Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 26 mars 2010

Fantômes : Histoires troubles de Joe Hill



Fantômes : Histoires troubles
de Joe Hill

Éditions JC Lattès

Sortie le 17 février 2010
Format broché / 358 pages / 20,50 €


Présentation de l'éditeur :

Imogene est jeune et belle. Elle embrasse comme une star et connaît l’histoire du cinéma sur le bout des doigts. Il se trouve aussi qu’elle est morte et attend sans qu’il s’en doute Alec Sheldon, dans la salle de projection. Le Rosebud, un certain après-midi de 1945…

Arthur Roth est un gosse solitaire qui a de grandes idées et le don de s’attirer des ennuis. Il n’est pas facile de se faire des amis quand vous êtes le seul garçon en plastique gonflable de la ville…

Francis est malheureux. Autrefois c’était un humain, mais aujourd’hui, c’est une sauterelle géante de deux mètres cinquante, et quand ils l’entendront striduler, tous les habitants de Calliphora se mettront à trembler…

John Finney est enfermé dans un sous-sol taché du sang des autres enfants martyrs qui l’y ont précédé. Dans ce sous-sol se trouve aussi un téléphone ancien modèle débranché depuis longtemps. Pourtant, la nuit, il se met à sonner… Qui est à l’appareil ?

Le passé n’est pas mort. Il est encore à venir…


Avis d'Elaura :

Joe Hill est nouveau dans le paysage de la littérature fantastique. Fort d’un premier succès très remarqué et encensé par la critique, le très bon Le costume du mort, les éditions JC Lattès ont eu la bonne idée d’éditer son premier livre, un recueil de 15 nouvelles qui ont fait la renommée de l’auteur outre-Atlantique.

L’édition originale 20th Century Ghosts est parue en Angleterre en 2005 et ce fut un véritable carton, amplement mérité. Les nouvelles de Joe Hill ont la particularité d’être d’une extrême sensibilité. Derrière l’horreur se cache la beauté du sentiment humain, de chaque personnage se dégage une infinie tendresse qui prouve que l’on peut faire du fantastique intelligent avec finesse et émotion. L’élégance de l’écriture nous évoque une époque antérieure où le surnaturel flirtait avec la beauté.

Lire une nouvelle de Joe Hill, c’est se replonger dans un vieil épisode de la Quatrième Dimension (Twilight Zone) à la sauce George Romero, les sentiments en plus. C’est un auteur génial et généreux, pour preuve, même dans les remerciements il fait un petit cadeau à ses lecteurs.

Il est fort à parier que Joe Hill deviendra un auteur incontournable de la littérature de l’imaginaire en France et nous lui souhaitons une carrière aussi longue que son illustre papa, Stephen King.

À ne surtout pas manquer !