personnages n’en deviennent que plus attachants, plus intimes. Que nous les aimions ou les détestions, nous ne pourrons rester indifférents la force des sentiments qu’exprime notre princesse quand elle nous parle de chacun d’eux. Nous deviendrons suspicieux quant à certains nous interrogeant quant à leur loyauté. Souvent nous aurons envie de bousculer la jeune fille pour qu'elle réagisse mais il ne faut pas oublier que les valeurs en place sont prises très sérieusement et tout manquement au devoir ou trahison est passible d'un châtiment mortel.
Entre légèreté, ragots à l'heure du thé, et gravité quand il s'agit de stratégie militaire en salle d'audience, les chapitres nous mettent face à une panoplie de situations. L'auteure vient agrémenter son récit d'un décor riche, approfondi. C’est un univers complet qui nous est décrit et non une simple romance historique juste axée sur l’amour. Le style de Cayla Kluver est agréable, naturel, sans longueur. Même si parfois certains passages semblent légers, l'auteure se rattrape juste après et nous continuons donc notre lecture paisiblement. Mais c'était sans compter sur la fin où nous nous trouvons chamboulés et ne devrons notre salut qu’en sachant qu’il y aura une suite…

Un premier tome plutôt dramatique mais qui appelle le second avec frénésie, un véritable cri du cœur !

Hunting Ground


Alpha & Omega, tome 2 : Hunting Ground
de Patricia Briggs


Résumé :

Unie au loup-garou Charles Cornick, le fils – et exécuteur – du chef des loups garous du nord-américains, Anna Latham est à présent au courant du danger représenté par un loup garou, plus particulièrement lorsqu'un d'entre eux s'oppose à Charles et laisse son père terrassé. La réputation de Charles fait de lui le principal suspect. La pénalité pour ce crime est l'exécution. Dès lors, Anna et Charles doivent combiner leurs talents pour chasser le tueur – ou ce sera Charles qui chutera…


Chronique de Tan :

Le premier tome, Cry Wolf, avait laissé un bon goût en bouche et rien que l'introduction de Hunting Ground où Anna joue dans la neige avec Charles et Bran laissait présager un deuxième volume du même acabit. Le même ton semblait au rendez-vous en tout cas. Triste constatation : il faut vraiment être en phase avec l'auteur pour se laisser happer par l'ambiance cette fois-ci. Les 150 premières pages sont riches en informations, en rencontres mais il faut l'avouer, il ne s'y passe pas grand chose. Les bases du sommet pour la divulgation de l'existence des loups-garous au grand public sont posées ; les gens se croisent, se jaugent, se parlent beaucoup mais en dehors de bien définir les nouveaux personnages pour leur donner vie (ce qui est très réussi d'ailleurs mais on en vient à douter par la suite de l'utilité de ce procédé), c'est tout simplement plat et long.

Pourtant il y avait du potentiel et quelques scènes clés qui sortent du lot. Avec l'arrivée de tous ces loups, Seattle devient une vraie poudrière et la politique compliquée des garous conditionne le moindre mouvement. Autant dire que c'est très très tendu. De même, la scène où Anna joue du piano est superbe et chaleureuse mais renforce bien l'idée qu'il s'agit d'un récit qui retranscrit des ambiances successives. C'est très bien écrit comme d'habitude avec Briggs mais le hic c'est qu'il faut vraiment être d'humeur pour ce type de voyage-là. La relation entre Charles et Anna gnognotte passablement et on aurait presque souhaité la voir évoluer un peu plus vite maintenant qu'ils sont unis par les "liens sacrés de la meute". Ils semblent avoir encore besoin de beaucoup d'ajustements au contraire. D'un côté, Charles doit se contrôler pour ne pas l'étouffer à vouloir la surprotéger. On le découvre aussi plus fragile qu'il ne le laisse paraître aux yeux de tous et il n'y a que le regard d'Anna pour nous le faire partager. De l'autre côté, Anna nous prouve à quel point elle est futée et nous montre comment elle séduit les gens naturellement grâce à ses talents d'oméga. C'est subtile et plaisant. Dans ce tome, Anna n'est plus un être craintif qui a peur de son ombre comme on l'a connue dans la nouvelle et le tome 1. Elle est plus offensive et effectivement non soumise face à une horde d'alphas. La scène face à Chastel en est une belle preuve. Elle se repose néanmoins beaucoup sur son loup intérieur et ce qui semblait être une force jusqu'à présent se révèle être aussi un inconvénient, surtout vis à vis de Charles et de son loup. Ou comment arriver à faire cohabiter, en fait, 4 personnalités. Tout ceci se construit par petites touches mais ne suffit pas à redonner du peps à une histoire qui en manque cruellement.

Ce n'est qu'à 100 pages de la fin que l'histoire prend enfin de l'ampleur et que l'on voit mieux où l'auteur nous mène, chose qui n'était pas très claire jusqu'à présent. Avec la chasse (qui aurait pu être LA scène du livre) et tous les évènements qui s'en suivent, les pages filent à grande vitesse et on regrettera juste que ça n'ait pas été initié plus tôt car c'est vraiment le cœur de l'intrigue. Les pièces du puzzle se mettent en place et on se retrouve face à un ennemi bien tordu qui aurait mérité bien plus de lumière. Dommage aussi que Bran ne soit pas plus présent, c'était un vrai plaisir de le découvrir dans Cry Wolf et il est difficile de ne pas vouloir en savoir plus sur lui maintenant.

Au final Hunting Ground, n'est pas désagréable à lire mais n'est pas non plus prenant comme on pouvait s'y attendre. Comme si l'inspiration de l'auteur n'était pas au rendez-vous au début de l'écriture de ce tome et qu'elle avait du elle-même attendre qu'elle revienne sur la fin, sachant grosso-modo où l'histoire allait mais pas comment s'y rendre avec plus d'entrain. En espérant que le tome 3 prévu pour fin 2011 tienne mieux la route.